Magazine Cinéma

Ma vie n'est pas une comédie romantique

Par Luc24

Quand les deux auteurs de La minute blonde se lance dans le 7e art, cela donne Ma vie n'est pas une comédie romantique. Alors, forcément on se méfie : en France nous sommes les spécialistes des films sentimentaux sur des trentenaires en crise. Ce nouvel opus ayant reçu un accueil critique plutôt froid, fait-il partie de ces long métrages Kleenex qu'on oublie 5 minutes après la projection ?

La critique  

Thomas (Gilles Lellouche) a le blues. Il approche de la fin de la trentaine et vient de se faire larguer par sa petite amie, partie avec un autre. Expulsé de l'appart, il se retrouve à faire le point dans la maison de ses parents que ces derniers lui prêtent pendant quelques mois. Thomas doit se reconstruire mais les débuts sont difficiles. Il pleure comme un bébé devant ces maudites comédies romantiques américaines à la Quand Harry rencontre Sally , ces films qui nous font croire que l'amour existe et que c'est magique pour la vie. Un jour comme un autre, au rayon papier toilettes, Thomas tombe par hasard sur Florence (Marie Gillain). Cette dernière était son amoureuse quand il avait 9 ans. Amusée de cette rencontre fortuite, l'ex devenue femme l'invite à diner chez elle en compagnie de son mari et de ses enfants. Thomas accepte bien qu'il sente que la soirée sera lourde pour le célibataire qu'il est. Et ça ne manque pas : saoul, il ne cesse de pleurer celle qui l'a quitté et de revenir sur son infidélité. Sans le vouloir il va ainsi éveiller les soupçons de Florence vis à vis de son mari. Quelques jours plus tard leur couple explose : le mari de Florence était infidèle. Désormais tous deux célibataires, Thomas et Florence deviennent des amis très complices : en route pour l'amour, comme dans une comédie romantique ?

Les nouveaux zéros romantiques

Marc Gibaja et Laurent Sarfati ont beau faire du scénario de leur film une histoire de trentenaires blasés qui en ont marre des comédies romantiques (car ils voudraient que leur vie soit ansi ?), leur amour pour ce genre cinématographique est palpable dans chaque plan. Contrairement aux nombreuses productions romantiques françaises qui défilent depuis des années , ce long métrage n'est donc pas qu'un produit marketing ciblé (comme pouvait l'être le terriblement mal écrit Ce soir, je dors chez toi) mais bien un film avec une ambition, bien que légère (on est donc un peu plus proche d'une comédie à la Détrompez-vous qui témoignait aussi d'un vibrant amour pour le genre romantique). Les références ne font pas tout, c'est bien connu. Celles employées par le tandem sont parfois d'ailleurs affichées de façon trop lourde (on a compris qu'ils aimaient Quand Harry rencontre Sally entre l'extrait du film, le look des acteurs et la grosse affiche à la sortie du ciné!) mais heureusement pour le film leur scénario ne manque pas d'idées.

Certes l'intrigue reste dans ses grandes lignes plutôt banales et on connait d'avance le dénouement (bien que le final se la joue pas trop romantique). Mais souvent on rit de bon coeur grâce à de toutes petites trouvailles bien placées. Et puis surtout, le duo d'acteur fonctionne à merveille. De mémoire, je n'avais jamais vu Marie Gillain aussi lumineuse depuis Laissons Lucie Faire. Gilles Lellouche pour sa part est tout à fait touchant en looser barbu testeur de jeux vidéos. Pour ma part, j'ai nettement moins accroché sur les rôles secondaires (l'intrigue avec Laurent Ournac est certes jolie, mais c'est d'un cliché...). Reste une véritable énergie qui promet un divertissement efficace et qui ravira tous les amateurs du genre. Ok, ce n'est pas la comédie de l'année mais quand il y a du charme pourquoi se priver ?

 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Luc24 78 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines