Magazine Culture

Madame de Sévigné vue par des écrivains: dernier volet

Par Apollinee
Madame de Sévigné vue par des écrivains: dernier volet

Après l'affront créé par les commentaires peu amènes de Paul Léautaud et autre comparse, Prix Nobel de Littérature..-faut pas demander- il nous faut redorer le blason de notre Marquise.

Dans son article, Sévigné à la lettre  (Le Monde, 12 avril 1996) - le titre est magnifique - Philippe Sollers analyse, avec une objectivité infaillible, les sentiments de ses détracteurs et les (forcément bonnes) raisons de ses admirateurs. Est-il façon meilleure et plus musclée de célébrer le tricentenaire de la mort de la Marquise?

" Il faut beaucoup de temps pour comprendre la marquise de Sévigné. Il faut prendre ses distances: avec son époque, la nôtre, l'université, son prétendu amour pour sa fille, les anecdotes et les délires de l'Histoire, l'utilisation tordue qu'en a fait Proust, la question secondaire, mais importante, de Dieu, l'éternelle nature féminine dont elle serait un exemplaire éclatant, sa transformation moderne en pâtisseries, et j'en passe."

Et donc:

" Qu'il s'agisse des hommes, des femmes, du mariage, des grossesses, des maladies, de l'au-delà supposé, de la variabilité des sentiments, des intrigues, de la mort, du pouvoir, Sévigné est d'un goût, c'est-à-dire, d'une intelligence, implacable"

Voilà qui est (bien) dit.

La marquise est. Elle est présence.

"Qu'elle communique cette présence unique le plus souvent à sa fille est logique: il lui fallait, pour se parler à elle-même, un double sûr (pas un homme, donc, ni une amie). Elle s'adresse à son sang féminin, Sévigné, er Mme de Grignan a beau être ailleurs mariée ou mère elle-même, cela ne change rien au contrat de base, à la loi fondamentale de transmission."

"Sévigné, ou l'autorité du verbe mesuré au temps qu'il fait."

Et c'est sur cette sentence que  se clôt notre feuilleton des Estivales du mercredi. Mercredi 2 septembre sera jour de rentrée et de sacrément bonnes résolutions.

Madame de Sévigné, vue par des écrivains, de Bussy-Rabutin à Philippe Sollers, textes réunis par Marie-Hélène Sabard, Préface de Roger Duchêne, Paris, Ecole des Lettres, 1996.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Apollinee 3972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines