Magazine Cinéma

"Le Jardin des Finzi-Contini" : résurrection d'un chef d'oeuvre

Par Vierasouto


20 - 12
2007
-

"Il Giardino dei Finzi Contini"

A Ferrara, une ville du nord de l’Italie, en 1938, on ressent à peine les conséquences du fascisme au quotidien ou on fait comme si ça n’existait pas, surtout depuis le jardin de la superbe villa des Finzi Contini. La première scène du film met en scène un groupe de jeunes gens à vélo, à l’élégance désinvolte, vêtus de tenues blanches de tennis. Ils sont accueillis par Micol Finzi Contini, encore plus belle et séduisante qu’eux dans sa robe blanche à galon rouge, un bandeau assorti dans ses cheveux blonds cendrés. L’air de rien, Micol dit qu’on organise le tournoi de tennis chez eux parce qu’ils sont tous exclus du club, premières mesures à l’encontre des familles juives italiennes : interdiction des mariages mixtes, de fréquenter l’université et d’employer des domestiques de race aryenne. De l’autre côté du mur de la villa des Finzi Contini, leur voisin, le père de Giorgio, l’ami d’enfance de Micol, lit les nouvelles dans le journal, dubitatif, en essayant de nier la réalité, étant lui-même inscrit au parti fasciste.

© Ad Vitam Galerie complète sur AlloCiné

 

 -----

Le récit va prendre appui sur le point de vue des deux familles voisines, l’une issue de la bourgeoisie aisée mais complexée par la classe sociale aristocratique de l’autre, comme dira le père de Giorgio «Les Finzi Contini n’ont même pas l’air juifs!». De Sica va d’ailleurs s’employer dans le casting à engager des acteurs blonds et pâles de type aryen pour jouer les enfants Finzi Contini, Alberto et Micol : dans le film, Helmut Berger et Dominique Sanda sont d’une beauté irréelle et évanescente à couper le souffle. Qu’il s’agisse des rapports entre les parents ou leurs enfants, Giorgio et Micol, toute leur vie, les Finzi Contini apparaîtront à leurs voisins comme inaccessibles, et, en cela, De Sica a réussi à transmettre cette impression de demi-dieux que rien ne pourra faire descendre de l’Olympe dans l’imaginaire des habitants de Ferrara. Quand, sous la pression des lois raciales, la solidarité conduira le professeur Finzi Contini à ouvrir sa bibliothèque à Giorgio, exclu de l’université, ça ne changera rien aux rapports sociaux préétablis, ce mur qui sépare leurs deux jardins…

La première scène du tournoi de tennis est magique comme celle du pique-nique au début d' "Autant en emporte le vent", empreinte de la nostalgie immense d’une époque révolue de beauté et d’insouciance dont on en vit les derniers instants. Le personnage de Bruno (Fabio Testi, ultra-séducteur latin), ami d’Alberto Finzi Contini, n’est pas sans rappeler Rhett Butler, l’homme viril et pragmatique, amateur de femmes, qui va faire horreur à Micol tout en l’attirant. Micol, jeune femme énigmatique et dure, entretient avec son frère et son voisin, Giorgio, des relations à la fois fusionnelles et désincarnées, comme si elle voulait les maintenir dans un pur amour fraternel, les figer mentalement dans cette époque idéalisée de l’enfance. A Giorgio désespéré qu’elle repousse impitoyablement, elle dira plus tard «l’amour, c’est fait pour ceux qui sont prêts à tout affronter!» Perverse Micol, scène magnifique où, surprise, la nuit dans une cabane au fond du jardin, assise nue auprès d’un homme endormi (Bruno, celui qui ne peut l’attirer que physiquement), par la présence Giorgio qui les observe par la fenêtre, elle allume la lampe en silence et le regarde…

Dominique Sanda et Lino Capolicchio

© Ad Vitam Galerie complète sur AlloCiné


A la fois drame de l’histoire, drame social et drame intime, le Jardin des Finzi-Contini est un film immense. Non seulement le film raconte le crescendo des mesures raciales au coeur de l’Italie fasciste de 1938 à 1943, la communauté juive étant progressivement mise à l’écart, puis persécutée, mais aussi les différences et la hiérarchie sociale au sein même de cette communauté. L’amour de Giorgio pour Micol est condamné dès le départ par la différence de classe sociale et les atrocités de la guerre au lieu de l’en éloigner vont finalement l’en rapprocher quand il sera trop tard. Non pas à cause de la proximité des deux maisons et du resserrement des liens des membres de la communauté juive au fur et à mesure de la montée des persécutions, mais lors de la dernière scène, dans la salle de classe où on les a emmenés après leur arrestation, quand Micol tombera dans les bras du père de Giorgio et se réjouira qu’il ait échappé, seul, à la rafle qui va le déporter tous vers les camps de la mort.

Tiré du roman de Giorgio Bassani, adapté par Valerio Zurlini que sa santé déclinante obligera a renoncer à tourner lui-même le film, il sera donc réalisé par Vittorio de Sica qui signe un des plus beaux films du cinéma italien et bien au delà des Alpes. Sorti en 1970 en Italie, en 1971 en France, Ours d’or au festival de Berlin en 1971, il obtient l’année suivante l’oscar du meilleur film étranger.

On n’oubliera pas de sitôt la famille Finzi-Contini habillée de noir, comme ils étaient tous de blanc vêtus autrefois, répondant depuis leur escalier magnifique à l’appel de leur nom. La villa qui s’éloigne depuis le rétroviseur, sorte de petit château, palazzo rose corail entouré d’un parc immense protégé des regards de la rue par un mur, le court de tennis en terre battue rouge, les cheveux d’or de Micol sous le soleil dans les arbres et les rires des jeunes gens habillés de blanc…

C’est en silence qu’on sort de la projection, longue procession muette de spectateurs demeurés dans un ailleurs… Le film sort en salles, reprise en copie restaurée, non pas le 11 mais le 18 juillet, le dvd suivra dans un an, il sera alors possible de retourner dans le jardin des Finzi-Contini, encore et encore…

Lire le billet sur la présentation du film lors de Paris-Cinéma par Dominique Sanda...

 écrit par Vierasouto sur CinéManiaC/Allociné le 12/07/07

Note CinéManiaC :
Notez aussi ce film !


Mots-clés : , cinéculte, cinéma italien, Vittorio de Sica, Le Jardin des Finzi-Contini, Dominique Sanda


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vierasouto 1042 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines