Magazine Culture

[Histoire] Bien plus essentielle que les maths (tome 1)

Par Neatombetoile
Là, tout de suite, faut que je provoque^^. Titre un tantinet racoleur, mais qui introduit bien mon propos (n'est-ce pas tout le l'objectif d'un titre?), à savoir l'intérêt fondamental de l'Histoire comme discipline enseignée dans notre école (mais je ne perdrai pas mon temps à le comparer à celui des mathématiques et je supputte que certains commentateurs ne manqueront pas de le faire).

Pourquoi aborder cette question maintenant ? Parce que j'ai parfois des conversations interessantes à ce sujet avec mes enseignants, que lorsqu'on demande aux adultes s'ils aimaient l'histoire au collège et au lycée, ils disent souvent que c'était rébarbatif et qu'ils ne voient pas pourquoi on les faisait gratter autant (écrire) pour si peu, que peu de parents connaissent les programmes des différents niveaux (et ne peuvent donc pas les mettre en perspective) et que je viens de lire un article instructif sur les nouveaux programmes de ST2S qui rappelle à quel point le choix des thèmes abordés peut façonner des citoyens différents.

Avant d'aborder les différents programmes (pas tout en une fois, sinon ça fera encore un pavé indigeste), en faisant simple, je rappelle les compétences tranversales (universelles) que l'histoire (je ne parle pas de la géographie) est censée faire acquérir aux élèves (je n'aborde que le collège et le lycée, bien que l'initation faite à l'école soit importante).
L'histoire permet  d'apprendre :
1) à faire travailler sa mémoire (surtout dans les petites classes)
2) à se repérer dans le temps (ah la fameuse chronologie)
3) à se repérer dans l'espace (pas d'histoire sans carte)
4) à appréhender la complexité des relations de causes à effets dans les rapports humains
5) à étudier tous les types de documents (cartes, textes anciens ou contemporains, graphiques, photographies, films, oeuvres d'art..)
6) à organiser sa pensée dans un plan structuré en se servant de connaissances acquises
7) à faire preuve d'esprit critique et à confronter les sources
8) à être tolérant...

Les programmes d'histoire, comme ceux de toutes les disciplines, sont élaborés par une commission regroupant des spécialistes, enseignants-chercheurs et des politiques. Ils sont évidemment le fruit d'une stratégie de formation du citoyen et sont à ce titre assez révélateur de l'évolution des priorités des pouvoirs publics. Si j'osais (et je vais le faire), je dirais que le prof d'histoire est probablement celui qui a le plus de points communs avec le "hussard noir de la République"...

Au collège

Le défit est de couvrir la période -8000 à aujourd'hui en 4 ans. Autant dire qu'il faut aller vite, ne pas trop s'attarder, et que les fins de programme annuel sont souvent passées à la trappe^^. Les choix des civilisations étudiées sont évidemment dictés par un fort européano-centrisme et marqués par un tropisme méditerranéen. Il s'agit de donner aux élèves des repères culturels dont ils ont besoin pour comprendre le monde qui les entoure immédiatement.

En 6ème

Passage rapide par la Préhistoire pour aborder ensuite la naissance de l'agriculture et la sédentarisation des hommes, puis la naissance de l'Ecriture et l'entrée dans l'Histoire ;
l'Egypte antique ( 3ème/1er millénaire av. JC), pour aborder entre autre une forme d'adaptation des hommes à leur environnement (vie rythmée par le Nil), un gouvernement de type monarchique de droit divin (Pharaon) et une religion polythéïste (notion approfondie avec les civilisations grecques et romaines) ;
les Hébreux (2ème/1er millénaire av. JC) peuple du croissant fertile et de la Bible, chapitre qui permet notamment de découvrir des textes qui en dépit de tout restent des fondements/références de notre société, en positif ou négatif (par adhésion ou rejet^^);
la Grèce antique (Vème et IVème siècles av. JC), où l'on aborde la notion de démocratie et la découverte des grands mythes, ainsi qu'Alexandre le Grand;
la Rome antique (VIIIème siècle av. JC/IIème ap. JC), son expansion et son influence sur tout le bassin méditerranéen ;
la naissance et l'expansion du Christianisme (naissance de JC/IVème siècle ap. JC), souvent zappée faute de temps, qui doit être abordée de manière factuelle, sachant que l'existence du Christ est considérée comme un fait historique (mais pas le fait qu'il soit le fils de Dieu), la conversion de Constantin marquant le début de l'amalgam Religion chrétienne-Etat qui prévaudra dans l'organisation des sociétés européennes pendant des siècles ;
les invasions barbares du Vème siècle et la chute de Rome (chapitre quasiment jamais abordé^^).

Le programme de français aborde les mêmes thèmes, ce qui permet un travail de concert souvent très interessant. Voici des exemples de textes étudiés en 6ème :
Egypte : Les pilleurs de sarcophage d'Odile Weulersee, Toutankhamon de C. Desroches-Noblecourt ;
Hébreux : extraits de l'Ancien Testament
Grèce : l'Iliade et l'Odyssée d'Homère (pas Simpson^^)
Rome : l'Eneïde de Virgile, Les métamorphoses d'Ovide, La guerre des Gaules de César (en extraits bien sûr)
Christianisme : le Nouveau Testament

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Neatombetoile 3 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines