Magazine Bd

MAUS : le chef d'oeuvre d'Art Spiegelman

Par Epicure

Je viens de dévorer deux BD complètement bouleversantes. Les deux volets qui racontent l'histoire du père de l'auteur, Art Spiegelman, survivant de l'Holocauste.

Art Spiegelman a toujours été en conflit avec son père, un juif acariâtre, pingre et désagréable au possible. A partir de la fin des années 1970, cet illustrateur a voulu mieux comprendre l'enfer à travers lequel son père était passé, les camps de concentration. Il a alors enregistré de longues conversations avec lui pour éventuellement raconter en bande-dessinée les horreurs que sa mère et lui avaient vécus lors de la Seconde Guerre mondiale.

Parues au début des années 1990, ces BD ont révolutionnées le genre et lui ont valu plusieurs distinctions internationales. En plus de raconter un récit réaliste et troublant, Art Spiegelman a décidé de représenter tous ses personnages par des animaux : souris pour les juifs, chats pour les nazis, etc. Donnatnt ainsi un recul face aux horreurs qu'il nous présente et permet de mettre encore plus l'emphase sur l'absurdité du massacre juif. Les chats contre les souris, plutôt que les hommes contre les hommes. Un autre volet important qui rend la lecture d'autant plus touchante, est que l'auteur ponctue son récit des épisodes, souvent conflictuels, où il procède aux interviews avec son père. Il réussit à nous le rendre insuportable, alors que quelques pages plus tôt, ou plus tard, le lecteur est dévasté par le calvaire à travers lequel il a dû passer et ébahi par la débrouillardise dont il a usé pour survivre. On suit son parcours depuis la prospérité d'avant guerre, la perte d'êtres chers, son passage à Auschwitz, l'horreur au quotidien, le travail dans les camps, les fours, les morts, toujours les morts...

Cela faisait très longtemps que j'entendais parler de cette BD. Je n'ai pas été déçue. C'est fort, très fort. L'Holocauste, Auschwitz, on sait, on croit savoir, mais c'est au delà de l'entendement. L'art sert aussi à ça, faire connaître des pans de notre histoire, tout aussi immondes soient-ils. Je suis loin de tout connaître à propos des atrocités de la Seconde Guerre Mondiale mais une chose est sûre, ce ne sont pas mes cours d'histoire qui me l'ont fait connaître. Au nom de tous les miens, Schindler's list, La part de l'autre, et maintenant Maus m'ont beaucoup plus appris. À lire.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Epicure 750 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines