Magazine Cinéma

Le Territoire Des Démons

Publié le 03 août 2010 par Olivier Walmacq

44672114_p

Genre : Chambara (action)

Année : 1973

Durée : 85min

L'histoire : Ogami Itto est provoqué en duel par cinq guerriers du clan Kuroda, qui détiennent chacun une partie de l'intitulé d'une mission qui, s'il vainc les cinq guerriers, lui sera confiée. Ce qui arrive...Il devra permettre au fils du chef du clan Kuroda, lequel s'est fait piquer sa position de futur chef de clan par une femme (fille bâtarde du chef du clan), de retrouver son honneur. Mais Jikei, bonze du clan, et ami du clan ennemi d'Ogami Itto (les Yagyu), va tout faire pour l'en empêcher, et dérobe la lettre dans laquelle toute la vérité est inscrite...   

44671221_p

La critique de ClashDoherty :

Sorti en 1973, ce film marque le retour (pour la dernière fois, cependant) de Kenji Misumi à la réalisation. On retrouve, bien entendu, toujours Tomisaburo Wakayama et Akihiro Tomikawa dans les deux roles principaux. Encore une fois, on a ici un classique absolu et intégral du chambara, doté d'un sens du rythme époustouflant (l'enchainement de scènes de duels et de batailles est effarant), et ne reculant pas devant une ou deux doses d'émotion. L'histoire, là aussi, vaut le coup, meme si les détracteurs diront toujours que c'est à chaque fois pareil : Ogami Itto reçoit une nouvelle mission à accomplir, et comme à chaque fois, il remplit son contrat sans faillir à la tache.

Le Territoire Des Démons (le titre est en rapport avec une des phrases qui revient le plus souvent dans la saga Baby Cart : Daigoro, nous sommes dans l'enfer des damnés, sur le chemin des morts) est un des meilleurs films de la saga. Riche en scènes de combats (pour la plupart, extrèmement sanglantes, on assiste meme à la vision d'un homme coupé en deux au niveau de la taille, en gros plan), sans pour autant mettre l'émotion de coté (la scène où Daigoro est tabassé, courte, mais assez dure), le film est un joyau du chambara, porté, comme toujours, par une interprétation et une réalisation exceptionnelles. En attendant le magnifique dernier film, ce cinquième volet aurait pu, à lui tout seul, constituer le joyau final de cette saga hors du commun. A voir, et à revoir...

Note : 20/20

IMG000043


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines