Magazine Cinéma

Comme ton père

Par Ffred

L'histoire

1968. La famille Maïmon : Félix, Mireille et leurs deux enfants, Eric et Michel, débarquent à Marseille.
Quelques années plus tard, à peine installé à Belleville, Félix fait la connaissance de Serge, un parrain local avec qui il se lie d'amitié. Serge entraîne Félix sur les chemins du grand banditisme, jusqu'à ce que celui-ci se fasse prendre par la police et décide d'endosser, à la place de Serge, la responsabilité de chef de bande. Mireille, honteuse, raconte à ses enfants que leur père est rentré pour combattre en Israël.
Michel et Eric passent leur temps libre à jouer dans un terrain vague à côté de l'appartement, où Michel découvre une cachette abandonnée emplie d'objets de la guerre, dont un vieux projecteur de cinéma. Mireille prend la famille à bras le corps et tente de protéger ses enfants de l'influence de Serge.

Mon avis

Un premier film en forme de souvenir d'enfance auto-biographique. Marco Carmel retrace l'histoire de sa famille telle qu'elle s'est réellement déroulée en introduisant quelques éléments de fiction. La mise en scène si elle reste très sage et très classique, parvient à faire vivre un scénario sympathique qui a vraiment l'air d'être venu du coeur. Tout le film est bercé d'une belle nostalgie, douce-amère, plein de tendresse. L'ambiance des années 70 est retransmise juste par quelques détails (journaux, films, costumes, coiffures) mais qui suffisent amplement à remettre dans le contexte et dans l'époque.

Les acteurs, bien impliqués dans leurs rôles sont tous très bien, même si Gad Elmaleh a un peu l'air de forcer un peu trop son personnage. Peut être plus loin que ce qu'il fait d'habitude et qui pourrait révéler certaines limites. Celle qui illumine le film par sa présence et son immense talent c'est Yaël Abécassis. Comme dans Sans moi, elle tout simplement parfaite. Non seulement d'être belle, elle arrive à faire passer une quantité de sentiments, d'une façon très naturelle avec force et douceur à la fois. Une belle, discrète et grande actrice. Les jeunes enfants Corentin Daumas et surtout Jules-Angelo Bigarnet sont très natures et très convaincants.

Un beau premier film donc, comédie familiale douce-amère, fraîche et tendre. Un très bon moment.

 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Des serpents dans l'avion - comme le titre l'indique...

    Ce qui est cool avec certains titres de film, c’est qu’il n’y a pas à chercher loin pour comprendre le sujet. Mais faut parfois ne pas trop en faire, le cool... Lire la suite

    Par  Bebealien
    CINÉMA, CULTURE
  • Joshua, un gamin pas comme les autres

    Joshua, gamin comme autres

    On croyait avoir soupé de ces gamins maléfiques qui empoisonnent la vie de leurs parents jusqu'au drame. Surtout après la sortie de l'infâme Malédiction,... Lire la suite

    Par  Rob Gordon
    CINÉMA, CULTURE
  • Mass Market, du motion design comme on l'aime !

    Encore et toujours du motion design ! Mass Market est un studio new-yorkais composé d'un directeur artistique, d'un producteur et de toute l'équipe du studio... Lire la suite

    Par  Muteinmotion
    CINÉMA, CULTURE
  • Compile de l'été #2 : T comme été

    La pédale Shbowoing-shwoing aurait dû garder ce nom, mais non, il a fallu qu'on l'appelle wha-wha, nom d'un chien ! Elle a certes du chien ainsi, à la... Lire la suite

    Par  Michelsardou
    CONSO, CULTURE, MUSIQUE
  • Comme une tombe

    Auteur: Peter James Titre original : Dead simple Série : 1er de la série Roy Grace Éditeur : LivreDePoche 1ère édition : 2004 Nb de pages : 531 Lu : juillet 200... Lire la suite

    Par  Madame Charlotte
    CONSO, CULTURE, LIVRES
  • C comme Censure

    Avec sa couverture dorée, son format allongé et son poids respectable, le volume peut faire penser à un lingot. Pourtant, rien de ce qui es... Lire la suite

    Par  Christophe Greuet
    AUTRES LIVRES, BD, CONSO, CULTURE, LIVRES, MUSIQUE
  • "L'amour comme par hasard", d'Eva RICE

    "L'amour comme hasard", d'Eva RICE

    So British…Londres, 1954. Alors qu’elle s’apprête à prendre le bus pour rentrer chez elle, une splendide mais agonisante demeure nommée Milton Magna, Pénélope... Lire la suite

    Par  Virginie
    BD, CULTURE, JEUNESSE, LIVRES

A propos de l’auteur


Ffred 143 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines