Magazine Culture

Ta Vie en Technicolor.

Publié le 19 juillet 2010 par Darcken83
Les années 90.
Grande polémique, presque autant que les années 80 ont pu délier les langues et faire parler, à coup de stroboscopes, de maquillage New Romantic, de Boy George et autres Duran Duran.
A mon sens, les années 90 symbolisent à elles seules la désincarnation totale de la décennie précédente. Elle refoule le soufre et le danger, le côté putride de l'artifice.
Dave Gahan pète un câble en 93 et se métamorphose en archange déchu, muni d'ailes en perdition. Trent Reznor se coupe les cheveux, après une ultime coup de maître avec "The Perfect Drug". Le Grunge, pourtant né au milieu des années 80, explose littéralement avec l'apogée de Nirvana et la sacralisation presque immédiate d'un Kurt Cobain hagard, flottant dans ses chemises à carreaux poussiéreuses. La génération Nü-Métal fait son apparition, et la techno et l'Eurodance deviennent des genres à part entière, et ceux qui peuplaient les concerts rock boueux se rendent sur un pied et la tête dans les diamants de Lucy aux rave parties qui éclosent peu à peu.
Moi, ce qui m'intéresse dans ces années 90, c'est avant tout les clips.
J'ai constaté une récurrence des couleurs flashy, voire vomitives, qui rappellent le Technicolor utilisé en cinéma. En partant d'un clip, "Heart-Shaped Box" de Nirvana, j'ai réussi à rallier 9 autres vidéos d'artistes ayant un univers différent mais qui, en un seul clip, peuvent se rapprocher les uns des autres par le traîtement de l'image.
Voyez plutôt :
1) Nirvana - "Heart-Shaped Box" (1993)

Le pionnier du genre, réalisé par Anton Corbijn, réalisateur et vidéaste de génie qui a notamment collaboré avec U2 et Depeche Mode. Extrait de l'album "In Utero".
2) The Smashing Pumpkins - "Today" (1993)

Extrait de l'album "Siamese Dream". Le clip dénote par sa plénitude, qui n'a rien à voir avec les paroles, plutôt sombres. On retrouve le camion de glace dans un autre clip de cette même liste.
3) Soundgarden - "Black Hole Sun" (1994)
Extrait de l'album "Superunknown". Chris Cornell et sa bande évolue dans un univers quasi-apocalyptique, genre trou noir et gros yeux et bouche baveux. Flippant, mais tellement bon.
4) Garbage - "Only Happy When It Rains" (1995)

Extrait de l'album "Garbage". La féline Shirley Manson nous en "grungise" un coin avec sa voix vicieuse et insidieuse et sa chevelure flamboyante. Electrisant.
5) Red Hot Chili Peppers - "Aeroplane" (1995)

Extrait de l'album "One Hot Minute". Anthony Kiedis se dandine cheveux aux fesses, le torse nu de rigueur, accompagné d'un Dave Navarro tatoué et survolté. On aime.
6) No Doubt - "Don't Speak" (1995)

Extrait de l'album "Tragic Kingdom". Cette chanson évoque la séparation de la chanteuse Gwen Stefani d'avec le bassiste Tony Kanal après 7 années de relation. Une jolie perle, qui nous fait presque regretter l'envolée solo de la bombasse blonde, mais le groupe est de retour depuis 2009 avec un nouveau single "Stand and Deliver", reprise du groupe Adam & The Ants.
7) KoRn - "Got The Life" (1998)

Extrait de l'album "Follow The Leader". La bande à Jonathan Davis pare cette fabuleuse chanson d'une rythmique presque disco, qui secoue bien les cages à miel, comme dirait ce cher Francis Zégut. Assurément un hit.
8) Coal Chamber - "Loco" (1998)

Extrait de l'album "Coal Chamber". Du métal à l'état brut, avec le retour du camion de glace, et même si ce n'est pas Billy Corgan au volant, c'est assurément un gars complètement "loco". Le hurleur en chef Dez Fafara, au nom aussi exotique qu'original, distille son métal matiné d'indus, de gros riffs singlants et une basse complètement groovy.
9) Oomph! - "Das Weisse Licht" (1999)

Extrait de l'album "Plastik". Revoilà mes teutons préférés ! L'ambiance du clip se rapproche assez dangereusement de celle de "Black Hole Sun", cité plus haut ; genre banlieue arriérée avec des gens pas très recommandables. Un petit côté "Edward Aux Mains d'Argent" tinté de métal hargneux.
10) Stone Temple Pilots - "Sour Girl" (1999)

Extrait de l'album "N°4". Oui, oui, je sais, je suis un peu obsédée par cette chanson, que j'ai connu grâce à son clip. Le vénéneux et ondulant Scott Weiland se suffit à lui-même dans cette vidéo, même si l'on remarque la présence d'une certaine tueuse de vampires qui a allumée nos années 90 en mode jean baggy et t-shirt Volcom.
PS de la Mort : Certes, la qualité des vidéos ne permet peut-être pas de se faire une idée ultra-précise de ce que je voulais signifier dans cet article, mais on peut tout de même se rendre compte qu'il y a un dénominateur commun qui anime ses clips (le travail de l'image, le contenu...). Nos années 90 étaient grunge et sourdes, les clips en témoignent.
Emmanuel D.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Darcken83 15 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines