Magazine Culture

En terre allobroge : Aoste

Par Amaury Piedfer
Les Allobroges ne s'installèrent que tardivement dans l'actuel Dauphiné : ce n'est pas avant le courant du IIIème siècle av. J.-C. que ce peuple celtique venu d'ailleurs s'imposa dans la région, où il rencontra d'autres Celtes, dont les ancêtres vivaient dans cette partie des Alpes du Nord depuis des siècles. Cette nouvelle vague de peuplement a néanmoins laissé son nom à l'ensemble des habitants de la contrée, les Allobrogi, "ceux venus dun autre pays" (cf. gallois et breton bro, "pays"). Mais dès le siècle suivant, les Allobroges forment l'un des peuples les plus puissants de la Gaule, et entrent en conflit avec Rome pour le contrôle des voies alpines vers l'Italie. Après la conquête romaine de 125-118 av. J.-C., les Allobroges entretiennent des relations tendues avec Rome, de nombreux soulèvements armés, mais aussi des procès contre les gouverneurs tyranniques, les opposants à la grande cité italienne.

C'est probablement lors du séjour d'Auguste en Gaule, vers 16-13 av. J.-C., qu'est fondé le petit bourg de vicus Augustus (Aoste) [1], dans le nord du département de l'Isère actuel, sur la route reliant la colonie de Vienne aux cols alpins vers l'Italie. L'occupation gauloise d'avant la conquête avait pourtant été très limitée dans le secteur, mais les nouvelles relations avec Rome imposait la création d'étape routières sur les principaux itinéraires. Des artisans gaulois s'installèrent dans le bourg, où se développa une importante industrie céramique. Au Moyen-âge, Aoste est toujours un centre rural dynamique, et l'on y bâti une belle église, dédiée à Saint Didier, en pleine époque romane (XIIème siècle), en employant de nombreux matériaux issus des vestiges de l'époque romaine : la façade, en particulier, comprend de grands blocs très réguliers caractéristiques des constructions monumentales du Haut-Empire. Il y a des fondations qui, malgré leur modestie, ont la vie dure...

[1] Aoste, en Isère, ne doit pas être confondu avec la ville du même nom du Piémont italien, l'ancienne Augusta Praetoria.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Amaury Piedfer 250 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines