Magazine Culture

Donner un sens à ses investissements

Publié le 03 août 2010 par Monartiste
Donner un sens à ses investissements

La recherche de la plus value n'est plus la seule raison d'investissement

En France, la croissance des investissements éthiques labellisés Finansol et le développement d’une agriculture de proximité via les AMAP montrent l’intérêt d’un retour sur investissement créateur de lien. A l’échelle internationale, des sites Internet comme Kiva.org, devenu le fer de lance du soutien à la création d’entreprise dans les pays en développement, démontrent par leur réussite et leur résonnance, que d’autres valeurs peuvent exister dans le choix d’un investissement.

Les banques et le financement éthique

Non seulement cela existe, mais une banque s’est spécialisée depuis plusieurs années dans le placement éthique, solidaire et écologique, la Nef. Depuis 1988, cette coopérative de finances solidaires donne un sens à l’épargne en prêtant de l’argent à des projets respectueux de la nature et de l’homme. Ils travaillent actuellement à la mise en place d’un outil financier en faveur du développement du microcrédit en Afrique et proposent notamment à chaque épargnant de faire don de ses intérêts à une association partenaire.

Mais attention aux faux placements éthiques des banques classiques, qui sous couverts de redorer leur blason, faire un opération de communication, ou mettre un peu de vernis sur un placement en le labélisant éthique développent nombres de produits. Je ne parle même pas du Codévi, qui dédié au développement industriel, qui a été rebaptisé, époque oblige, Livret Développement Durable.

La création de valeurs dans la création

Des plateformes plus porteuses de sens, souhaitant créer de la valeur en favorisant les rencontres, l’échange et l’entraide sont apparues. Elles s’appellent Kickstarter ou Babeldoor et proposent tout simplement de financer ses rêves en réseau, en mettant en relation des porteurs de projets et des internautes prêts à les aider.

Les artistes font appel depuis toujours à leurs proches pour développer leurs projets artistiques. L’ambition à travers ces plateformes est d’offrir les outils et la lumière nécessaire pour agrandir ce cercle. La dynamique est de favoriser ce rapport humain avec l’artiste et de l’amplifier grâce à la puissance du web 2.0. Au-delà, une meilleure connaissance de l’art et du processus créatif reste centrale, ainsi que donner de la chaleur au contact virtuel entre internautes (artistes et contributeurs)

La réussite de la lever de fonds pour Diaspora

Un projet de quatre étudiants américains de créer un réseau social décentralisé, dénommé Diaspora, qui se présente comme une alternative ouverte et non-commerciale à Facebook vient de terminer sa lever de fonds avec plus de 200 000 dollars récoltés en quelques semaines grâce aux contributions de plus de 4800 internautes.

Evidemment rien n’est magique, il est nécessaire d’avoir un projet fédérateur, de bien communiquer et de bien récompenser ses souscripteurs.

Mais quelle meilleure façon de motiver, de créer le buzz (comme on aime le dire aujourd’hui) si ce n’est qu’en allumant « l’étincelle » du désir, qu’offrir un coup de projecteur sur un projet naissant et encore fragile.

Quelle meilleure façon de susciter l’engagement que d’offrir la possibilité d’une relation privilégiée ? Non ?


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Monartiste 1279 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines