Magazine Culture

James Ferraro – Shea Stadium, Brooklyn

Publié le 03 août 2010 par Deliciouscopitone

james ferraro

pic: Emilie Friedlander

Le Shea Stadium est un espace d’art très actif dans le D.I.Y situé à Williamsburg. C’est à la fois un studio d’enregistrement et une salle de concert. Je m’y suis rendue le 29 juillet 2010 pour aller écouter James Ferraro.

Quand il a commencé, tout le p’tit monde s’est fichu par terre. Les gens remuaient leurs têtes doucement, les yeux fermés. Ouais, c’est ça, je crois bien que les trois quart du public avaient les yeux fermés. Ça faisait limite séance de yoga pour drogués. Entrainant et vraiment pas lassant. James et ses machines, une merveille. Un son qui te transporte ailleurs. Rythmique et hypnotique. Y en a quand même un qui avait l’air de se faire franchement chier, d’ailleurs je n’ai pas compris ce qu’il foutait là. Bon, vers la fin, il s’est un peu lâché et ça m’a bousillé les tympans. Et là, j’ai commencé à avoir des visions bizarres, pourtant je n’étais pas droguée. Une prairie de palmiers avec des minis poneys roses en plastique et quelques étoiles filantes sur un fond bleu d’été. Les poneys ont fait des bulles multicolores avec leurs chewing-gum. Une petite montée, le rythme de la musique commence a changé, tiens chouette… et bah non, flûte, c’est déjà la fin. C’était bien. Après, ils ont passé du New Order, et je me suis tirée.

The Shea Stadium is a sort of very busy art gallery in the D.I.Y located in Williamsburg. It is as much a recording studio as a place for concerts. I went to it on July, 29, 2010 to hear James Ferraro.

When he began to play, every one in the audience lay on the ground. People slowly shaked heads, eyes closed. Yeah, that’s it, I believe the quarter of the audience were eyes closed. It was close to a yoga lesson for drug addicts. Lively and really not tedious. James and his machines, wonderful. A sound that is leading you to the unknown. Rhythmical and mesmerising. Although one really seemed to be bored, besides I didn’t understand why he was there. Well, by the end, he got loose and wreck my ears. Then, although not on drugs, I had some strange visions. A meadow made of palm trees with tiny plastic pink poneys and a few shooting stars on a summer blue background. Poneys made multicoloured bubbles with their gums. It gets higher, rhythm starts to change, well, that’s good…wait, no, damn, it’s over. That was nice. After, they put on New Order, I cleared off.

[MP3] James Ferraro – Clear, track 3 (Clear, 2008)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Deliciouscopitone 5021 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines