Magazine Culture

Bossuet, mon père et moi!

Publié le 24 août 2010 par Orlandoderudder

Oui, on s'en fout des princesses défuntes de jadis et une oraison funèbre, ce n'est pas folichon.Et pourtant, Bossuet enchante avec ses bondieuseries sublimes: ça devient de la poésie pure, sonore, on se fout presque du sens. Et c'est bien mon père (athée mais la belle-doche a imposé une messe à sa mort: Bach, alors je pardonne) qui m'a fait comprendre cette grandeur sublime! Bossuet m'est tonique!

Papa... il me manque. Je n'ai pas perdu l'habitude d'engueuler les morts que j'aime. Et ce n'est pas un coup à faire, de mourir, merde, en nous laissant tout seuls! C'est pas gentil! Ca commence à bien faire, cette mauvaise habitude... Papa qui m'inspire dans ma paternité si difficile et si riche d'enseignement, de tendresse et de n'importe quoi... et qui  m'a fait lire Bossuet, mais aussi Claude Bernard, en tant que modèle d'écriture! Quelles musiques, si opposées, si fortes!

ILl faudrait tant d'amour pour comprendre la vie.Pas de l'amour planplan geignardo-nunuche, mais de l'amour costaud, à biscottos super qui refuserait l'inadvertance autant que l'aveuglement. De l'amour-musicien, rigoureux, de l'amour sorcier, terrible comme les plantes qui soignent et peuvent empoisonner!

Et Bossuet, le sublime, l'homme le plus riche de France, le curé pognonneux, arriviste... Et le génie de la langue française... Ol y a donc de l'amour chez les riches: on n'écrit pas comme ça autrement! Et mon père, toujours sans un rond, toujours ,prêt à s'émerveiller, à aimer... Je ne compprends rien à ce que je suis: et c'est bien comme ça!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Orlandoderudder 295 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines