Magazine Culture

Un peu de modération, que diable!

Publié le 14 septembre 2010 par Quaesita

"Révolte Jeune". Journal étudiant. Tout un programme. Cette gazette trotskiste-léniniste dénonce les injustices que rencontrent les jeunes, la guerre en Afghanistan, la fermeture de certains services hospitaliers, la discrimination, les suppressions de postes de l'éducation nationale... Tout ça est bel et bon: liberté, égalité, fraternité. D'autant plus que la gazette est distribuée par des étudiants fort sympathiques dont le but premier n'est pas de vendre (ils ne sont pas capitalistes, eux!), mais de rallier du monde à leur cause par un brin de causette. Et si l'on en croit les citations de Lénine, d'Engels ou de Jaurès en en-tête, il s'agit d'informer dans la plus grande vérité: "Le courage, c'est de rechercher la vérité et de la dire" (Jaurès).

Mais c'est là que ça se corse. D'abord, parce que les articles sont truffés d'amalgames. A propos de la déchéance de la nationalité française des émigrés délinquants par exemple, les termes "racisme", "antisémitisme" et "fascisme" sont employé dans un sens aussi bien que dans l'autre; or le racisme est l'affirmation d'une race supérieure sur une autre, l'antisémitisme la discrimination à l'encontre des Juifs, et le fascisme désigne dans ce contexte l'idéologie d'extrême-droite. Allez, à la rigueur, ça reste une erreur de vocabulaire.

Le plus grave, c'est qu'on y parle de loi "vichyste" et que Sarkozy soit comparé à "Hitler-Pétain"! D'accord, supprimer la nationalité française est un geste abjecte, stupide et anticonstitutionnel. Mais amalgamer l'actuel président français à Hitler revient à vulgariser, à banaliser les atrocités de la Seconde Guerre mondiale. Soyons clairs: bien que cette évocation de loi sur la nationalité soit très dangereuse, nous ne vivons pas dans une dictature sanguinaire. Cet amalgame peut minimiser l'horreur indescriptible de la guerre de 1939-1945. D'autant plus que ce journal est lu par des jeunes qui, par manque de connaissance et/ou d'esprit critique, seront bernés: qu'ils diabolisent Sarkozy s'ils veulent, mais qu'ils ne croient pas qu'on a vécu sous Hitler comme on vit sous Sarko. C'est sûr, nous, on n'a pas eu de chance: ne vit pas sous Staline qui veut!

Ce canard joue donc à faire peur. On finit même par se demander s'il ne s'agirait pas d'une parodie de journal communiste. Soucieux de prévenir ses ouailles pour mieux les protéger, le bienheureux rédacteur de la partie "Révélations" peut lire l'avenir. Inquiété par les émeutes de la faim au Mozambique, il prédit que "ce qui se passe au Mozambique va se produire, un jour en France, vu le ras-le-bol du capitalisme destructeur de M. Sarkobush." La situation des deux pays n'ont pourtant rien de commun. Le Mozambique est un des pays les plus pauvres du monde où les habitant qui meurent de faim manifestaient contre la hausse du prix du pain; les émeutes se sont soldées par de nombreux morts et blessés graves. Le ton employé laisse entendre qu'il faut imiter ce qu'il s'est passé en Afrique, car les émeutes sont "prérévolutionnaires".Comparer la France au Mozambique relève du domaine de l'absurde. Mieux vaut donc en rire qu'en pleurer... 

Un peu plus loin, l'article sur le plan santé qui consiste à fermer des services hospitaliers et des blocs opératoires part plutôt bien avec des infos et des chiffres précis; il est clair qu'économiser sur le dos des hôpitaux est une aberration. Cependant, le rédacteur se pose une question étrange qui ne semble être qu'un moyen de parler de lutte des classes: de quoi a peur le président pour "faire preuve d'un tel empressement destructif"? Réponse: "Il redoute une explosion de la lutte des classes". C'est donc ça! La conception de ce plan a été guidée par la peur, pour nous opprimer et freiner nos velléités révolutionnaires! Dommage, parce que la dictature du prolétariat, le goulag, tout ça, c'était convivial! 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • "City of life and death" : un peu de vie, beaucoup de mort(s)

    "City life death" vie, beaucoup mort(s)

    « La vie est plus pénible que la mort ». Au fin fond de l’été, dans une poignée de salles parisiennes, on en arrive à comprendre cet aphorisme qui résonne avec... Lire la suite

    Par  Tred
    CINÉMA, CULTURE
  • C V L T S l’Interview

    l’Interview

    Serpent de mer d’une blogosphère bariolée, le duo C V L T S n’en reste pas moins des plus troubles, n’étant associé qu’à cette musique sans âge et ce monde... Lire la suite

    Par  Hartzine
    CULTURE, MUSIQUE
  • Résidences Ongola : Tsimi Evouna fait volte-face

    Résidences Ongola Tsimi Evouna fait volte-face

    Le délégué du gouvernement indique désormais que la relance du chantier se fera avec Timbal pourtant désavoué.Le conseil de communauté tenu les 24 et 25 juin... Lire la suite

    Par  237online
    AFRIQUE, CULTURE
  • C V L T S - Black Hole, Hi Five

    Black Hole, Five

    “Je pense qu’avec cet EP, c’est un peu comme s’endormir devant un poste de télévision resté allumé… et dans lequel tout suinte. A tel point que vous devez vous... Lire la suite

    Par  Hartzine
    CULTURE, MUSIQUE
  • Nine Dead

    Nine Dead

    genre: horreur, gore (interdit aux - 16 ans)année: 2010durée: 1h25l'histoire: Le calvaire de neuf personnes, deux femmes et sept hommes, kidnappés et retenus... Lire la suite

    Par  Olivier Walmacq
    CINÉMA, CULTURE
  • “Le Quattro Volte”

    Quattro Volte”

    Comme le suggère son titre, Le Quattro volte (Les quatre fois), le film de Michelangelo Frammartino se divise en quatre parties successives, formant un cycle... Lire la suite

    Par  Boustoune
    CINÉMA, CULTURE
  • Le Quattro Volte de M. Frammartino

    Symbolisme et surréalisme d'un vieux village de Calabre, perché dans les montagnes du Sud de l'Italie. Petit, médiéval. Minéral. Un vieux berger malade tousse.... Lire la suite

    Par  Kiwibleu By Patricia Ramahandry
    CULTURE

Dossier Paperblog

Magazine