Magazine Culture

Les trois saisons de la rage de Victor COHEN HADRIA

Par Lecturissime

 

TROIS-SAISONS-DE-LA-RAGE.jpg

♥ ♥ 

Un roman plaisant qui nous emporte sur les traces d'un médecin de campagne au XIXème siècle.

L’auteur :

Victor COHEN HADRIA est producteur et réalisateur de fictions et de documentaires et romancier.

L’histoire :

La première partie du roman est constitué d’un échange épistolaire entre le docteur Le Cœur, médecin de campagne en Normandie, et le docteur Rochambaud, médecin militaire. L’action se passe en 1859 sous le règne de Napoléon III. La deuxième partie du roman s’attache au docteur Le Cœur en nous livrant son journal intime. Dans cette partie, il raconte son quotidien de médecin, mais aussi ses aventures galantes…

Ce que j’ai aimé :

-   La construction originale, en creux, le prologue trouvant écho en l’épilogue. L’échange épistolaire de la première partie suscite l’intérêt et permet de se lancer facilement dans la lecture. De plus, la fin est cohérente et relie l’ensemble.

-   L’évocation de ces paysans et bourgeois du XIXème siècle : le docteur Le Cœur plonge dans leur intimité et nous offre des portraits très fins et vivants de ces hommes et ces femmes reflets d’une époque. Il aborde des sujets très variés les concernant : les mariages arrangés, la religion et les superstitions omniprésentes, les tromperies nombreuses et variées…

- Les réflexions des médecins : la confrontation entre la science –encore lapidaire- de ces hommes et la réalité qu’ils rencontrent est l’objet de réflexions qui ont finalement un caractère universel. La science aura beau progresser, resteront des zones d’ombre inhérentes à la vie.

« Je me reproche de n’avoir pas vu la détresse de Pierre Daubois, j’espérais qu’il trouverait la ressource de surmonter son état. Mais il en est des conformations humaines comme des mystères de la Nature, les mêmes causes ne donnent pas toujours les mêmes effets. Il nous manque la science pleine des choses pour déchiffrer pourquoi elles surviennent. Nous sommes des aveugles qui n’éprouvons le monde que lorsqu’ils s’y cognent, tout le reste n’est que le fruit de notre imaginaire. » (p.227)

- Le personnage de Le Cœur, pris soudain dans des tourments érotiques qui lui permettent d’oublier un instant les duretés qu’ils côtoient.

-   Le talent de conteur de l’auteur pour finir : pas un instant il n’ennuie le lecteur tant sa verve est communicative…

Ce que j’ai moins aimé :

-   J’ai trouvé quelques longueurs dans le journal de Le Cœur (le roman fait quand même 458 pages…) Certains passages auraient mérités d’être allégés. Néanmoins, c’est une lecture agréable qui file.

Première phrases :

« Elle a demandé à Madame Maurasse d’ouvrir les volets et les fenêtres de façon à chasser les miasmes de l’hiver. La demeure paraît vivante, comme ressuscitée, tout juste si elle ne perçoit pas les parfums de rôtis et de confitures flottant dans le couloir. Le carrelage en damier du vestibule est légèrement terni, abrasé par les pieds des malades qui l’ont piétiné pendant trois générations pour rejoindre l’antichambre. »

Vous aimerez aussi :

La maladie de Sachs de Martin WINCKLER

Merci à Judith OTT des Editions Albin Michel pour cette belle découverte.

Les trois saisons de la rage, Victor COHEN HADRIA, Albin Michel, août 2010, 458 p., 22 euros

1pourcent


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lecturissime 4403 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines