Magazine Cinéma

Les Valseuses, une comédie noire

Par Les Lettres Françaises

Film majeur du cinéma de Bertrand Blier, « les Valseuses » est aussi une œuvre prépondérante de l’histoire du cinéma français et pour cause à sa sortie en 1974, il fait 5726 031 entrées, ce qui est plutôt pas mal pour un film qui a faillit ne pas sortir ne salle à cause de producteurs qui ne voulaient plus perdre d’argent dans ce projet et qui ont bien tenté d’arrêter le tournage en cour de route.

Les Valseuses, une comédie noire
Bertrand Blier alors assistant de Georges Lautner dans les années soixante écrit pour celui-ci le scénario de «  Laisse aller c’est une valse » une autre comédie noire qui annonce le goût du jeune homme pour le genre et sa maîtrise parfaite de l’humour grinçant. Plus qu’un cinéaste Bertrand Blier est aussi un écrivain, son talent d’écriture se fait sentir aussi bien dans le fait qu’il adapte ses propres romans que dans la maîtrise qu’il a de l’écriture scénaristique à rebondissement tintée d’absurde et d’humour provoquant. rappelons aussi la place prépondérante qu’il attribue à ses personnages pour qui il écrit des dialogues d’une qualité sans égale.

Comédie par instant, polar angoissant par d’autres « Les valseuses « est inclassable par son absurdité réaliste et la force de frappe de son humour dérangeant. Pour résumer la situation : un parcours chaotique saupoudré de courses poursuites, de voles, de menaces au bout d’un revolver, de scènes de sexe et de phrases cultes, dans des banlieues aux villes sans noms et aux architectures angoissantes. « Les Valseuses » nous emmène dans l’univers de Jean Claude (Gérard Depardieu) et Pierrot (Patrick Dewaere) deux voyous, petites frappes, et braqueurs à la petite semaine vivant au jour le jour poursuivant un bonheur constitué essentiellement d’argent et de sexe. Perpétuellement dans le besoin de trouver de l’argent facile, ils entretiennent l’espoir d’en gagner beaucoup et de ne plus avoir à s’en faire pour la suite. Obsédés notamment par le sexe, ils courent aveuglément après leurs désires et leur fantasmes. Possédés par l’attrait de la  jouissance sexuelle ainsi que celle d’une vie cossu, ce fantasme se matérialise dans l’esprit de Jean Claude, qui rêve d’obtenir les faveurs d’une femme du monde tout aussi riche que désirable répondant au nom d’Ursula.

Les Valseuses, une comédie noire

Les péripéties sont nombreuses pour ces deux gaillards de mauvais augure qui se mettent tout au long du film dans des situations difficiles face à une société qui les rejettent et qu’ils méprisent la même occasion. Série d’échecs cinglants dans la plus part de leurs entreprises, ils se retrouvent dans la majeure partie des cas dans la tourmente de la fuite des policiers, des voisins et des bon français qui en ont assez de toute cette racaille…Eh oui déjà à l’époque…Ainsi nous suivons les déboires de ces deux compères inséparables qui s’en vont au gré de leurs désires sexuels souvent guidés par ceux de Jean Claude dont la perversité d’esprit à l’instar de son camarade est beaucoup plus sensuelle et romantique. Le personnage de Jean Claude est d’ailleurs particulièrement intéressant : jeune voyou au niveau de langage parfois élevée, voyeur notoire, bisexuel, qui poursuit avec acharnement un but qu’il a lui-même du mal à définir. De nombreuses fois Pierrot lui demande ou va-t-on, que fait ton ? Et à lui de répondre qu’il sait rien et qu’il s’en moque et que son copain l’emmerde. On retiendra ce dialogue désormais culte dans la voiture lors de la dernière scène pour situer l’état d’esprit.

Les Valseuses, une comédie noire

Bien sur toutes ces informations nous

Les Valseuses, une comédie noire
amènent à penser que nous sommes face à un classique du genre noir avec ses attributs habituelles de violence, de belles nanas et d’excès que nous connaissons bien. Mais détrompez vous  ce qui fait toute l’exception des Valseuses c’est cet humour tordant qui jalonne la narration et les dialogues. « Les Valseuses » est un polar violent grâce à des séquences qui mettent particulièrement mal à l’aise mais tellement drôles à la fois. L’humour cohabite de façon étrange et pourtant tellement bien maîtrisée avec les scènes de violence. Il s’opère très souvent un basculement de l’humour vers la violence et inversement avec une rapidité déconcertante. Cette pratique est très efficace car elle a le mérite de provoquer des éclatements de rires in maîtrisables et permet à l’inverse de pointer les détails d’une société qui cloche. Les claques rebondissent sur le doux visage de Miou-Miou, les coups de feux éclatent, quelques morts, mais pourtant on rit. Est-ce nos deux voyous qui finalement ne sont pas si mauvais dans le fond ? On se prendrait à les aimer ces deux brigands de deuxième zone qui n’en finissent pas de se mettre dans des « béchamels infernales ». « Les Valseuses » donne à voire un voyage celui de Jean Claude et Pierrot accompagnés de leur petite amie partagée Marie Ange (Miou-Miou) dans les profondeurs les plus glauques du monde contemporain ce qui donne l’occasion d’en rire pour se sentir mieux.  La rencontre avec me personnage de Jeanne Moreau reste probablement le point culminant du mal être qui règne dans l’univers qui entoure nos deux héros. L’aspect glauque du film se ressent
Les Valseuses, une comédie noire
dès le début et apparaît dans bons nombres de détails de la mise en scène qui permettent d’ailleurs d’opérer le basculement du léger vers glauque en un rien de temps . Les lieux de tournage et la plus part des prises de vues en extérieurs dénotent une forme de désolation de l’environnement. Celle d’une France rurale déserte aux paysages mornes et grisonnants, des stations balnéaires du nord en morte saison,  jusqu’à des banlieues aux cités HLM franchement pas rassurantes.  Seul coin de répit le Canal du midi avec ses écluses du XVIIIe siècle, mais ce bref passage  n’est que de courte durée. Les protagonistes sont souvent pris en pied par la caméra dans des environnements hostiles et menaçants auquel ils ne prennent  pas eux même la moindre attention.

Cette dualité et se rapport continuel entre humour et mal être

Les Valseuses, une comédie noire
donne une originalité extraordinaire à ce film qui au sein même de l’absurde ne manque pas de réalisme, travers difficilement négligeable du genre noire. Le film est emprunt d’une absurdité qui rend vrai. L’incohérence des réactions de certains personnages dans le sein même d’un univers tel que celui-ci donne à y croire comme étant plausible. Du moins les traits caractéristiques des personnages touchent par moment au domaine de l’absurde ce qui permet de leur ôter tout aspect caricatural de jeunes voyous en déroutes. Blier touche le réelle grâce à sa mise en scène et son écriture, il nous expose la question de la délinquance, du désœuvrement qui  engendre la violence en plaçant de spectateur du côté des voyous nous renvoyant ainsi dans nos pénates avec certes mal au ventre d’avoir rit mais en demi teinte le goût amer d’un monde absurde qui nous ressemble.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Les Lettres Françaises 14467 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines