Magazine Sport

NFL Saison 2010. Semaine 1.

Publié le 15 septembre 2010 par Vinz

Les amateurs de la NFL attendaient cela depuis 7 mois et c’est enfin que la saison régulière a commencé en cette dernière fin de semaine. Voici, comme toutes les semaines, le résumé des rencontres qui se sont déroulées.

NFL 2010 Kickoff

New Orleans SaintsMinnesota Vikings 14-9 (7-9)

La tradition est de voir le vainqueur du Super Bowl entrer en scène lors du match d’ouverture du jeudi. Et si possible affronter un prétendant sérieux. Saints et Vikings s’étaient opposés en finale de conférence l’an passé et les Lousianais l’ont emporté en prolongation après que les Vikings aient gâché leur chance.
Et dans un match entre deux équipes puissantes en attaque, ce sont les défenses qui ont pris le dessus. Certes, sur leur première possession, les Saints ont marqué le premier TD de la saison : Brees trouve Henderson dans l’en-but, 7-0. Mais après, l’attaque des Saints a eu du mal à avancer : un seul premier down sur les cinq possessions suivantes. Les Vikings, eux, s’en remettaient à la combinaison des passes de Favre et des courses d’Adrian Peterson (87 yards en 19 courses). D’abord, les Vikings marquent un field goal après une longue possession (9 minutes). Puis ils prennent les devants juste avant la pause par une passe de Favre à Schiancoe, le tight end : 9-7 car la transformation est contrée, était le score à la mi-temps.

Au retour des vestiaires, les Saints ont décidé d’élever un peu leur niveau de jeu : ils stoppent rapidement les Vikings et sur la possession suivante, Drew Brees mène la séquence au bout, qui se termine par une course de 7 yards de Pierre Thomas : 14-9. Et après ? Les défenses ont pris le dessus. Les Vikings se sont heurtés à un mur et les Saints ont manqué un FG qui aurait créé le break. Brett Favre a été inconstant ; peut-être a-t-il encore en mémoire le traitement de la défense de la Nouvelle-Orléans en janvier dernier. Brees a fait le job et les champions commencent bien la défense de leur titre. Une victoire qui risque bien de compter à la fin car les deux protagonistes sont de gros favoris dans la conférence nationale.

Argument convaincant pour payer quelques dizaines de dollars... Les Saints sont favoris et ce n'est pas pour rien avec une rivale des Sharkettes

Argument convaincant pour payer quelques dizaines de dollars... Les Saints sont favoris et ce n'est pas pour rien avec une rivale des Sharkettes

Aaaargh ! Mais pourquoi je suis un Viking alors que j'aurai pu entrer dans les ordres ?

Aaaargh ! Mais pourquoi je suis un Viking alors que j'aurai pu entrer dans les ordres ?

Buffalo Bills – Miami Dolphins 10-15   (3-10)

Match au sein de l’AFC Est. Les Dolphins sont attendus comme des outsiders, les Bills eux par personne. La première mi-temps est dominée par les Floridiens tant au score qu’à la possession et l’occupation du terrain. Cette domination se concrétise par un TD de Ronnie Brown (sur saut au-dessus de la mêlée) en début de deuxième quart. En fin de la période, les deux équipes manquent l’une et l’autre un placement, ce qui conserve l’écart de 7 points à la pause.

Le troisième quart-temps ne modifie pas les données car les attaques n’arrivent à rien. Le dernier quart-temps a proposé plus d’intérêt : Carpenter donne 10 points d’avance aux Dolphins (13-3) à 9 minutes de la fin mais quatre minutes plus tard, Trent Edwards sort de sa torpeur pour trouver Parrish qui marque (10-13). Un petit safety à 1 minute trente assure le gain aux Dolphins dans un match très médiocre.

Chicago BearsDetroit Lions 19-14 (13-14)

Rencontre qui oppose les deux maillons faibles  de la NFC Nord. Les Lions sont inefficaces en attaque mais les Bears gâchent leurs chances en commettant 3 pertes de ballon : 1 interception et 2 fumbles. Sur deux d’entre elles, les Lions enchaînent une série pour deux TD. Quant aux Bears, ils trouvent la faille sur une action de 89 yards de Matt Forte, qui reçoit une passe de Cutler. A la pause, Detroit mène d’un point (14-13) alors que Gould a réussi le FG au buzzer.

La deuxième moitié du match n’a absolument pas été folichonne, ce qui n’étonnera personne à la vision de l’affiche. Les Bears ont manqué encore de réalisme en perdant un ballon échappé et en échouant sur une quatrième tentative. Les Lions ont été incapables de quoi que ce soit en attaque. Finalement, c’est encore Matt Forte qui sauve les Bears par son deuxième TD sur récetpion (151 yards dans les airs et seulement 50 au sol pour le coureur). Après la sortie de Stafford blessé, Shaun Hill a pris le relais à la passe pour les Lions mais rien n’a changé, sauf qu’il a lancé l’interception qui a mis fin aux espoirs de Detroit.

Houston TexansIndianapolis Colts 34-24 (13-10)

C’est le choc de l’AFC Sud et un match important pour les deux formations : les Colts espéraient vaincre leur client et les Texans devaient afficher des prétentions en battant les champions de la conférence américaine. Ces derniers prennent le meilleur départ, forçant les Colts à 4 punts. De plus, l’équipe prend les devants 13-0 après le TD de Kevin Walter 2 minutes après le début du deuxième quart-temps. Le match connaît un premier tournant lorsque Schaub lance une passe affreuse, interceptée par Bullitt. Les Colts dégainent enfin leur attaque, marquent sur la série suivante (TD de Wayne sur une passe de Manning) et réduisent l’écart juste avant la pause (10-13).

La deuxième période est celle d’Arian Foster : le running back des Texans dépasse tous ses records en carrière en marquant 3 TD et en cumulant 150 yards gagnés sur les deux derniers quarts (pour un total de 231 yards en 33 courses ). Les efforts de Manning ont permis d’alléger l’addition mais ce n’était pas suffisant. Comme c’est souvent le cas, les défaites de Colts sont dues à l’inefficacité de leur défense contre la course mais on y ajoutera l’indiscipline (2 fois plus de pénalités en distance) et l’inefficacité en troisième essai. Et puis il y a ce tournant à 20-10, quand Austin Collie réceptionne une passe de Manning avant de lâcher le ballon. Sur la série suivante, les Texans ont créé un écart déterminant (27-10) par le deuxième TD de Foster. Les Texans remportent une victoire méritée et s’ils ont un bon jeu au sol, ils peuvent satisfaire les ambitions de qualification cette année. En tout cas, c’est la deuxième victoire en dix-sept matches pour les Texans contre les Colts, qui commencent par une défaite, une rareté en match d’ouverture ces dernières années.

Arian Foster, le running back des Texans est l'homme de la semaine. A lui seul, il a enfoncé la défense des Colts, qui a encore perdu Bob Sanders.

Arian Foster, le running back des Texans est l'homme de la semaine. A lui seul, il a enfoncé la défense des Colts, qui a encore perdu Bob Sanders.

Jacksonville JaguarsDenver Broncos 24-17 (7-7)

Contre des Jags peu estimés, les Broncos ont intérêt à se méfier et à aller chercher une victoire car la lutte pour la qualification sera serrée dans la conférence américaine. Ils dominent apparemment les Jaguars mais s’avèrent incapables de marquer, perdant un ballon précieux. Les Jags ouvrent la marque à 50 secondes de la mi-temps par Marcedes Lewis, sur une passe de Garrard. En mode pressé, les Broncos égalisent 36 secondes plus tard par Gaffney sur passe d’Orton. 7-7 à la mi-temps. Lewis redonne l’avantage aux Jaguars en début de troisième quart mais Moreno égalise après une course d’1 yard (14-14). Les deux équipes se livrent un échange d’avance au tableau d’affichage. Osgood marque le TD qui donne l’avance aux Jaguars (24-17). Les Floridiens finissent par conserver leur acquis, en repoussant un quatrième essai des Broncos puis par une interception de Darryl Smith qui avait déjà forcé un fumble dans ce match.

New England PatriotsCincinnati Bengals   38-24 (24-3)

Un des matchs phares de cette première semaine et les deux formations ont plutôt intérêt à bien commencer. Dans ce cas, ce sont les Patriots qui ont suivi la consigne. Ils assomment le match dès la première mi-temps avec 3 TD, dont un retour d’interception de Puyton et deux réceptions gagnantes de Wes Welker (24-3).
La deuxième mi-temps est plus équilibrée mais l’écart étant déjà fait, le résultat ne faisait plus de doute, d’autant plus que les Patriots marquent dès l’engagement sur le retour du coup d’envoi. Les Bengals ont montré beaucoup plus de choses en attaque, marquant 3 TD contre un seul aux Patriots. Une victoire des Bostoniens qui ne souffre pas de contestation.

New York Giants – Carolina Panthers  31-18 (14-16)

Les Panthers ont décidé de passer à autre chose. Les Giants, eux, ont des ambitions mais qui doivent être légitimitées par une victoire contre la Caroline. Et puis ils inaugurent leur nouvelle enceinte, partagée avec les Jets.Mais totalement privés d’un jeu de course en première mi-temps (8 yards en 13 courses), ils doivent s’en remettre à Eli Manning qui lance deux passes de TD mais deux interceptions aussi. Juste avant la mi-temps Steve Smith (celui des Panthers) reçoit la passe qui donne l’avance aux Carolins (16-14).

Ce jeu de courses défaillant a été corrigé en deuxième période. L’attaque au sol permet d’équilibrer le jeu des Giants pendant que la défense contient les offensives des Panthers. Une deuxième période complètement avantageuse aux Giants. Natheem Hicks est l’homme du match car il a marqué les 3 touchés des Giants sur réception, lui qui n’a capté que 4 passes. Un maximum d’efficacité.

Pittsburgh SteelersAtlanta Falcons 15-9 (prolongation) (3-3)

Privés de Roethlisberger suspendu, les sidérurgistes doivent faire confiance à Dennis Dixon au poste de quaterback. Et l’attaque de Pittsburgh n’en est pas raffermie. C’est la défense qui tient le match contre des Falcons. Le score n’est que de 3-3 à la pause, grâce à l’égalisation in-extremis de Bryant pour les Falcons.
Les choses ne changent guère en deuxième période et les deux équipes se rendent la politesse sur des coups de pied sans creuser l’écart (9-9). Pourtant, chacun a eu sa chance : les Falcons interceptent une passe mais Matt Bryant manque le placement de la victoire avec une minute à jouer. On doit alors disputer la prolongation. Après l’échec des Falcons, les Steelers ont le ballon et Mendenhall parcourt les 50 yards le séparant de la ligne : une action, un TD et une victoire pour les Steelers.

Durant ce match, Tony Gonzalez, le tight end le plus prolifique de l’histoire de la NFL, a capté sa 1000è passe en carrière.

Tampa Bay BuccaneersCleveland Browns 17-14 (10-14)

Les mauvaises langues auraient dit que le vainqueur de ce match ne serait pas fanny pour la saison. Ils n’ont pas tout à fait tort non plus ! Jake Delhomme, le nouveau stratège des Browns, commence bien la rencontre avec une passe à Massaquoi bien seul dans la défense des Bucs. L’avance est même à 14-3 jusqu’à la gaffe du QB de Cleveland : une belle passe à Ronde Barber qui est à deux doigts de marquer sur le retour d’interception (ce sera fait sur l’action qui suit).

Cette erreur de Delhomme a pour conséquence de sortir le Cajun du match. Les Browns, convaincants au début, n’y arrivent plus en attaque alors que les Bucs marquent le TD qui les place devant par Spurlock en réception. Ils auraient pu aussi tuer encore le match car ils échouent par deux fois près de la ligne de but : un échec sur quatrième essai et un fumble. C’est vraiment la misère à Cleveland.

Tennessee TitansOakland Raiders  38-13 (24-6)

Ce match oppose des grosses cotes : les Titans espèrent que Vince Young relancera l’équipe comme en 2009 et les Raiders en souhaitent autant pour Jason Campbell. Ces derniers ouvrent la marque sur un placement de Janikowski, après une série qui a commencé sur un ballon échappé par Younh. Moins de deux minutes plus tard, Young trouve Nate Washington, bien démarqué. L’avance passe à 10-3 après un FG qui suit un fumble des Raiders. Le score est de 24-6 à la pause  après que Javon Ringer et Chris Johnson (sur 76 yards) aient enfoncé la défense d’Oakland. Celle-ci a fini de capituler dans la dernière phase du match et l’addition s’est alourdie, de quoi annoncer aux Raiders que leur saison sera encore bien longue et bien triste. Mc Fadden a fini meilleur coureur et meilleur receveur des Raiders (95 et 55 yards respectivement). Pendant ce temps, Chris Johnson a gagné 142 yards au sol pour 2 TD.

Philadelphie EaglesGreen Bay Packers 20-27 (3-13)

Ce match confronte des prétendants. Les Eagles lancent l’ère post-Mc Nabb avec Vick en partant et les Packers ont l’ambition d’aller au Super Bowl. Ce match a déjà un enjeu. Si les Eagles ont pris un léger ascendant en premier quart (3-0), ce sont les Packers qui mènent nettement à la marque après 2 FG et un TD par Driver ; Green Bay a pris le dessus avec dix points inscrits dans les deux dernières minutes.

Le troisième quart assure la domination des Packers : un fumble repris puis un touché puis un autre. Le break est fait (27-10) mais les Eagles reviennent à sept longueurs. Malgré les 11 courses en 103 yards à la course de Vick, je reste convaincu qu’il n’est toujours pas l’homme de la situation. Les Eagles ont besoin d’un passeur.

Seattle Seahawks - San Francisco 49ers 31-6 (14-6)

A Seattle, les 49ers doivent justifier leur nouveau statut de favori dans la NFC ouest. San Francisco domine le premier quart en contrôlant la possession. Mais après un bon début, Alex Smith se dérègle totalement et Crabtree sort aussi du match. L’échec sur une quatrième tentative après une très longue possession est le tournant du match, bien que les 49ers aient réussi un deuxième placement (6-0).
Les Seahawks s’accrochent et Matt Hasselback portent l’équipe sur ses épaules (18/23 175 yards) : une course payante d’un yard, puis une passe à  Butler pour donner une avance de 14-6. Quant à Smith, il lance une interception coûteuse et l’attaque des 49ers tombe en léthargie.

Le match est définitivement plié lors des cinq premières minutes du troisième quart : Trufant intercepte une passe de Smith  et retourne pour un touché puis Branch marque sur une passe d’Hasselbeck. Le score final est sans appel et bien décevant pour San Francisco qui a beaucoup d’ajustements à faire.

Saint-Louis RamsArizona Cardinals 13-17 (10-10)

L’autre match de la NFC Ouest oppose des Rams en construction à des Cardinals qui veulent défendre leur titre de champion de la division. Numéro un de la draft 2010, Bradford fait son premier départ. Il a beaucoup lancé (55 passes pour 32 réussies) mais pas toujours avec succès (3 interceptions). Le match a été serré toute la rencontre. Aucun point marqué en premier quart et une course poursuite au deuxième pour une égalité de 10-10 à la pause.

Les Rams prennent l’avantage en milieu de troisième quart mais c’est Larry Fitzgerald qui inscrit le TD victorieux à 6 minutes de la fin. Bradford tente le retour mais se fait intercepter deux fois.

Washington RedskinsDallas Cowboys 13-7 (10-0)

Autre sommet de la journée entre deux prétendants aux playoffs et deux grands rivaux. Les Redskins prennent les devants en première mi-temps : la défense domine les Cowboys. Hall reprend un ballon échappé et marque en retour. 10-0 à la pause. Dallas réagit en troisième quart-temps : Austin reçoit une passe de 4 yards de Tony Romo. Mais un nouveau FG des Redskins en fin de match assure la victoire alors que les défenses se sont mises en évidence. Pour ses débuts avec Washington, Donovan Mc Nabb n’a pas été particulièrement brillant dans l’ensemble.

New York JetsBaltimore Ravens 9-10 (6-7)

Je fais des Ravens mes favoris de la conférence américaine. Les Jets espèrent jouer un rôle important, ce qui donne au match un cachet assez relevé. Cette affiche au Meadowlands Stadium inaugurait le lundi le stade des Jets, alors que les Giants en avaient fait autant dimanche.

La rencontre a été défensive. Les Ravens ont écrabouillé le jeu de passes des Jets : Mark Sanchez ne cumule que 74 yards avec 10/21. Plus tranchante a été l’attaque au sol avec Tomlinson, sans être impressionnante. Quant à Baltimore, son jeu offensif a souffert d’un jeu au sol bien contrôlé. Tout s’est joué sur les opportunités de marquer et l’unique TD de Mc Gahee a permis aux Ravens de gagner un match important.

Kansas City ChiefsSan Diego Chargers 21-14 (21-7)

Dans l’AFC ouest, les Chargers n’ont pas intérêt à laisser des parties en route, surtout s’ils ambitionnent le meilleur bilan de la saison régulière. Les Chiefs sont un adversaire à leur portée mais bien déterminés comme en première mi-temps où Jamaal Charles enfonce la défense californienne par une course de 56 yards. Puis une petite passe de Cassel et un retour de punt gagnant donnent une avance de 21-7 à la mi-temps.

Si les Chiefs n’ont pas brillé dans l’attaque aérienne, ils ont contenu les efforts des Chargers, vexés de se faire surprendre dès le match d’ouverture.  Par deux fois, ils font échouer un quatrième essai en troisième quart alors que San Diego était revenue à sept longueurs. La victoire de Kansas City est une des surprises de la journée.

Les classements ? Les vainqueurs sont devants, les vaincus derrière.

A la semaine prochaine.

Source. NFL.com (Photos, AP)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vinz 627 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine