Magazine Culture

Lunes d'encre

Publié le 26 juillet 2010 par Acdehaenne

* Ceci n'est pas une publicité * 


Née en 1999 sous l'impulsion de Gilles Dumay (il en est d'ailleurs toujours le directeur de collection), Lunes d'encre reste à mon avis la meilleure des collections dédiées aux littératures de l'imaginaire, car elle se veut avant tout littéraire. 

Fantasy au Petit-Déjeuner
Je m'explique. De part les choix éditoriaux de son directeur, la collection a su entretenir depuis le début un équilibre quasi-parfait entre des auteurs dits classiques (Asimov, Dick, Vance ou Zelazny...), des poids lourds de la SF et de la Fantasy actuelles (Gentle, Holdstock, Priest ou Wilson...) et des coups de coeur (Merjagnan, Dufour, Kloetzer ou Duncan...). Grâce à cette alchimie, Gilles Dumay a su placer la barre très haut. Bien sûr, faire le choix de la qualité aux dépends de la quantité (on ne peut pas dire qu'avec cent dix titres en dix ans, on soit noyé sous les publications Lunes d'encre !) participe de cette exigence affichée dès le départ. Les livres en eux-mêmes sont de véritables petits bijoux. Le choix des meilleurs illustrateurs du moment (l'incontournable Manchu bien sûr, mais aussi G. Sorel ou bien encore Lasth...) contribue évidemment à la beauté de ces objets. Et c'est tout cela qui rend cette collection totalement indispensable. Un bémol toutefois pourrait être avancé pour atténuer quelque peu ce concert de louanges : le prix. Personnellement, cela ne me semble pas rédhibitoire. En effet, je pense sincèrement que la qualité a un coût. Pour bien faire, ne faudrait-il pas lire exclusivement des livres estampillés Lunes d'encre ? Après tout, pourquoi pas ?

Séries TV

Pour ma part, grâce à Lunes d'encre, j'ai découvert des auteurs anglo-saxons de tout premier ordre. Robert Holdstock, avec Le Souffle du Temps (j'espère pouvoir rapidement me plonger dans La Forêt des Mythagos...) Mary Gentle et la magnifique saga du Livre de Cendres. Dan Simmons et l'incroyable Echiquier du Mal. Robert Charles Wilson, avec Les Chronolithes et Spin. Des merveilles ! Ian McDonald et son splendide Roi du matin, Reine du jour. Christopher Priest et son roman qu'aucun superlatif ne peut vraiment cerner : La Séparation. Et il y en a plein d'autres ! Oui, il y en a tant...

En me penchant sur ce qui m'attire dans les livres de cette collection, je me suis rendu compte qu'ils ont en commun un style qui transcende l'histoire racontée par leurs auteurs. Une écriture tellement belle qu'elle rend malheureux tout apprenti écrivain qui rame pour rendre jolie la moindre de ses phrases... Ces auteurs ont tous une verve qui

Séries TV
permet au lecteur de partir le plus loin possible de son quotidien. C'est d'ailleurs ce que je recherche dans mes lectures. Je le trouve dans les bouquins publiés chez Lunes d'encre ! Depuis que j'ai découvert cette collection, je ne me suis (quasiment) jamais trompé.

Si vous ne connaissiez pas Lunes d'encre, j'espère humblement vous avoir donné envie. Si par bonheur vous la connaissiez, vous savez à quel point ce que je dis ici est vrai. Dans tous les cas, je ne vois qu'une chose à dire en guise de conclusion : "Lunes d'encre, c'est bon, mangez-en !"

A.C. de Haenne

*Ceci était une déclaration d'amour littéraire*


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Acdehaenne 1290 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine