Magazine Culture

Interview Salim Bachi : « Amours et aventures de Sindbad le Marin » (éd. Gallimard) en lice pour le Prix Renaudot.

Par Manus

Interview Salim Bachi : Ť Amours et aventures de Sindbad le Marin ť (éd. Gallimard) en lice pour le Prix Renaudot.

Interview Salim Bachi : « Amours et aventures de Sindbad le Marin » (éd. Gallimard) en lice pour le Prix Renaudot.

« J’ai voulu écrire un conte comme on les écrivait au dix-huitième siècle, un conte un peu leste ou coquin où la part de l’amour est très importante.»

 

Interview Salim Bachi : « Amours et aventures de Sindbad le Marin » (éd. Gallimard) en lice pour le Prix Renaudot.

Né à Alger en 1971, Salim Bachi poursuit des études de lettres à Paris à la Sorbonne.  Salué par la critique pour son premier roman, « Le chien d’Ulysse », éd. Gallimard, en 2001, il sera couronné de nombreux prix.  S’ensuivent aux éditions Gallimard« La Kahéna » en 2003, « Les douze contes de minuit », en 2007, « Tuez-les tous » 2007,  « Le silence de Mohammed » en 2008, sélectionné pour le Prix Goncourt, le Prix Goncourt des Lycéens et le Prix Renaudot et enfin, « Amours et aventures de Sindbad le Marin », actuellement sélectionné pour le Prix Renaudot.

Cet auteur d’exception, ayant commencé à écrire dès son plus jeune âge (quinze ans) a accepté, avec une réelle gentillesse, de répondre à cette interview.

1. Savina : A quinze ans, vous écriviez déjà m’aviez-vous dit : se pourrait-il que l’Algérie participe à l’élan de votre écriture ?

Salim : Pour l’essentiel l’Algérie fait partie de mon essence et donc de mes livres. Je ne conçois jamais de sujet romanesque sans un lien aussi ténu soit-il avec l’Algérie.  Même « Tuez-les tous », mon roman sur le 11 septembre n’aurait pu être écrit de cette manière si je n’étais pas né et n’avais pas grandi en Algérie.

 2. Savina :  Etes-vous confronté à une dualité culturelle, et par ce fait, votre œuvre s’en ressent-elle depuis ?

Salim : Pas seulement une dualité,  j’ai l’impression d’être tissé d’influences multiples liées à mes lectures, à mes voyages, à la manière même dont le monde se présente à moi. J’espère être différent chaque jour.

 3. Savina :  Dans « Amours et aventures de Sindbad le Marin », il y a plusieurs éléments qui de prime abord frappent par la teneur du titre : « Sindbad », un prénom d’origine algérienne ?  Pourquoi avoir choisi celui-là particulièrement ?

Salim : Sindbad est un personnage de conte. Il appartient à l’humanité comme Ulysse ou Don Quichotte. Il n’est donc pas seulement algérien ou arabe. Je l’ai donc choisi pour ces raisons. Et surtout qu’il me semblait emblématique de notre époque. Sindbad est sans cesse sur les mers, il voyage jusqu’à sa mort ou presque. Il est l’exilé par excellence, le harraga, le clandestin dont personne ne veut et qui hante la bonne ou « mauvaise » conscience humaine en ce moment.

 4. Savina : Toujours dans le titre, nous rencontrons « le Marin » : le roman entraînera-t-il le lecteur à humer la brise marine?

Salim : Oui la brise marine et le parfum des femmes et l’amour de la vie et de l’art…

 5. Savina : Les « aventures » ensuite, laissent à penser que Sindbad sera confronté à des événements extraordinaires, dans le temps et l’espace ?

Salim : Oui puisqu’il voyage. Il parcourt le monde, en tous cas la méditerranée, passant d’Algérie en Italie puis en France, en Lybie et même en Syrie. Et dans le temps parce qu’il est intemporel comme Ulysse ce qui revient à ce que je vous disais tout à l’heure.

 6. Savina : Et « l’amour » soubassement du roman, ou thème distillé tout en fluidité au travers de cette épopée ?

Salim : L’amour c’est tout le roman.  Du début jusqu’à la fin.  C’est l’amour de la vie qui fait agir Sindbad, c’est l’amour de la découverte et de la rencontre. J’ai voulu écrire un conte comme on les écrivait au dix-huitième siècle, un conte un peu leste ou coquin où la part de l’amour est très importante.

 7. Savina : Le titre laisse songeur, et l’on se prend à imaginer un conte, une fable racontée par les anciens, dans une atmosphère des Mille et une Nuits, où la brise balaye le sable, les éclats de rire, et les robes des princesses.  Un roman, porté par l’amour de l’Algérie ?

Salim : Oui et un roman porté par l’amour du monde.  Un roman actuel aussi.  On y discute, dispute, du monde tel qu’il est aujourd’hui avec beaucoup d’humour et une certaine charge satirique, voire satyrique…

 8. Savina :  Ce roman s’inspire-t-il de vos propres voyages que vous auriez effectués ?

Salim : Oui tous les voyages sont vrais, et inventés en même temps.

 9. Savina : Dans ce livre, quel passage vous tient le plus à cœur ou, quelle anecdote liée à ce livre aimeriez-vous partager avec les lecteurs du blog ?

Salim : Il y a passage que j’ai écrit en m’amusant beaucoup, c’est celui concernant la captivité de Sindbad. Celui-ci, de retour en Algérie, est jeté en prison par un potentat local nommé Chafouin Ier. Il s’ensuit toute une controverse mêlant même le Pape…

10. Savina : Sélectionné pour le Prix Renaudot, cet annonce est un retour formidable pour tout écrivain…  Comment vivez-vous ce bal des Prix ?

Salim : En dansant…

11. Savina :  Un dernier souhait, un dernier mot, pour les internautes qui bientôt découvriront votre roman ?

Salim : Que le voyage soit beau !

Savina : Merci beaucoup, cher Salim, de nous avoir partagé un bout de ciel, ce bout d’Algérie.

Savina de Jamblinne.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Manus 379 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines