Magazine Côté Femmes

Fête des eaux - Courses

Par Céline

Je vous ai laissé sans nouvelles pendant longtemps, me voici de retour avec la fin de la Fête des eaux et quelques photos du Cambodge dans la semaine (le message est déjà écrit).

Difficile de se remettre dans l'ambiance, une grande volonté pour chacun de gagner des courses, beaucoup d'encouragements de la part du public.

Beaucoup de cambodgiens travaillent à Siem Reap mais viennent des villages autour de la ville, pour eux qui ne voyagent pas, 30 km représentent une distance importante, alors de voir, un bateau de leur village, transforme leur visage immédiatement et une grande fierté de pouvoir encourager un bateau de tête connue.

Ils seront pour toujours des enfants des villages du Tonlé Sap, des Roulos, ils se soutiendront (même si ici la tradition veut que cela soit du donnant donnant).

Siem Reap n'est pas leur ville, en plus, la ville a changé brusquement depuis 3 ou 4 ans pour acceuillir de plus en plus de touristes que chacun en perd son latin khmer.

Rien n'a été oublié pour les touristes mais rien n'a été fait pour les habitants de cette ville. La construction des hôtels, golfs et autres infrastructures réservées aux touristes à bouleverser l'environnement de la ville en matière d'énergie.

Rien n'a été organisé alors que la ville a probablement doublé, non triplé sa capacité hôtelière.

Aucun plan d'aménagement de la ville n'a été prévu, aucune estimation de consommation d'eau, d'électricité, aucun calcul sur l'augmentation des déchets et donc leur ramassage puis leur traitement n'a été prévu.

Aucun plan de circulation, souvenez-vous qu'ici, seul les personnes très riche ont une voiture, les rues, avenues de la ville ne sont pas toujours adaptés à la centaine de bus convergeant vers les temples.

Beaucoup de routes sont en terre ou en laterites. La route devant reliée Siem Reap à la frontière thaïe n'est toujours pas terminée après je ne sais plus 3 ans ou 4 ans de travaux et donc la compagnie aérienne deserveant Siem Reap en garde le monopole. Et donc son lot de corruption passive ou active.

Mais avant tout, il y a des hommes et des femmes au Cambodge, qui se battent pour leur survie, l'éducation de leur enfant et l'avenir de leur pays.

Alors il ne faut pas oublier que nous sommes là pour eux, pour les accompagner, leur transmettre un peu de savoir faire, leur montrer l'exemple sans jamais oublier que nous ne sommes pas chez nous, que nous devons leur permettre de comprendre, réflechir et choisir leur avenir.

Nous ne devons jamais oublier que comprendre ce pays et donc s'impliquer chaque jour un peu plus demande une compréhension de la culture khmère.

Cela ne se fait pas en un jour.

Vous avez été nombreux à me demander comment aider le Cambodge, voici mes conseils sachant que vous devez vous faire votre propre référentiel.

L'urgence maintenant est l'enseignement supérieur. Permettre aux jeunes bacheliens d'aller à l'université pour cela il faut des parrains et aussi des ONG pour structurer le tout. Il faut compter 500 $ pour une année de scolarité mais il peut y avoir des frais supplémentaires. Souvent les étudiants sont parrainés par 2 famille.

Permettre aux jeunes adultes d'être formés pour cela plusieurs ONG peuvent être aidé dans des programmes très différents, à vous de vous faire votre propre opinion.

Friends a 2 centres à Phnom Penh et Siem Reap est forme aux métiers liés aux tourismes cuisine, service, hôtelerie mais aussi coiffeur, mécanicien etc.

Agir pour le Cambodge finance un hôtel restaurant école à Siem Reap, SalaBai, quelques uns connaissent ce projet grâce au livre paru il y a plus de 2 ans maintenant. L'école forme depuis 5 ans, 100 élèves par an, aux métiers liés au tourisme cuisine, service, front office, etc.

Concernant Salabai, vous pouvez reserver vos nuits d'hôtel pour votre prochain séjour à Siem Reap ou déjeuner au restaurant d'application.

Pour Friends, vous pouvez déjeuner au restaurant d'application mais aussi acheter dans les boutiques de l'ONG de l'artisanat local.

Il manque cruellement d'école de ce type au Cambodge, peut être que plusieurs d'entre vous, serez près à venir et créer des écoles avec un enseignement général mais aussi des formations spécifiques métiers.

Beaucoup d'ONG permettent de parrainer des jeunes enfants pour aller à l'école mais n'oubliez pas les bacheliers cambodgiens, permettez leur d'aller à l'université et de devenir les futurs cadres de ce pays.

N'oubliez pas d'étudier les comptes de l'ONG, de connaître les frais de fonctionnement, etc.

A très vite,

Anne


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Céline 24757 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog