Magazine Cinéma

Eden Log

Par Luc24

Ah le cinéma de genre en France ... 2007 a marqué une nouvelle année de tentatives...et une nouvelle année d'échec. Il y a d'abord eu A l'intérieur (cassé très injustement par une partie de la critique). Pour ma part j'avais beaucoup apprécié ce pur plaisir gore. Mais le public ne s'est pas déplacé en masse dans les salles malgré une promotion plus qu'honnête. Puis il y a eu Chrysalis (dont j'avais pu suivre une journée de tournage) avec Albert Dupontel. Nouvelle campagne de promotion solide mais cette fois un accueil critique très très dur. Le public n'a une fois de plus pas suivi bien que le film, en terme de réalisation, n'ait pas du tout à rougir face aux productions américaines. Cette semaine, c'est au tour d'Eden log de tenter sa chance. La critique est mitigée, la campagne promo réduite et les démarrages parisiens ne laissent pas espérer de succès. Voilà qui devrait un peu refroidir les producteurs. Si il y a à n'en pas douter un véritable public en France pour ce genre de films, il semble ne pas être attiré par la French Touch. Revenons-en à Eden Log : budget réduit, premier film et Clovis Cornillac au casting. Ca donne quoi ?

La critique  

Un film aux ambitions floues mais doté d'un bel univers

Un homme (Clovis Cornillac) se réveille dans d'obscurs souterrains, couvert de boue. Il ne sait pas vraiment qui il est, ce qu'il fait là... Il avance dans le noir, entend des bruits de plus en plus bizarres, rencontre des images virtuelles. On y parle d'Eden log, un projet de société basé sur une mystérieuse plante qui pourrait faire des prouesses en matière d'énergie. L'homme continue d'avancer, croise d'étranges créatures et des gardes peu sympathiques. Il croise aussi une femme...Que fait-il là ? Qu'y a-t-il derrière Eden Log ?

Clovis Cornillac. Marion Maitrejean

Clovis ne sait pas où il est, nous non plus

Eden Log est un film de genre particulièrement noir. Franck Vestiel n'hésite pas à plonger le spectateur dans l'obscurité et tente d'instaurer une ambiance aussi inquiétante que claustro. Le pari est plus ou moins réussi. Si le film dispose d'une véritable ambiance, d'un univers visuel voulu hors du temps mais tout de même relativement moderne, le scénario manque terriblement de clarté et risque de plonger le spectateur dans un certain ennui. Si pendant les premières minutes on suit volontiers Clovis Cornillac dans cet étrange labyrinthe (ou bien caverne avec tout ce que cela sous entend en terme de philosophie) , son égarement finit par peser. Franck Vestiel instaure un suspense, nous pousse à nous interroger mais ne parvient pas toujours à nous tenir en haleine. Il y a un manque d'enjeux, d'action. Petit à petit la sombre histoire de la plante et son utilisation d'immigrés se dévoile mais une fois de plus cela manque de clarté. On se demande où le réalisateur veut en venir et même si il sait carrément vers quoi il va. Cela commence à faire trop de questions, le divertissement attendu devenant une prise de tête peu ludique.

En lisant le dossier de presse et les interviews du réalisateur, nous comprenons alors que son film avait une véritable ambition scénaristique et artistique. Malheureusement, son désir de montrer les différents processus de construction d'un film par le biais de ce labyrinthe obscur n'apparait pas du tout au spectateur. Franck Vestiel a peut être bien pensé son premier long mais il n'a pas sû le réaliser pour le rendre vraiment lisible. Il y a peut être quelque chose au milieu de ce bordel obscure où geint sans conviction un Clovis Cornillac sans étincelles.


Tu dois activer le JavaScript pour afficher cette vidéo. &
 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Luc24 78 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines