Magazine Culture

un pauv' banquier

Publié le 14 septembre 2010 par Dubruel

Fait pas bon vieillir et fortuné.

 

Pourtant veuf, un célèbre et riche banquier continuait de mener grand train de maison, en son hôtel particulier de l’avenue de Neuilly.

Son cordon-bleu lui concoctait des mets délicieux, variés et raffinés, même quand il déjeunait seul, ce qui d’ailleurs était le cas à chaque repas car il n’avait jamais plus aucun invité à sa table.

Son maître d’hôtel devait continuer de le servir dans ses assiettes en porcelaine de Sèvres.

Les couverts d’argent, marqués à son titre, devaient être toujours parfaitement astiqués. Sinon gare ! il était honni.

Monsieur exigeait qu’on lui apportât ses plats, présentés avec grand soin, dans le service en vermeille, hérité de son grand-père, le fondateur de la société bancaire.

Sur la nappe en soie d’une blancheur immaculée, qu’il avait fait spécialement broder à Alençon., il ne supportait pas la moindre tâche, la moindre trace, le moindre pli.

A la moindre dérogation, le banquier passait ses nerfs sur son maître d’hôtel qui n’en pouvait plus.

Il réprimandait odieusement son serviteur, si par hasard la salière en cristal de baccarat n’était pas tout à fait suffisamment remplie.

Il hurlait de colère si son excellent et millésimé vin de Bordeaux n’avait pas été parfaitement décanté lors de la mise en flacon taillé en verre de Venise.

Il semonçait vigoureusement son domestique si celui-ci osait le servir dans frac noir qui n’aurait pas été impeccablement repassé par la femme de chambre ou si son nœud papillon, noir aussi, avait perdu la stricte position horizontale, ne serait-ce qu’un instant.

Las des réprimandes répétées et par trop pointilleuses continuellement formulées par le vieux et fortuné banquier, le maître d’hôtel osa lui dire un jour: « Veuillez m’excuser, monsieur, mais je dis merde à monsieur. »

Loin de perdre sa superbe, l’illustre et rigoureux financier licencia sur le champ l’humble et fidèle laquais (20 ans de d’ancienneté).

Désormais, sur ordre, la cuisinière dut non seulement veiller à la parfaite qualité gastronomique des menus de monsieur, mais en plus elle était tenue de servir monsieur à table. Son chignon devait être parfaitement coiffé. Aucun maquillage n’était toléré par le maître de maison. Quant à sa tenue, il lui était impossible de déroger à la robe noire et au tablier blanc, arrondi à hauteur des genous.

 

Toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant existé, serait pure coïncidence.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dubruel 73 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine