Magazine Culture

Un chien à New-York - Tor Seidler

Par Emmyne

51_UfzeoUaL__SL500_AA300_

Quel plaisir de se promener clans les rues chic de New York ! Le chien Gulliver est heureux avec son maître, un professeur tout ce qu'il y a de plus distingué. Mais quand ce dernier tombe amoureux d'une Française allergique aux chiens, rien ne va plus. Voilà l'animal abandonné aux soins d'une turbulente famille d'un quartier populaire. Un véritable choc des cultures...

- Gallimard Jeunesse - Folio Junior -

Ce roman est drôle, d'un humour fin adapté à son jeune lectorat. Il est aussi sérieux et émouvant.

Lorsque le chien Gulliver est adopté par la famille mexicaine du portier de son immeuble de la Cinquième Avenue - famille constituée d'un chat, d'une gerbille, de trois bâtards et d'enfants, logeant dans le Queens avec une seule salle de bain pour quatre et nourrissant les bêtes de croquettes de supermarché... - , il refuse de s'adapter à ses nouvelles conditions de vie. Son snobisme et ses idées reçues sont rendus avec brio, sans didactisme, sans morale bêtifiante et autres facilités en noir et blanc mais toujours avec humour et émotions, mettant en évidence simplement les différences sociales, les préjugés et artifices intellectuello-économiques. Le propos est habilement amené à travers les  mésaventures de Gulliver se raccrochant désespérément aux personnes et aux lieux de son ancienne vie dans la haute société de Manhattan. Ses escapades urbaines, entre New-York et Paris, font de lui un chien errant rejeté par ses anciennes relations qui ne peuvent s'abaisser à fréquenter cet animal qui n'a pas vu un toiletteur depuis trop longtemps. A l'image de son célèbre homonyme, Gulliver subit au cours de ses voyages les conséquences de ce qu'il croit être la supériorité et l'infériorité. Au terme de son extraordinaire périple des USA à la France, il prendra conscience des mains tendues, celles d'un adolescent prêt à traverser l'Atlantique pour lui, et découvrira l'amitié véritable, celle qui accepte les différences. Gulliver va trouver sa place et grandir. Son jeune ami aussi.

Dans ce roman, Tor Seidler décrit la majeure partie des évènements et des gens à travers les interprétations et les sentiments du chien - son regard comme celui d'un enfant qui ne connait que le monde de et selon ses parents et perd ses repères - et raconte une société animale miroir de celle des hommes. Le mimétisme qu'entretient Gulliver avec le mode de vie et les valeurs de son maître, les conversations avec ses congénères racés et privilégiés, tout cela est à la fois drôle et édifiant.

Une promenade en belle compagnie dans les rues de New-York et Paris, des descriptions qui amuseront les jeunes lecteurs français de l'auteur américain.

- A partir de 10 ans -


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Emmyne 573 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines