Magazine Culture

Shrek 4, il était une fin..

Publié le 08 juillet 2010 par Blogyblogoo

Après un mois de vacances bien mérité, Blogy Blogoo revient pour enjoliver votre été de ses articles toujours aussi pertinent et irrésistiblement drôle !

Pour cette rentrée estivale, nous sommes aller voir pour vous, le dernier opus de la saga Shrek (en trois dimensions !). La dernière production de chez Dreamworks, 9 ans déjà après le premier épisode s’apprête à vivre ses dernière heures cinématographiques. Les attentes sont donc grandes pour la conclusion de cette fresque, qui nous avait tant séduis par ses deux premiers films mais aussi quelque peu déçu par le troisième.

Shrek 4, il était une fin..

L’humour décalé, les parodies bien amenées, les dialogues finement écrits, un rythme et une image léchée, furent les éléments clefs du succès planétaire connu par cette saga animée. Pourra-t-on en dire autant de cet épilogue ?

Pour cette dernière aventure, nous avons le plaisir de retrouver tous les protagonistes délirants qui accompagnent l’ogre vert depuis ces débuts. Le film commence sur de bonnes bases. Très bien montée, cette introduction nous dévoile un Shrek prisonnier de son quotidien et nostalgique d’un temps où un battement de cil suffisait à effrayer la population. L’ogre terrifiant s’est mué en un papa poule, pantouflard et un poil mondain !

Supportant très mal ce qui pourrait s’apparenter à la crise de la quarantaine chez les humains, Shrek décide de troquer une journée de sa vie contre 24h du temps où tout le monde le craignait ! Seulement pour arriver à ses fins, le gentil géant devra signer un pacte avec Tracassin, un trole sournois aux pouvoirs magiques et aguicheurs…

C’est à partir de ce moment que le film dérape ! Les ogres font la guerre, Fiona ne reconnait plus son prince charmant mais conduit à présent l’armée des ogres… En bref, Shrek doit repasser par toutes les étapes qui ont écrit l’histoire des précédents épisodes. Seulement, à l’image de cette réalité alternative, le film n’est plus que l’ombre de lui même.

Shrek 4, il était une fin..
Fini l’humour décalé qui nous avait tant séduit, les gags se suivent et se valent de médiocrité. La 3D ne donne aucun relief à un film qui en a cruellement besoin. Les méchants, autrefois irrésistibles, ne font plus rire. Mike Mitchell, le réalisateur de navets en série y est peut être pour beaucoup. Comment Dreamworks ont-ils pu laisser cette saga, si drôle dans les deux premiers opus, descendre aussi bas ? Le projectionniste se serait-il trompé de bobine ? Aurions nous tous visionné un banal bonus de dvd (et encore, un mauvais bonus) ?

Malheureusement non, seul Shrek était dans une uchronie… L’animation reste impeccable, la 3D est agréable, mais cela reste anecdotique tant la déception est grande. Il ne nous reste plus qu’à attendre la future sortie d’un spin-off, centré autour du personnage du Chat Potté (le seul personnage restant drôle dans ce film), en espérant un retour au source. Autrement, le très attendu Toy Story 3 débarque dans les salles obscures française ce 14 juillet, pour un feu d’artifice de gags en tout genres. Il viendra sans aucun doute réduire notre amertume… L’occasion pour la firme Pixar d’assoir, un peu plus, sa très nette supériorité dans le domaine des films d’animations.

Votre dévoué serviteur



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Blogyblogoo 861 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine