Magazine Culture

Doctor Who - Saison 2

Publié le 13 décembre 2007 par Nakayomi

Après une première saison qui se terminait sur le renouvellement du Docteur, on était prêt à repartir en sa compagnie et celle de Rose pour de nouvelles aventures…Toujours aussi palpitantes ?

DOCTOR WHO – Saison 2

Créée par : Russel T Davies (d'après la série de Sydney Newman)

Avec : David Tennant (Le Docteur) ; Billie Piper (Rose) ; Noel Clark (Mickey) ; Camille Coduri (Jackie)...

Nombre d’épisodes : 13 + 1 spécial (2006)

Cote d’amour : *****

Résumé : Après une pause régénératrice pour le Docteur, le temps d’éviter une petite invasion à Noël, le voici repartit à bord du Tardis avec sa fidèle compagne Rose à travers le temps et l’espace. Bien qu’il soit Seigneur du Temps, ça ne l’empêche pas de faire quelques bourdes temporelles ou d’atterrir au mauvais endroit au mauvais moment. Entre rencontres historiques cultes et dépannages sur des histoires bien étranges, la vie du Docteur s’avère plus trépidante que jamais, tout comme celle de Rose qui ne voudrait jamais le quitter. Oui mais voilà, autre chose se profile à l’horizon. Quelque chose de grave…

Avis : Comme pour la première saison, cette seconde salve d’épisodes est relativement indépendante, ou presque. Chaque aventure peut se suivre individuellement (hormis les doubles épisodes, bien évidemment ! :P) et se suffire à elle-même. Et mis à part un ou deux épisodes un peu plus faibles (notamment le 2x09 L’Hystérique de l’Etrange Lucarne), autant dire que c’est de haute tenue, qu’on continue de visiter des mondes ou des temps extraordinaires en compagnie d’un Docteur rajeuni, trouvant un autre charme dans sa façon d’être débringué vestimentairement parlant. Si l’acteur change, on y retrouve quand même l’âme du Docteur, David Tennant reprenant un peu du jeu de Christopher Eccleston au passage, avec un grain de folie encore plus prononcé peut-être. Et on l’aime pour ça ce Docteur. Qui ne nous privera pas de scènes totalement déjantées comme lui seul sait en faire, avec son air de gamin qui s’émerveille encore malgré son âge (avancé pourrait-on dire !). Les dialogues font toujours mouche et les situations aussi. Ainsi, il faut saluer la créativité dont les scénaristes font preuves pour nous proposer des histoires d’envergures et des rencontres passionnantes (on notera par exemple l’épisode 2x02 Un Loup-Garou Royal avec la Reine Victoria, rien que ça ou la très énigmatique Reinette de l’épisode 2x04 La Cheminée des Temps). La série sait aussi utiliser de manière tout à fait convaincante les doubles épisodes… Là où dans certaines séries, on sent que l’intrigue rame pour remplir le quota, ici, on ne voit pas le temps passer. Et le tout, en continuant à se servir de l’univers créé, des personnages rencontrés, pour se rappeler aux bons souvenirs des fans. C’est notamment ce qui fait pour moi la force d’une série. Cette façon d’interpeller le fan avec des clins d’œil ou des références plus ou moins appuyées (à l’instar d’un Buffy par exemple). Et ici, force est de constater qu’ils ont mis le paquet, que ce soit au niveau des personnages ou de certains dialogues (notamment dans le final de la saison, aussi puissant que celui de la première, mais de manière différente).

Autre point commun avec la première saison, c’est ce fil rouge qui se dégage au fur et à mesure qu’on avance dedans. Le plus évident fil rouge est la mise en place du spin-off Torchwood qui apparaît dès le deuxième épisode qui nous en apprend l’origine. Mais à partir de ce moment-là, les oreilles et les yeux attentifs n’auront de cesse de traquer ce nom au fil des épisodes. Il y a une référence, petite ou grande, à chaque épisode ou presque. C’est plutôt un plaisir de traquer ces indices, surtout qu’ils ne sont absolument pas anodins, de la même manière que les petites phrases récurrentes de la première saison (avec le grand méchant loup). Et franchement, c’est une construction de l’intrigue que j’adore. Dont on perçoit la force a posteriori, une fois arrivé au terme du voyage des quatorze épisodes (le traditionnel spécial de Noël et les treize autres). Revisionner la série s’avère donc un réel plaisir, elle ne perd rien de son charme au fil du temps et gagne même en supplément avec cette chasse aux indices. Certes, c’est sans doute moins feuilletonnant que d’autres séries fort bien construites, mais il y a un réel intérêt à tout ça. Et puis, si on nous prépare à Torchwood, on nous prépare aussi à autre chose, un peu plus tardivement. Quoique, à bien y réfléchir, c’est présent tout au long de la saison. On s’interroge beaucoup sur le Docteur et sa nature de Seigneur du Temps. Une analyse intrigante sur son rapport à l’autre, sur son côté solitaire, sur le fait que ce soit inévitable (parce que lui ne vieillit pas vraiment, alors que ses compagnes, si). C’est rappelé dans plusieurs épisodes. De fort belle manière la plupart du temps. On insiste pas là-dessus, c’est fait tout en subtilité. Et c’est finalement ça le plus beau. Un Docteur aux multiples facettes qui donnent de la profondeur à ce personnage forcément attachant.

Conclusion : Le changement d’acteur n’a pas fait couler la cabine téléphonique bleue, elle est même toujours très en forme. David Tennant est vraiment un excellent choix et l’alchimie entre le Docteur et Rose continue de fonctionner à plein tube. On apprécie les références au passé de la série (même aux séries antérieures si je ne m’abuse), les références au futur spin-off, des histoires de dingues racontées avec force, des effets spéciaux améliorés (un chouia moins cheap que dans la première saison, on le remarque juste à quelques occasions) et toujours cette musique de Murray Gold qui soutient le tout de fort belle manière, avec des thèmes très beaux (dont celui du Docteur ou le terrible Doomsday, plutôt mélancolique). La série oscille avec belle aisance entre drame et rires et nous propose même un épisode assez particulier, mettant en vedette un tiers personnage qui nous livre une nouvelle vision de l’histoire. Et voilà comment on en arrive à en faire une excellente série, à ne pas manquer. On espère donc que la troisième saison sera du même acabit… Voire qu’elle continuera encore d’être meilleure… Parce que le Docteur, c’est que du bonheur… ^_^

A lire aussi :

Doctor Who – saison 1 (review)
Doctor Who – 2x04 La Cheminée du Temps (review)
Doctor Who & Torchwood (les génériques)
Torchwood – Saison 1 (review)

Wallpapers extrait du site officiel ICI


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Nakayomi 2 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines