Magazine Cinéma

Eden log

Par Rob Gordon
Dans vingt ans, Franck Vestiel sera peut-être devenu un cinéaste respectable, et l'on reverra patiemment sa première oeuvre pour réviser son jugement avec une mauvaise foi inébranlable. À la lumière d'une filmo admirable, on reconsidèrera un Eden log dans lequel « apparaissent en filigrane les thèmes et obsessions chers au grand Vestiel ». Malheureusement pour le réalisateur, Eden log est pour l'instant son unique long-métrage, et aucun miracle ne peut guère le sauver. Se lançant corps et âme dans un océan science-fictionnel (avec au scénario l'ennuyeux Pierre Bordage, sorte de caution intellectuelle), Vestiel livre une marmelade imbitable et hermétique, qui sous couvert d'exigence démontre surtout un total mépris à l'encontre du spectateur.
Le film débute avec un Clovis Cornillac couvert de boue, ignorant qui il est et ce qu'il fait là. Après s'être armé de patience pendant un petit quart d'heure, le spectateur devra se rendre à l'évidence et se rallier au questionnement du héros : lui non plus ne sait pas pourquoi il est venu s'empêtrer dans cette salle obscure en forme de piège gigantesque. Vestiel joue la carte du mystère opaque : ne voulant livrer aucune réponse, il en oublie même de poser les questions. Si bien que l'indifférence finit par l'emporter, le calvaire du personnage de Cornillac se révélant moins pénible que le nôtre.
S'il est sans doute le seul, le réalisateur sait ce qu'il fait et pourquoi il le fait. Malgré tout, on sent émerger de ce projet une grande sincérité, une envie réelle de faire progresser le cinéma de genre dans un pays où les tentatives de se distinguer sont trop peu nombreuses. Malheureusement, Vestiel confond ambition et prétention, semblant se réjouir d'avoir pondu un film totalement abscons, qui ne devient compréhensible que dans les cinq dernières minutes. Là, les quelques survivants subiront une morale politico-écologique d'un manichéisme assez hilarant. La poignée de fans du film cite pêle-même Kubrick, The fountain, George Lucas. Dans vingt ans, ils passeront peut-être pour des visionnaires ; pour le moment, on peut juste leur recommander de prendre un peu de repos.
2/10
(également publié sur Écran Large)

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Rob Gordon 109 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines