Magazine Culture

Leçon de choses

Publié le 15 décembre 2007 par Philippe Di Folco
Encore un rêve décidément [Changement d'alimentation ? A ce propos, existe-t-il un lien entre aérophagie, flatulence et production onirique ? En clair : l'air que j'expulse à longueur de temps (cf. la canzone Ich bin un Grosse Petoman... du baron Zeppelin) se fait plus rare, on me le dit d'ailleurs, ici et là, donc cet air doit bien passer quelque part : pneuma et rêve, ça me rappelle les séminaires d'Hersant)]
On est à la campagne. Je ne sais qui est qui, si je suis l'élève ou bien le maître, ou les deux à la fois, toujours est-il que tout ça s'ouvre sur l'une de ces magnifiques leçons de choses, une leçon comme on a toujours voulu, comme si Tout l'Univers devenait clair, précis, un mélange d'abécédaire avec pochoirs, petites poèmes en prose vous expliquant pourquoi telle ou telle chose s'appelle ainsi, est de telle forme, etc.
Il y a le bol. Il demande pourquoi le bol est un bol.
Alors les vieilles mains forment un bol en se rejoignant.
Elle approchent d'une fontaine.
Elles recueillent un peu d'eau.
Elles font boire l'enfant.
Mais l'enfant insiste : pourquoi les bols en plastique et en terre, pourquoi ça.
"Un jour, quelqu'un s'est rendu compte que son récipient en bois, en coquillage, c'était certes plus pratique que les mains, mais bien moins résistant que le terre cuite, voilà."
Alors l'enfant boit directement à la source.
"Un jour quelqu'un, une maman a voulu porter de l'eau à son bébé. D'abord elle l'a fait avec sa bouche. Et aussi avec ses mains. C'est plus propre avec la bouche, tu sais... Et puis elle a cherché un récipient. Les autres créatures sont peu nombreuses à se servir d'ustensiles. On connaît le cas de la loutre, qui tend à disparaître de nos rivières. C'est bien dommage, si tu voyais les yeux de la loutre... La mère en fin de compte a cherché un moyen plus pratique, avec l'usage : l'important ici ce n'est pas la signification du bol, c'est l'usage. Au bord de la mer, elle utilisera des coquilles, des carapaces. Dans un endroit humide, des bois creusés, mais qui ont l'inconvénient de pourrir vite. Ce qui est intéressant vois-tu c'est de réfléchir à cet instant où ses mains ont commencé à pétrir l'argile pour former un bol. On a retrouvé des millions de bols  plus ou moins cassés sous la terre.  Le bol c'est fondamental.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Philippe Di Folco 18 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine