Magazine Culture

DAF – Der Mussolini

Publié le 21 juillet 2010 par Guilman

post thumbnail

Der Mussolini, c’est le manifeste politico disco gay teuton du début des années 80. Un manifeste radical et subversif qui a connu la gloire dans tous les plus grands clubs européens et américains. DAF, pour « Deutsch Amerikanische Freundschaft » n’est pas un sombre groupuscule néo nazi vouant un culte au dictateur fasciste italien Mussolini comme le titre Der Mussolini pourrait le suggérer, mais plutôt l’un des piliers de la musique électronique allemande, plus gay que Kraftwerk et plus punchy que Cabaret Voltaire. La gayeté suinte par tous les pores d’Alles Ist Gut, second opus des germano-américains, de la pochette d’album représentant Robert Görl et Gabi Delgado-Lopez torse nu jusqu’à leur musique testosteronée. Mais ne vous y trompez pas, DAF est aux Village People ce que les Stones sont aux Jonas Brothers

DAF n’est pas juste une icône de la communauté gay des eighties, c’est aussi et surtout un groupe précurseur de l’EBM qui synthétise à lui seul la nouvelle forme de langage de l’époque, le langage du corps combiné à celui de la machine. Car les machines sont bien évidemment omniprésentes dans les productions de DAF, et Der Mussolini est un bon exemple de leur utilisation, rendant la rythmique synth pop minimale et martiale et le tempo addictif à tel point qu’une simple écoute de ce morceau peut vous donner envie de vous enduire le corps d’huile et de faire de la muscu en slip et en rythme. Les mélodies rappellent Tangerine Dream, Alan Parson Project ou Gorgio Moroder en plus… germanique. DAF, sans complexe, a aussi eu le courage de chanter dans sa langue natale, ce que très peu de groupes à l’époque ont été capables d’assumer.

Der Mussolini
est la parfaite illustration de la musique de DAF. Un style dansant et très radical, froid et sensuel, toujours aussi bon près de 30 ans après. DAF a su marier la chaleur propre à son orientation sexuelle (on imagine assez bien en écoutant ce titre Gabi Delgado-Lopez entrain de se caresser l’entre-jambe) à la froidure de l’EBM naissante. Même si 30 ans après, le son peut paraître désuet, le résultat est là : un titre cultissime à l’esthétique novatrice et fondatrice qui inspirera quelques grands noms de la musique électronique, Front 242, Skinny Puppy ou DJ Hell.

Vous aimez ? Vous aimerez :

  • Boredoms – Livwe!!
  • Dntel – The Dream Of Evan And Chan (Superpitcher remix)
  • Nancy Sinatra – Sugar Town
  • Aphrodite’s Child – Loud Loud Loud
  • Laurie Anderson – O Superman


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Guilman 735 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines