Magazine Culture

Inimitiés posthumes

Par Apollinee
Inimitiés posthumes

La marquise (de Sévigné) n'avait pas que des amis . Il m'en coûte de vous le révéler; l'honnêteté est à ce prix.

Ainsi Paul Léautaud (Journal littéraire, Mercure de France, 1964)  - c'est qui celui-là?- non, ne versons pas dans la mesquinerie- déclare à la lecture de passages des lettres:

« Je suis au regret : je trouve cela assommant, agaçant d'affèterie, d'application "au piquant". "

- Ah bon?

Et de poursuivre : " Rien ne vaut pour moi, en fait de correspondance, la correspondance de Stendhal. Pas même celle de Voltaire, si pleine de rhétorique."

Forcément, ils n'ont pas gardé les vaches ensemble.

***********

Plus grave est le verdict de François Mauriac. Mais oui, François Mauriac, Prix Nobel de Littérature.

De fustiger "la dureté" des lettres, partant des sentiments: "Jamais on ne se soucia moins de déguiser ses sentiments qu'au siècle de Tartuffe"

Et toc.

Mercredi prochain: nouvel -et joyeux- rendez-vous  -joyeux - avec notre chère épistolière. Il en va de son moral.

Madame de Sévigné, vue par des écrivains, de Bussy-Rabutin à Philippe Sollers, textes réunis par Marie-Hélène Sabard, Préface de Roger Duchêne, Paris, Ecole des Lettres, 1996.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Apollinee 3972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines