Magazine Cinéma

L'Arbre

Publié le 24 août 2010 par Olivier Walmacq

arbre

Genre: drame
année: 2010
durée: 1h40

L'histoire: En Australie, Dawn et Peter vivent heureux avec leurs quatre enfants à l'ombre de leur gigantesque figuier. Lorsque Peter meurt brutalement, chacun, pour continuer à vivre, réagit à sa manière. Simone, la petite fille de 8 ans, croit que son père vit à présent dans l'arbre. Un jour elle initie Dawn à son secret... Peu à peu Dawn retrouve des forces, un travail. Peut-être un nouvel amour ? La vie reprend mais l'arbre devient envahissant : ses branches, ses racines, et même son peuple de grenouilles et de chauves-souris se lancent à l'assaut de la maison et menacent ses fondations ! Dawn n'a plus le choix : elle doit le faire abattre...

La critique de Eelsoliver:

Une chose est certaine: on s'est bien fait suer au dernier Festival de Cannes... La faute à des films peu passionnants, la polémique venant plutôt des dernières robes en vogue durant le festival.
L'Arbre, réalisé par Julie Bertucelli, ne faisait pas partie de la sélection mais le film sera présenté ens éance de clôture. Ce drame sensible et poétique permet à Charlotte Gainsbourg de trouver l'un de ses meilleurs rôles, en tout cas, son personnage le plus complexe au cinéma.

Ici, elle incarne Dawn, une mère de quatre enfants, qui vit dans le deuil depuis la mort de son mari. Pourtant, bien que décédé, l'esprit de ce dernier est encore présent et symbolisé par un arbre aux racines et aux branches tentaculaires et immenses.
A tel point que ce dernier menace sérieusement la maison familiale. Mais peu importe, l'âme du mari défunt est présent à travers cet arbre.

De ce fait, la réalisatrice aborde plusieurs sujets difficiles, comme la difficulté à faire le travail de deuil, la culpabilité, les non-dits...
Comme je l'ai déjà mentionné, Charlotte Gainsbourg livre une composition bouleversante. Mais que dire des enfants en présence ? Eux aussi sont touchants et nul doute que ce film poignant (sans verser non plus dans la mièvrerie) devrait bouleverser un public relativement large.
Après, on pourra regretter quelques longueurs et une fin tout de même assez prévisible. Mais dans l'ensemble, ça reste du beau cinéma.

Note: 14.5/20


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines