Magazine Côté Femmes

L'histoire d'Emmanuel, l'enfant otage des FARC

Publié le 21 décembre 2007 par Willy

Clara Rojas, mère d'Emmanuel
Photo archives AFP

Alexander Martinez - Agence France-Presse -Bogota

Il n'a que trois ans, mais sa biographie est déjà toute une histoire. Enfant d'une otage de la guérilla colombienne des FARC, Emmanuel, né en captivité, devrait bientôt retrouver la liberté.
Sa mère, Clara Rojas, une avocate de Bogota de 44 ans, est connue comme une proche d'Ingrid Betancourt, l'ex-candidate à la présidentielle, dont elle fut la directrice de campagne.

Enlevée en même temps que l'otage franco-colombienne, le 23 février 2002, elle avait donné le jour à son fils dans un campement de la guérilla marxiste, après une liaison volontaire avec l'un de ses geôliers.

La mère et l'enfant font partie des trois otages, dont les FARC ont annoncé la prochaine libération, aux côtés d'une parlementaire colombienne, Consuelo Gonzalez, dans un communiqué diffusé mardi par l'agence de presse cubaine Prensa Latina.

C'est le journaliste colombien Jorge Enrique Botero qui dévoila l'existence d'Emmanuel en avril 2006, qualifiant sa naissance de «miracle».

Après un entretien avec un responsable des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), le journaliste rapporte une phrase étonnante du chef des rebelles, Manuel Marulanda. «Cet enfant est à moitié à nous, à moitié à eux (les parents)», aurait-il dit.

A l'origine, la nouvelle fut accueillie avec incrédulité par les proches de Clara Rojas.

Un de ses anciens compagnons de détention, le policier colombien John Frank Pinchao, qui a aussi cohabité en captivité avec Ingrid Betancourt, confirmera cette information après avoir réussi à s'échapper en mai dernier, au prix de dix-sept jours de déambulations à travers la jungle.

Il révèle le prénom de l'enfant, affirme qu'il est élevé par des guérilleros aux fins fonds de la forêt amazonienne et n'est confié que rarement à sa propre mère. Une situation dont cette dernière «souffre beaucoup», assure-t-il.

Après ses déclarations, la grand-mère de l'enfant, Clara Gonzalez, lance une campagne dans les médias pour demander aux FARC de relâcher l'enfant. Plusieurs journaux télévisés débutent leurs programmes par ce slogan : «libérez Emmanuel».

En juillet dernier, une vidéo diffusée par les FARC apporte de nouveaux éléments. Elle présente le témoignage de sept policiers et militaires, dont l'un, William Dominguez, a croisé la route du petit garçon.

«Il a beaucoup de jouets que lui ont fabriqué les guérilleros, il aime s'amuser avec», raconte le soldat, qui confie avoir effectué «deux marches» avec Clara Rojas et Ingrid Betancourt.

«Quand la dame est fatiguée de porter l'enfant, un guérillero se propose de l'aider. Cela lui plaît car il adore jouer à cheval», poursuit-il, regrettant de n'avoir pas pu discuter avec les deux femmes : «Je voudrais pouvoir leur parler un jour, mais c'est impossible car nous sommes tenus à distance».

Selon la fondation Pais Libre (Pays Libre), une ONG qui conseille les proches des otages, le cas de l'enfant otage n'a «pas de précédent en Colombie», même si des femmes guérilleros sont déjà tombées enceintes.

Emmanuel n'est toutefois pas le seul enfant à connaître les camps des FARC.

Selon cette organisation, les rebelles ont enlevé depuis 1996 plus de 23 000 personnes, dont quelque 2500 mineurs. Ils détiendraient encore actuellement environ 3000 otages, visés pour la plupart par une demande de rançon.

Seul un groupe de 45 personnes, dont Ingrid Betancourt, trois Américains et plusieurs personnalités politiques et militaires colombiennes, font l'objet d'une proposition d'échange de la part de la guérilla, qui réclame en contrepartie l'élargissement de 500 rebelles emprisonnés.

Par http://www.cyberpresse.ca/


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Willy 401 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte