Magazine Cinéma

Bee movie - drôle d'abeille

Par Rob Gordon
C'est quand même plus facile de faire du cinéma quand on a Steven Spielberg pour ami. Il a suffi d'un minuscule calembour à Jerry Seinfeld mélangeant abeilles et séries B pour se retrouver cinq jours plus tard dans le bureau du réalisateur-producteur, un projet de film en main. Comme beaucoup de productions Dreamworks, Bee movie semble arriver un peu tard, les corrects Fourmiz et 1001 pattes semblant avoir exploré une bonne partie de l'univers des bestioles à six pattes. Visiblement conscients de ce léger souci, les responsables du film ont décidé de se cantonner au monde des abeilles plutôt que de nous infliger une ménagerie de seconds couteaux peut-être rigolos mais sans doute déjà vus.
Sans être un monument de drôlerie, Bee movie se distingue par une atmosphère guillerette, faite de bons mots, de gags sans prétention et d'une foultitude de clins d'oeil pour le moins savoureux. Il est vrai qu'on aurait pu attendre bien mieux de la part d'un Seinfeld prolifique et touchant souvent au génie. Mais mieux vaut se rendre à l'évidence : malgré ce dont les ahuris de la secte Pixar semblent être convaincus, le film ultime qui fera marrer tous les publics tout en stimulant les neurones des plus grands n'a pas encore vu le jour. Dernier en date, le joli Ratatouille, bien fichu, bien propre sur lui, mais manquant désespérément d'esprit. Bee movie est certes moins réussi formellement (même s'il n'a pas le même objectif de réalisme), mais il est bien plus futé. Et remplit davantage son rôle de film populaire, à partager tranquillement en famille, histoire de donner aux mouflets une vraie faim de cinéma.
7/10

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Rob Gordon 109 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines