Magazine Culture

LE CHEMIN DES OMBRES DE Jérome Noirez

Par Phooka @Phooka_Book


Quatrième de couverture:LE CHEMIN DES OMBRES DE Jérome Noirez

Depuis la disparition de ses parents, il revient à Amaterasu de diriger le clan Isanami. Charge d'autant plus lourde pour la jeune femme que la reine Himiko et ses armées implacables se massent aux portes du village, et que son frère, Susanowo, s'est exilé dans la forêt. On le dit fou, violent, pétri de haine à l'égard de sa soeur... et prêt à commettre l'irréparable. Sous l'influence de leur mère, devenue souveraine du royaume des morts, qui nourrit le projet macabre de réunir sa famille par-delà les frontières de la vie, Susanowo kidnappe Amaterasu. Commence alors pour les deux adolescents un voyage qui les emmènera bien plus loin qu'ils n'auraient pu l'imaginer...
L'avis de Phooka:
Une jolie petite gourmandise que ce chemin des ombres! Petite parce que le roman est court et non pas par sa qualité! Un roman court oui, mais pour une fois je ne râle pas, il est juste de la longueur qu'il faut, pour raconter cette légende japonaise. Comme un conte qu'on entendrait au coin du feu, Noirez nous entraine dans la mythologie japonaise ancienne. Ne voyez pas ce roman comme un "pillage" des légendes d'un peuple, non pas du tout! Jérôme Noirez se l'approprie et nous en donne SA version! Une version superbe car on sent à quel point l'auteur aime et connait le Japon. C'est un récit plein de poésie et de sensibilité, avec des touches de couleurs tellement étonnantes que le lecteur "voit" le paysage par les yeux des héros et en "sent" tous les arômes comme s'il était sur place!Quant aux personnages, ils sont eux aussi très réussis et psychologiquement très complexes. Susanowo, le frère est un être torturé, mal dans sa peau, rempli de haine et il va comprendre petit à petit ses erreurs..Sa sœur, Amaterasu, semble plus sûre d'elle et pourtant ce n'est que façade...Susanovo va kidnapper sa propre sœur et cet enlèvement va les obliger à vivre ensemble, à confronter leurs souvenirs, leurs expériences et finalement les amener à s'entraider et à s'apprécier. C'est vraiment un roman très réussi et très visuel. Le passage vers le monde des morts, le monde ténébreux et d'une force incroyable. De même que la partie se passant près des chutes. Il m'en reste des images très fortes.Je ne suis pas une "fan" du japon et je n'étais pas "prédestinée" à ce genre de lecture, mais là, je me suis laissée emporter dès les premières pages et il m'a été difficile de ne pas finir le roman d'une traite. Je n'ai pas pu m'empêcher de penser au Clan des Otoris qui m'avait fascinée de la même façon. La Fantasy mélangée à la mythologie japonaise donne une sorte de poésie présente nulle part ailleurs. Et Jérôme Noirez manipule cet effet de façon très réussie. Je ne saurais que vous conseiller de découvrir ce petit, mais puissant, roman. Il convient aux jeunes et aux adultes, de la même façon. Vous ne serez pas déçus!
N'empêche je verrais bien une suite moi! Que devient Susanowo à l'âge adulte? Je suis sûre qu'il va vivre des aventures passionnantes et j'aimerais bien les connaître!
J'ai Lu, 188 pages, 5,60 euros.
LE CHEMIN DES OMBRES DE Jérome NoirezQuelques mots sur le travail de l’éditeur Mango, qui publia en 2008 l’édition originale reprise par J’ai Lu en poche en 2010. S’inscrivant dans la démarche didactique des Editions Gulfstream, la collection « Royaumes Perdus » - placée sous la houlette du très grand Xavier Mauméjean qu’il n’est plus besoin de présenter - destinée à de jeunes lecteurs, mais, vous l’aurez compris, pas que, étoffe son roman d’un appendice nous retraçant les arcanes de la tradition shinto, qu’elle complète d’un lexique fourni exposant les différents noms des personnages du roman, tous rattachés à des figures emblématiques des légendes japonaises. Si l’on s’évade en prenant le plus grand plaisir, ce n’est pas sans apprendre... Et puis, en guise de cerise sur le gâteau, la couverture, avec cette police de caractères gravés en lettres d’or, et cette illustration alléchante signée Miguel Coimbra qui habille le tout d’un charme esthétique certain...
(Extrait de la chronique du cafard cosmique sur le chemin des ombres)
Et il se trouve que j'ai aussi la version Mango du roman..donc en fait je l'ai en double! Oui je sais je suis incorrigible....

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Phooka 16646 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines