Magazine Concerts & Festivals

A La Rum - Willem Vermandere (Boterhammen in het park), Warande Park, Bruxelles, le 24 août 2010

Publié le 24 août 2010 par Concerts-Review

Depuis 1990 fin août, l'AB organise sa semaine de déjeuners musicaux dans le Parc de Bruxelles, avec une escapade Boterhammen in de Stad, à la Place d'Espagne de 1998 à 2004.
Tu payes pas un rond, le cadre est bucolique et le programme de qualité, même s' il vaut mieux avoir quelques notions du sabir cher à Vondel pour profiter pleinement des artistes, ze zingen in 't Nederlands (enfin pas toujours).
 A La Rum
P1020028.JPG
De 1972 à 1978, Rum était le groupe folk le plus célébré dans nos plates contrées.
 Pol Rans quitta le groupe en 78, suivi de près par Wiet Van de Leest qui partit former Madou( avec Vera Coomans), il restait Dirk Esbroeck qui embrigada de nouveaux buveurs (dont Juan Masondo) pour poursuivre le voyage.
1983 terminus, tout le monde descend.
Héritage: 8 albums.
En 2007, Dirk Van Esbroeck disparaît.
Wiet et Pol veulent lui rendre hommage et crée A La Rum en engageant le fameux guitariste Jokke Schreurs et Marc Hauman comme vocaliste.
Rum revit, tous les Cultureel Centra les accueillent.
'Het luiaardsgild', l'ode à tous les feignants ouvre le bal, Jokke y ajoutant de fines lignes manouches.
Immédiatement, tu fais un saut de 40 ans dans le passé, tu repenses 'Au Temps des Cerises' organisé à Floreffe, à Marie Clap' Sabots' , à Julos Beaucarne , Jofroi, les Pêleteûx, à Leon Lamal et son Mallemolen, invitant 'T Kliekske , De Snaar, mais surtout ce qui se faisait de mieux au UK ou aux States:Davey Graham, Allan Taylor, John Martyn, Steve Grossman, Pigsty Hill Light Orchestra...
Du barde anversois Wannes Van de Velde: 'k Sta met Mijn Rug Naar 't Land': déforestation, urbanisation sauvage, et autres écocides: we're killing mother earth!
Un vieux chant populaire intimiste 'Schoon Lief' .
Suivi par une chanson dangereuse, en ces temps de chasse aux pédophiles: le gars ziet z'n dochter geire, on vous sert une version instrumentale, on veut pas d'ennui avec la justice.Wiet au violon pour cette polka allègre.
'Jan Soldaat' un conscrit qui ne reverra jamais sa bien-aimée.
Une irrésistible suite instrumentale, entamée par un lamento en hommage à Dirk, poursuivie par 'Valse Amandine' et le traditionnel anglais 'Teddy Bear's Pic Nic' à la sauce tzigane.
Du fado d'origine néerlandaise( écrit par le poète Slauerhoff, que Cristina Branco a traduit en portugais) : 'Fado vol Saudades', Pol au chant somptueux.
Un petit swing musette permettant à Wiet d'étaler ses talents à la guitare.
Une tranche Charles Dickens importée de ce côté de la Mer du Nord: 'De Straat Koningin' et un chant populaire des Flamands de France, a capella, en canon : le chant des dentellières.
Le musicologue picard, Edmond de Coussemaeker, a répertorié plus de 150 liederen ou lofzangen, chantés du côté d'Arras ou Steenvoorde.
La perle révolutionnaire que Rum jouait à chaque concert 'De Moorsoldaten' , Dirk avait traduit le texte en néerlandais.
Un accompagnement sobre au piano et des frissons dans le dos.

P1020029.JPG
Un texte du poète grec, Nikos Kavvadias, un amoureux de la mer :'Kuro Siwo' (?) , un courant passant près du Japon.
Air marin, air salin, ce sel attaque une corde du violon de Wiet , Jokke meuble par un génial solo improvisé.
'Poezeminneke' pour nous rappeler que les gosses flamands avaient 'Klein, Klein Kleuterke...' sur leur écran noir et blanc.
Sais pas si on parlait de stériliser tous les matous à l'époque!
Deux titres en français pour mettre fin à ce concert nostalgique, l' érotique 'Pique la Baleine' , un joli marinier bien membré et le chant social 'Maschero'
..ali alo pour Maschero
Il boit le vin et nous donn'de l'eau,
Il mang'le poisson et nous laiss'la peau....
Public ravi, natuurlijk!

Willem Vermandere

Le Dieu flamand est barbu, baragouine en West- Vloams, son compteur indique 70 piges, et il met tout le monde dans sa poche par son approche malicieuse de la Kleinkunst.
Un sage, ce volksmens qui se considère en premier lieu comme sculpteur.

P1020031.JPG
Guillaume chante, philosophe, raconte des histoires, se moque des photographes amateurs, joue de la guitare, des castagnettes de Lauwe, de la clarinette basse et donne quelques conseils à la famille royale.
Il est accompagné par des cracks: Freddy Desmedt( saxes, clarinette, flûte traversière) - Pol Depoorter( guitare, mandoline) et Bart (Caron?) à la contrebasse.
Une lecture idéologique pour donner le ton... nu en dan een pintje drinken... on a retenu , suivi d'un jazz instrumental fringant, on va pas s'emmerder dans le parc.
Il se saisit d'une guitare et nous psalmodie d'un air moqueur une première satire sociale, chantée en patois succulent ..doe z'n er met stekkers.... doe z'n er met filarmoniën...
' Bric à brac' humour, second degré, rimes semblant simples mais de la profondeur se cache sous l'apparente rusticité.
'Kouselied' chanson pour une paire de bas.
'Fredo en Marcello' les stinkende marginaux du village, des champions de la bicyclette, jamais plus que du 7km/h en descente et en zigzag, trop d'estaminets dans le coin, nos braves Marcel et Fred, devenus Marcello en Fredo à cause de Coppi et Bartali.
Ils connurent une fin tragique dans un fossé.
Un poème catholique ancestral , Willem a fait des études théologiques et a appris le chant grégorien. C'était l'époque où le pastoor parlait latin et portait une burqa (sic!).
Une boerendans folklorique pour suivre.
Je suis un computer analphabète confie le vénérable sage , il attaque ' 't alfabet' pour nous expliquer pourquoi il est resté au Moyen- Age.
'Ettore' pour son ami Ettore de Padova, vivant en Bourgogne après avoir servi sous le Duce.
Jolie mandoline italienne pour rendre hommage à un homme simple et plein de bon sens.
Superbe chanson.
Chanson d'amour à sa terre, sa grandeur, ses bassesses 'Mijn Vlaanderenland' sur rythmique berbère.
P1020034.JPG

Puisqu'on est à Bruxelles, en face de l'humble demeure d'Albert et Paola, je vous récite un texte (belgicain) en français: magique, surréaliste et juste, ma voisine francophone pleurait, n'ai pu lui refiler mon neusdoek, venais de sécher une larme récalcitrante.
Pour une vieille dame de 97 ans (mijn moederke) , le nostalgique 'Oud moedertje'.
Retour en Bourgogne, à Chaumont-les- Bois où vit ' La Belle Rosselle' , une beauté 2x quadragénaire , qui parle le bourguignon avec l'accent du Westhoek.
Une musette touchante.
Bruxelles, vous devez rejoindre votre bureau et admirer la sympathique tronche de votre chef de service, non?
Allez un petit discours métaphysique 'prot, prot, prit, pret, prot': c'est clair, peï, aussi efficace que du Immanuel Kant.
Pour finir par le sommet, son hit: ' Bange Blankeman'
...Ik zag Bantoes in ons cafeetje
ik zag Tutsi's op de tram
ik zag Zoeloes dansen en springen
en roff'len op den tamtam ...
Une chanson prônant la tolérance, sur fond musical des Andes.
P1020038.JPG

Un bis pour Jari Demeulemeester, Mister AB.
'Laat mie maar lopen' accompagné par deux mille battements de mains, une grosse farandole flamande qui atteindra son apogée lorsque le poète entamera ' 'k zie mijn lief zo geire'.
 Willem Vermandere: flamand,belge, populaire, chaleureux, humain et brillant..
Un grand Monsieur qui te redonne goût à la vie.
Pendant 70' tu as imaginé que les hommes pouvaient être bons!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Concerts-Review 35011 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte