Magazine Culture

Hergé - Pierre Assouline ( I )

Par Woland

Hergé - Pierre Assouline ( I )

Voici assurément l'une des biographies les plus complètes jamais produites sur Georges Rémi, dit Hergé, le père de Tintin. Même si son auteur manifeste évidemment de la sympathie pour son sujet, il évite de tomber dans l'hagiographie et n'hésite pas, bien au contraire, à pointer du doigt les défauts de l'homme derrière le créateur de génie.

Car Tintin et son univers en ligne claire, avec le capitaine Haddock anathémisant à tous vents, le Pr Tournesol toujours à côté de la plaque sauf s'il s'agit de construire une fusée destinée à alunir, Nestor, le majordome légué au capitaine par les anciens propriétaires de Moulinsart, la Castafiore, son grand air, ses caprices de diva et ses bijoux, le général Alcazar et son obsession révolutionnaire, Abdallah et son génie démoniaque pour les farces de très mauvais goût, sans oublier Séraphin Lampion, roi des casse-pieds belgicains et les Dupondt, champions incontestés du bafouillage et de la maladresse, en général, on les aime bien. Ils font partie de notre enfance et rouvrir les albums où ils se tiennent, toujours prêts à partir à l'aventure, c'est un peu rouvrir la boîte de nos meilleurs souvenirs.

Certes, il y aura toujours les champions efflanqués de la Bien-Pensance pour accuser Tintin et Milou de racisme, voir en l'infâme Rastapopoulos la preuve éclatante de leur antisémitisme (on notera que, en dépit de la consonance du patronyme, les Grecs n'ont pas encore intenté de procès à Hergé au prétexte de racisme anti-grec) et découvrir leur haine des Arabes dans l'intrigue de "Coke en Stock". Ce sont d'ailleurs les mêmes qui détournent la tête devant la prise de position pro-chinoise de Hergé dans "Le Lotus Bleu", devant sa haine des dictatures dans les albums où interviennent les pays bordure et syldave, ou encore devant son mépris railleur des dérives militaires dans les albums situés en Amérique du Sud (la fin de "Tintin et les Picaros", particulièrement cynique et désenchantée, est des plus révélatrices).

Mais mis à part pour cette poignée d'agités du bocal, on peut le dire et le répéter : Tintin et son petit monde ont droit de cité dans nos bibliothèques - et aussi dans nos coeurs.

Georges Rémi par contre, le lecteur moyen, si tintinanophile qu'il soit, a beaucoup plus de difficultés à le considérer avec bienveillance.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Woland 388 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines