Magazine Culture

Nikos Engonopoulos

Par Florence Trocmé

Nikos EngonopoulosNikos Engonopoulos a été l’un des plus principaux représentants du surréalisme en Grèce (avec Andréas Embiricos et Odysséas Elytis) en tant que poète comme en tant que peintre. Il est né à Athènes le 21 octobre 1907, mais à passé une partie de son enfance et de son adolescence à Constantinople et à Paris où il a été lycéen entre 1923 et 1927. A partir de 1932, il étudie à la section des Beaux Arts de l’École polytechnique d’Athènes dont il deviendra professeur après la guerre. Il commence à écrire et à peindre. Sa peinture se place très vite dans le sillage de la peinture métaphysique de Chirico mais avec, en propre, une thématique liée aux héros et aux héroïnes de la tradition grecque (de l’Antiquité à la révolution de 1821) traités dans un cadre anachronique et provocateur. Thématique et traitement que l’ont retrouve dans sa poésie. Une poésie d’emblée surréaliste avec ses deux premiers recueils : Défense de parler au conducteur et Les clavecins du silence qui comprennent de nombreuses proses automatiques. En 1942, en pleine occupation allemande il écrit Bolivar, sous titré : un poème grec, un long poème lyrique qui fait du Libertador un héros de la guerre d’indépendance grecque et qui est ressenti par ses lecteurs comme un poème de résistance. Bolivar sera publié deux fois dans une traduction française, en 1945 par Robert Lesvesque et en 1980 par Fanchita Gonzalez-Battle. Nikos Engonopoulos est mort le 31 octobre 1985.

fiche établie par Constantin Kaïteris

un article en français
Un bel ensemble avec une biographie chronologique détaillée (en anglais et en grec)
Une fiche en anglais et une autre, également en anglais


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines