Magazine Amérique latine

Coup de Gueule

Publié le 25 mai 2010 par Argentin

J’ai envie de crier!….. »Aaaaaarg! »…..Voilà, c’est fait. Ouf, ça fait du bien. Je vous explique ce cri. L’Argentine a fêté en grandes pompes son bicentenaire. L’évènement historique des 200 ans de la naissance de la nation fut solennel, haut en couleur et en symboles d’unité patriotique rappelant aux argentins la construction d’ un beau et grand pays. Spectacle la plupart du temps accessible à tous, unifiant  et digne des plus subtiles métaphores patriotiques orchestrées par une logistique imparable (low cost la logistique car l’Argentine, c’est tout de même pas les Etats Unis). La célèbration d’un Bicentenaire, c’est pas rien!  Bravo donc mais si on regarde plus en finesse dans les details, et vous me connaissez, tout n’a pas eté si rose:

Les quelques hics du programme:

  • Moultes querelles politiques et messages subliminaux entre le maire de Buenos Aires Macri et la presidente Kirchner repris à outrance par des medias surexités ( genre l’inauguration  du grand teatre Colon a brillé par l’absence de la présidente pour cause de « ne pas être la bienvenue », le gala de fermeture des celebrations sans le maire etc…), Bref, des mises en scène de chien et chat très déplacées et inappropriée lors d’une fête de cette envergure. Un point en moins
  • Une présentation officielle dans le même teatre d’un quart de la célèbre oeuvre « La bohème »  Oui, un quart. C’est à dire uniquement l’acte 3. Vas comprendre Charles. Du style « tu lis 5 pages du bouquin et tu me rend le livre ». Pour l’acte 1, 2 et 4 fallait repasser, et Puccini doit se retourner dans sa tombe. Deux point en moins. Et pourquoi avoir choisi « la bohème »? no sé… Allez hop, je met trois points en moins.
  • Une locomotive à vapeur exposée sur la 9 de Julio. Quand on sait que les quelques lignes de voie ferrées restantes dans le pays sont dans un état pitoyable, je ne comprend pas pourquoi on expose ce genre de machine là, au beau milieu des stands officiels. Pour se faire du mal? Pour se rappeler les loingtaines heures de gloire du chemin de fer sur le territoire? Quatre points en moins.
  • L’hymne chanté 187 fois en 4 jour sous toutes ses formes, à toutes les sauces, à tout instant et partout.. Pfff, je suis un peu blasé par cette surenchère de patriotisme. Trop d’hymne tue l’hymne. Mais bon, respect respect, je n’ai rien dis.

En guise de synthèse, je suis malgré tout resté assez seduit devant la creativité du defilé historique du pays ce Mardi soir. Une agreable et sensible mise en scene chronologique des grands evenements de la societé argentine.  Lundi soir, nous avons eu un joli son et lumière sur la façade du Colon et un long et touffu feu d’artifice au dessus de l’obelisco pour clôturer les festivités, rien de folichon me direz vous mais pour l’Argentine, organiser ce type d’évenement est déjà enorme. Pour l’instant, le bicentenaire n’a eté que peu ou prou repris par la presse internationale… On verra demain…Je garde espoir! Ha oui, autre hic: les festivités etalées sur 4 jours, c’est un peu long et en tant qu’etranger, on s’en lasse assez vite et le temps ne s’y pretait vraiment pas: il a plu les trois quarts du temps. Quelle poisse. J’espère que le tricentenaire sera mieux.

Voilà pour mon petit bilan perso. A vous cognacq-gay!

J'aime :

J'aime chargement…

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Argentin 112 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte