Magazine Cinéma

Missing

Publié le 19 juillet 2010 par Olivier Walmacq

150

Genre: Drame
Année: 1982
Durée: 2h
L'histoire:

Santiago  du Chili, 17 septembre 1973. Six jours après le coup d’état  militaire mené par le Général Augusto Pinochet, le jeune journaliste Américain Charles Horman ( John Shea) disparaît à son retour de Vina del Mar, station Balnéaire qui fut, selon toute vraisemblance, le lieu où fut organisé le Putsch. Ce fut durant son séjour là bas que le reporter et sa collègue et amie Terry Simon furent témoins d’une importante présence de militaires et officiels américains.

Qu’elle pourrait être l’explication de  leur venue ici si ce n’est qu’ils étaient impliqués dans le coup ? Son père, Edmund Horman (Jack Lemmon) , américain croyant fortement en son pays, se rendra au Chili pour retrouver son fils avec l’aide de Beth (Sissy Spacek) , sa belle fille.
Alors que tout conduit à prouver que l’ambassadeur et son entourage leur font perdre leur temps en les envoyant sur des fausses pistes, Ed et Beth ne tarderont pas, au fil de leurs investigations, à découvrir une terrible vérité.
La Critique de Nicos31:
Tiré de faits réels, le premier  film américain réalisé par Costa Gavras, « Missing » s’appuie sur le livre de l’avocat Thomas Hauser « The Execution of Charles Horman: An American Sacrifice ». 
Thomas Hauser retraçait dans son livre le parcours de Charles Horman, de son départ des Etats-Unis en passant par son installation au Chili, à sa disparition survenue le 17 septembre 1973, soit 6 jours après le putsch, et continuant sur l’arrivée de son père et l’enquête que celui-ci mena en collaboration avec sa belle-fille Joyce pour le retrouver.
Hauser contait dans son livre des faits avérés, appuyés par des preuves et des témoignages. Pour son adaptation, Costa Gavras choisira de son concentrer uniquement sur la disparition du jeune américain, ainsi que de l’enquête menée par son père et son épouse.

Le metteur en scène choisira par ailleurs de transposer à l’écran, comme l'auteur du livre, uniquement des faits confirmés . Gavras choisit donc la même approche que Hauser et ne montre d’ailleurs jamais les officiels américains parlant seuls entres eux (personne n’ayant été témoin de ses moments précis), mais adoptera le point de vue du père et de l’épouse d’Horman.

Alors que Charles Horman était un jeune américain aux idées libérales et faisant preuve d’un grand idéalisme, son père lui était l’américain type, religieux , ayant voté pour Nixon et croyant en son pays ainsi qu’à sa politique étrangère.

Bien que les différents sont nombreux entre eux, Ed cherchera à tout prix à retrouver son fils dans un pays en plein chaos et  ne tardera pas à découvrir les véritables raisons ainsi que l’implication de son gouvernement  dans la disparition de son enfant et dans le putsch.
Il finira par rencontrer son fils qu’il finira par comprendre et à respecter. Le réalisateur montre le transformation du père.
A ce sujet, le choix de Jack Lemmon était plus que judicieux. Ce choix, au départ, ne fit pas l’unanimité de tous ceux qui furent impliqués dans la production mais il fut payant car force est de constater que Lemmon est la parfaite représentation de monsieur tout le monde.
Plus Ed et Joyce avancent dans leur quête de la vérité, plus le père du journaliste  découvrira certains petits détails déplaisants qui lui feront comprendre qu’on lui ment depuis son arrivée.
Au fil de son parcours, Ed sera témoin des nombreuses atrocités commises sous la dictature de Pinochet et ne comprendra pas pourquoi son gouvernement continue d’appuyer cela.
A ce stade, Ed ne pourra plus tolérer les mensonges que les officiels américains en poste au Chili essayeront de lui faire avaler.
La présence de l’épouse de son fils à ses côtés lui sera précieuse et aura une place importante dans le changement de point de vue de ce dernier.
C’est à travers les nombreux détails que Joyce lui donnera sur la vie quotidienne de leur couple, qu’il finira par cerner la véritable personnalité de Charles.

Joyce Horman, dont le prénom fut changé en  Beth dans le film sous la demande de la principale concernée, est  merveilleusement interprétée par Sissy Spacek .
Sous l’apparence de la femme fragile, la comédienne offre au personnage  une  personnalité de femme bien plus forte qu’elle peut paraître au premier abord.
J’avoue avoir toujours eu un faible pour cette actrice qui nous à offert de grande performance avant et après « Missing » et qui, bien que ne ressemblant pas physiquement à la veuve du journaliste, a remarquablement cerné la personnalité de cette dernière.
Témoignages et preuves appuieront le fait que Charles Horman fut arrêté et exécuté car il avait découvert l’implication de son gouvernement dans le coup d’état. 
Suite à cela, Ed Horman porta plainte contre 11 officiels du gouvernement  américain dont l’ambassadeur américain, y compris Henry Kissinger alors qu’il était secrétaire d’état sous l’administration Nixon. Le procès aboutira sur un non lieu, la cours déclarant qu’il n’y avait pas assez de preuves pour étayer l’accusation des Horman, mais rendant possible la réouverture du procès si de nouvelles preuves étaient apportées. Les Horman continueront d’ailleurs un combat permanent.
Ed Horman mourut en 1993 mais Joyce, l’épouse de son fils , poursuit ses recherches, retournant régulièrement au Chili (depuis la chute de Pinochet) pour y recueillir des témoignages, faisant de nombreuses demandes de documents auprès de son gouvernement , etc.... L'Un d’entre eux aura d’ailleurs son importance: il confirmera de façon assez  précise que les officiels américains en poste au Chili au moment du coup d'Etat, avaient une part de responsabilité dans l’arrestation et l’exécution de Charles Horman au Stade national.
Au mieux, les officiels US savaient qu’Horman était aux mains de la Junte et il n’ont rien fait pour éviter sa mort. Au pire, ce sont eux qui ont demandé de le faire disparaître.
Joyce défend également les droits de l’homme et continue de faire de nombreuses interventions  publiques partout  dans le monde où ceux-ci sont bafoués.
Force est de constater que Gavras nous offre ici une œuvre puissante et probablement l'un de ses meilleurs films. L'expérience fut gratifiante pour tous ceux qui l'ont vécu.
Jack Lemmon déclarera d'ailleurs que "Missing" est l'une, sinon La plus belle expérience cinématographique de sa carrière d'un point de vue professionnel mais également personnel. Il est important de noter qu'une forte et longue amitié se nouera entre Ed Horman et le comédien.
"Missing" est un film marquant qui, après une seule projection , change notre vision du monde. Une œuvre puissante!
Note: 20/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines