Magazine Cinéma

Pas de bronca pour Gentlemen Broncos

Par Tred @limpossibleblog
De nature partageur dans mon enthousiasme cinématographique, je regrette facilement qu’un film me faisant palpiter d’impatience n’ait droit qu’à une pauvre sortie technique, mais soupire de soulagement en découvrant que « Ouf ! », au moins il passe dans une salle à Paris en VO, et donc Ouf ! au moins je ferai partie des rares à pouvoir le voir. Mais lorsque ma propre satisfaction cinéphile égoïste n’est pas remplie, j’ai envie de taper du poing sur la table et de crier « SAPERLIPOPETTE !!! », ou quelque chose d’approchant dans l’idée (mais un peu plus vulgaire).
Pas de bronca pour Gentlemen BroncosCette semaine je pars donc en croisade. Non, le terme est mal choisi. Cette semaine je pousse un coup de gueule à l’encontre de 20th Century Fox France. Depuis des mois, la filiale française du studio hollywoodien avait planifié la sortie en salles de Gentlemen Broncos, la troisième réalisation de Jared Hess après Napoleon Dynamite et Super Nacho. Pour le moment on peut dire que le cinéaste américain est un peu maudit en France, avec aucune sortie digne de ce nom en trois films, et ce n’est pourtant pas faute de faire des films attrayant ou au potentiel culte. Son premier film, Napoleon Dynamite, est une œuvre incontournable du paysage cinématographique américain des années 2000, révélation du Festival de Sundance en 2004 et carton indépendant du box-office US dans la foulée. Pourtant, six ans plus tard, nulle trace du film dans l’hexagone, ni au cinéma ni en DVD zone 2 (heureusement que les imports existent !).
Son second film, Super Nacho, était en revanche sorti en salles, mais en plein été et avec une confidentialité tout ce qu’il y a de plus technique. Je ne me faisais donc aucune illusion sur Gentlemen Broncos, le troisième film de l’auteur, qui contrairement aux deux précédents n’avait pas déplacé les foules lors de sa sortie aux États-Unis l’automne dernier. Un petit bide. Nulle raison donc de penser que le film allait avoir droit à autre chose qu’une sortie dans 10 salles en France.
Mais oh bonne nouvelle, le Publicis annonçait depuis plusieurs semaines la diffusion du film dans une de ses salles à partir du 25 août. Finalement, il serait possible de le voir dans les meilleures conditions qui soient (ma part égoïste prenait le dessus quelques instants à cette nouvelle). Pourtant, patatra, la joie s’est effondrée à la veille de la sortie, lorsque le Publicis annonçait via sa page Facebook que Gentlemen Broncos serait programmé en VF en son sein. Mon sang n’a fait qu’un tour face à ce coup de tonnerre (oui je sais je suis un peu excessif dans ces moments), et j’en ai fait part au Publicis via cette même page Facebook, exprimant ma profonde déception d’apprendre que ce cinéma que je respecte et fréquente assidûment fasse ce choix rédhibitoire à mes yeux.
Pas de bronca pour Gentlemen BroncosLe jour de la sortie, je constatai avec amertume qu’effectivement le film était bien annoncé en VF au Publicis, mais surtout que la salle des Champs-Elysées était la seule de Paris à programmer le film de Jared Hess. Malgré tous mes bons souvenirs d’enfance avec les VF des films, j’ai abandonné depuis longtemps les films doublés au cinéma (à la télé ça peut passer), et mon désir de voir Gentlemen Broncos sur grand écran s’éteignit aussitôt.
Le Publicis, en réponse à l’expression de ma déception sur leur page, me fit alors savoir que cette malheureuse programmation en VF était due au fait que le distributeur du film, 20th Century Fox France, ne mettait que cette version à la disposition de la salle. Pas de VO, choix de la Fox. Saperlipopette !!! Comment faut-il prendre ce choix délibéré de la Fox d’exclure la VO pour Gentlemen Broncos ? Une semaine plus tôt, le distributeur avait fait le même choix pour le film Marmaduke, pas de VO. Si le principe de VF pour ce dernier film pouvait se défendre, son caractère le destinant assez clairement aux enfants, il paraît étrange qu’un distributeur affiche un tel mépris pour le public potentiel d’un film comme Gentlemen Broncos. Mais est-ce du mépris, du je-m’en-foutisme, de l’incompétence ?
Mettent-ils donc dans le même panier un Marmaduke et un Gentlemen Broncos ? Que diraient-ils si un tel coup de gueule les intéressait vraiment ? Que ce n’est qu’une sortie technique et qu’ils ont mieux à faire ? Dans ce cas ils seront gentils de ne pas annoncer des mois à l’avance la sortie en salles de leur film. Qu’ils aient la décence de le balancer à la dernière minute, que l’on n’ait pas le temps de nourrir du désir pour le film.
Pas de bronca pour Gentlemen BroncosMoi je voulais le voir, Gentlemen Broncos. Je voulais voir cette histoire d’un ado geek écrivant de la science-fiction qui se fait piquer un de ses manuscrits par un auteur star en panne d’inspiration. J’avais envie de voir Sam Rockwell en héros incarné du récit dérobé. Je voulais voir Jemaine Clement en auteur SF veule et dépassé. Mais voilà, à la Fox, on se dit qu’un film sur un chien qui parle ou un film geek du réalisateur de Napoleon Dynamite, c’est la même chose, le public s’en fout de le voir en VF. En six ans, le studio n’a pas été capable de sortir ne serait-ce qu’en DVD Napoleon Dynamite, ce qui ne l’empêche pas de laisser la mention « Par le réalisateur de Napoleon Dynamite » dans la bande-annonce du film, une ironie à mourir de rire. Car après tout, les seuls spectateurs qui auront vu le premier film de Jared Hess auront été le chercher en ligne, ou l’auront chassé en zone 1, comme je l’ai fait, et l’auront vu en VO. Gentlemen Broncos est un film de niche pour public averti. Un public qui aime en nette majorité voir son film en VO.
Je voulais voir Gentlemen Broncos en VO au cinéma. Je verrai Gentlemen Broncos en VO. Je ne le verrai pas au cinéma. Merci 20th Century Fox France.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Tred 1557 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines