Magazine Culture

Quelques colorants naturels.

Par Bernard Vassor
77fdc703dbbc03afe55ad10282c45a4b.jpg Les anciens utilisaient la pourpre qui était réservée aux manteaux des praticiens. Il fallait deux coqillages différents, mais nous ignorons quels étaient les les molluques qui fournissaient cette couleur aux phéniciens. Au XVIIéme siècle le botaniste Fabius Columna (1567-1650) a pensé qu'il s'agissait chez les romains du Murex trunculus qui contenait en grande abondance une liqueur colorée. Le pourpre des anciens n'était pas comme on le pense un rouge vermillon, mais, une sorte de violet très foncé. La matière colorante que l'on extrait de l'animal est de couleur jaunâtre. Exposée à la lumière, elle jaunit, puis verdit et prend enfin une teinte violette. Pendant ces transformations, il se dégage une forte odeur qui rappelle l'essence d'ail. a71c400292337ce5ac0e0aa89271595e.jpg La gaude est une plante de la famille des câpriers. De toute la plante, on retire une couleur jaune (racine exceptée) Le principe colorant a été étudié par Chevreul il lui a donné le nom de lutéolïne qui s'extrait par décoction dans de l'alcool à 80 °. On presse, puis on laisse reposer deux jours, enfin, on distile l'alcoolat obtenu. La substance est colorée par la potasse caustique, la baryte, et la chaux. Les acétates de plomb, le cuivre et l'alun donnent un précipité jaune foncé. Une très belle couleur jaune vif est provoquée par de l'acide sulfurique. Le bois de campêche est issu d'un arbre de la famille des légumineuse. Son écorce est rugueuse, les couches ligneuses sontrouge foncé, l'aubier est jaunâtre les fleurs sont de couleur jaune. Le bois de campêche fut importé au XVIIéme siècle, et n'eut pas tout de suite la faveur des fabricants de couleurs. L'utilisation ne fut admise que lorsque l'on découvrit le moyen de fixer la couleur.. La matière colorante est appelée l'hématine que l'on obtient en faisant infuserdans de l'eau à 50 °, on filte, puis on évapore le précipité. aee023dec9853749eac163f3bfff6019.jpg La plante qui fournit l'indigo a été connue très tôt en Inde bien avant l'ère chrétienne. Les égyptiens  l''utilisaient courament, des bandelette teintes de momies  étaient produites avec ce colorant. En Italie, dans les premiers siècles de notre ère, l'indigo était importé par les teinturiers israélites qui exerçaient la profession de teinturiers, il venait à Venise  en passant par 'Egypte et la Syrie, mais c'est surtout comme médicament qu'il était utilisé. La culture du pastel a très longtemps freiné l'utilisation de l'indigo en France, cette plante produite à profusion fournissait la teinte bleue depuis des siècles. 09dd20a590da2818f35fb45898a0d54e.jpg Ces herbes plante de la famille des rubiacées dont on utilise la racine qui donne une belle couleur rouge. Dans l'antiquitéle pouvoir colorant de xette plante importée d'Andrinople et de Smyrne. Acclimatée d'abord en Flandre, puis en Alsace et dans le comtat d'Avignon, cultivée dans des sols marécageux. On lui attribuait des propriétés pharmaceutique et diurétiques. Le broyage des racines sous des meules les convertissent en poudre. La fermentation en tonneaux pendant plusieurs années, augmentent le pouvoir tinctorial et l'éclat de la couleur. a5851ccd9013756b24d57e80849d78d0.jpg L'ISATIS TINCTORIA, ou Pastel. Arrivée en france au XII° siècle, venue d'orient via l'Espagne, le "pastel des teinturiers" ou "la guede" de la famille des crucifères, était utilisé en Europe avant l'introduction de l'indigo. Sa couleur bleue a moins d'éclat, mais une grande solidité à la lumière. Obtenue par le broyage des feuilles, la pâte obtenue est soumise à fermentation, puis séchée. La fabrication du pastel, a permis au XV° siècle dans tout le Lauragais, la constitution de fortunes considérables. Le kermès (kermes vermilio ou kermes ilicis)  : Les femelles sont séparées de l'arbre avant la ponte. Lesoeufs de puceron, du "chêne-kermès" une fois broyés et séchés donnent un "acide carminique" mélangé à de l'alun, donnant ainsi un rouge écarlate. Pour le rendre (vermillonné) plus orangé on ajoute du citron. Le cinabre : est un sulfure de mercure naturel

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bernard Vassor 2258 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines