Magazine Côté Femmes

Agissez pour les enfants tant qu'il en est encore temps !

Publié le 31 décembre 2007 par Willy

Agissez pour les enfants tant qu'il en est encore
temps !
Par http://www.unicef.fr/




© Unicef HQ07-0149 Indrias Getachew Enfant recevant du plumpy nut, en Ethiopie. Flora Mulder est chargée de la nutrition d'urgence au siège de l'Unicef à New York. L’Ethiopie compte 11 millions d’enfants de moins de 5 ans. Dans ce pays marqué depuis un siècle par des famines dévastatrices, près de 400 enfants meurent chaque jour de causes liées à la malnutrition. Une urgence quotidienne dans un pays ou un enfant sur 2 accuse un retard de croissance, que l’UNICEF et ses partenaires combattent grâce à de nouveaux aliments-médicaments et à un réseau de soignants chargés de détecter les enfants à risque… Récit d’une visite avec l’ambassadeur d’Unicef France en Ethiopie, de la lointaine région d’Addis Abeba à la zone de Dire Dawa.

De quoi meurent les enfants en Ethiopie ?

Chaque jour, 600 à 700 enfants meurent de malnutrition et de maladies évitables. 57% de malnutrition en cause directe ou indirecte : paludisme 20%, pneumonie 28%, diarrhées 20%, néonatal 25%.

Les stratégies mobiles, une combinaison de services et de produits indispensables à la survie de l’enfant

Les "stratégies mobiles améliorées pour la survie de l’enfant" sont une combinaison de services et de produits indispensables à la survie de l’enfant et à la surveillance de la malnutrition aiguë : vitamine A, vaccination, distribution de moustiquaires, surveillance nutritionnelle et référence hospitalière des cas aigus. Lors de ces campagnes, toutes les mères sont invitées à venir avec leurs enfants de moins de 5 ans.

Ethiopie… Le nom du pays est lié à l’histoire des grandes famines : celle de 1973 qui entraîna la chute du Négus, et surtout celle de1984-1985 qui a consacré le "charity business". On se souvient moins qu’alors ce sont moins la faim et la maladie qui tuèrent que les déplacements forcés de populations du Nord dans des régions du Sud….

Sur fond d’extrême pauvreté

Hormis ces épisodes particulièrement meurtriers, à chaque à-coup, la crise menace : une population à 85% rurale exploite des parcelles de plus en plus petites. Les sécheresses, les inondations ou les conflits ont donc un impact immédiat sur la survie de ces foyers.
Nous avions tous en tête l’extrême détresse associée à ce pays : 15 millions de personnes sont vulnérables à l’insécurité alimentaire et 40% de la population vit dans la pauvreté absolue. Sur fond de pauvreté, la malnutrition est un mal qui lamine la santé du pays. Chaque jour, 600 à 700 enfants meurent de malnutrition et de maladies évitables.

Sur les 374 000 décès d’enfants de moins de cinq ans par an, la malnutrition compte pour 57%. Plus de 280 000 enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition sévère (lire encadré) ; 30% à 50% de ces petits malades meurent faute de soins. Plus de 400 000 femmes enceintes ou allaitantes ont un bébé de petit poids et sujet à la malnutrition. Un enfant de moins de 5 ans sur 2 souffre de malnutrition chronique, qui peut causer des dommages irréversibles à la croissance et au développement de l’enfant. Chronique ou aiguë, la malnutrition est donc responsable de la majorité des décès d’enfants.

Les enfants éthiopiens, dans leur majorité, mangent trop peu, et mal : 61% des enfants souffrent d’un déficit en vitamine A. 150 000 à 200 000 enfants meurent chaque année de ce manque. Le déficit en iode touche 68% des enfants, avec des conséquences catastrophiques (retards mentaux et décès). La terre rouge manque de sélénium, un minéral indispensable aux enfants. Bien sûr, la malnutrition est aussi une cause majeure de perte de productivité : 7 milliards de US$ par an, selon la Banque mondiale.


PPDA Mission Ethiopie
envoyé par unicef

Lutter contre la malnutrition : ce que l’on a appris

Mais nous avons constaté en sillonnant le pays, de la lointaine région d’Addis à l’Est désertique, que la lutte contre la malnutrition tire aujourd’hui les fruits de 40 ans d’expériences de terrain. Des expériences qui ont permis de développer de nouveaux produits de re-nutrition adaptés aux enfants et de nouvelles compréhensions des problèmes.

Les ressources agricoles étant précaires, on a d’abord voulu lutter contre l’insécurité alimentaire. L’Ethiopie est devenu un pays pilote dans la mise en place des systèmes d’alerte précoce, qui contrôlent la production et la disponibilité alimentaires. Mais cette seule approche s’est révélée impuissante à répondre aux urgences nutritionnelles : de telles crises se sont en effet produites dans des régions et au cours d’années où la situation alimentaire était plutôt bonne. Il ne suffit pas que les vivres soient, là, il faut que les foyers puissent se les payer. Or, une partie importante de la population n’avait pas les moyens d’acheter des denrées alimentaires de base…

C’est cette partie de la population, piégée dans une urgence silencieuse, exposée aux caprices du temps, qu’il faut atteindre pour améliorer la survie des enfants. Comment ? Par l’offre de soins et la surveillance. Il a fallu s’attaquer aux manques cruels de moyens pour la santé des enfants du pays. Très fréquemment, il faut marcher 8 heures pour atteindre un dispensaire. Seuls 18% des enfants souffrant de fièvre reçoivent un traitement ; une moyenne qui masque des écarts majeurs (le taux d’accès tombe à 4,4% en zone pastorale). Seuls 6% des enfants naissent des mains d’un personnel qualifié. Le pays manque de médecins originaires des régions les plus enclavées et fragiles sur le plan nutritionnel. Malgré la récurrence des crises nutritionnelles, en 2003, la capacité des structures nationales pour prendre en charge les enfants malnutris était quasiment nulle.

Renforcer tous les maillons de la chaîne

Il fallait donc sortir de ce cercle vicieux entre la malnutrition qui expose les enfants à des maladies et les maladies qui aggravent leur état nutritionnel. Avec ses partenaires (ministère de la Santé, programme alimentaire mondial notamment), l’UNICEF s’est attaqué à la fois à la malnutrition chronique et à la malnutrition aiguë.

C’est toute la chaîne de soins qu’il fallait renforcer, et souvent créer des maillons : des villages aux hôpitaux, en passant par les centres de santé, chacun doit surveiller et soigner la malnutrition, mais aussi les maladies qui la favorisent. Dans un centre de santé à plus de 120 km de la capitale, en pleine zone rurale, nous visitons un dispensaire impeccable, à la pharmacie fournie. Ici, les enfants et les mères reçoivent des soins de base, essentiels en Ethiopie.

Jusqu’aux villages

Deux femmes, agents de santé communautaires, nous racontent les visites qu’elles effectuent à domicile, dans les villages, pour détecter les enfants à risque et apprendre aux mères à veiller sur la santé de leurs enfants. 165 employés de centres de santé, hôpitaux et centres universitaires ont été formés aux nouvelles pratiques nutritionnelles et approvisionnés en matériel et aliments thérapeutiques. 24 000 volontaires issus des communautés seront formés en 2008 pour couvrir 480 000 enfants de moins de 2 ans et 240 000 femmes enceintes et allaitantes, avec une augmentation graduelle sur trois ans pour atteindre 1 million d’enfants. La capacité de prise en charge de la malnutrition, qui était quasiment nulle en 2003 est de 200 000 enfants par mois aujourd’hui.

Autre maillon essentiel du dispositif : les campagnes pour la survie de l’enfant, comme celle à laquelle nous assistons, loin de la capitale, dans l’Est du pays, dans le Wahil Kebele, sous district de la zone de Dire Dawa. Une foule colorée, bruyante et joyeuse, est réunie sous l’ombre des eucalyptus. Les enfants de moins de cinq ans sont là avec leur mère.

Le personnel surveille les vaccinations et rappels (notamment la rougeole pour les petits et le tétanos pour les mères), on leur donne de la vitamine A et un vermifuge (pour nettoyer leur système intestinal des vers). Leur tour de bras est mesuré (à l’aide d’un périmètre brachial) et s’il est inférieur à 11 cm, ils sont référés à un hôpital ou à une unité thérapeutique nutritionnelle. En deux ans, 11 millions d’enfants ont été vus et suivis grâce à ces campagnes. 11 millions d’enfants ont reçu de la vitamine A, soit 150 000 à 200 000 décès évités par an.

Centres nutritionnels : 171 000 vies sauvées par an

Nous poussons ensuite notre route jusqu’à l’unité nutritionnelle du district où sont référés les enfants les plus malades. En période normale, ces centres accueillent chacun une vingtaine d’enfants. Dès que la période de soudure arrive, où les récoltes précédentes sont consommées et les nouvelles pas encore mûres, les admissions grimpent à plus de 60.

On estime à 171 000 le nombre des décès évités chez les enfants de moins de 5 ans grâce au dépistage nutritionnel et au système de référence. L’hôpital que nous avions visité près d’Addis Abeba était un ensemble de pavillons de plain pied dans un jardin agréable, un hôpital tenu par des Sœurs italiennes dont l’unité nutritionnelle est approvisionnée et soutenue par l’UNICEF. Dans cette zone sèche et rocailleuse, c’est une structure sous tente qui abrite les enfants malnutris. Mais les soins dispensés sont les mêmes.
Grâce aux nouveaux aliments-médicaments (baptisés les Ready to Use Therapeutic Food, RUTF), et la recette du plumpy nut inventée en 1999 par le Français André Briend, les enfants ne restent que quelques jours à l’hôpital : très vite, quand ils ont retrouvé leur poids et que leur maladie est soignée, ils peuvent rentrer chez eux avec deux rations de plumpy nut par jour pour leur repas. A base d’arachide, le Plumpy nut contient aussi du lait en poudre, de l’huile, du sucre, des vitamines et sels minéraux justement dosés.

Réduire le séjour à l’hôpital, loin de la maison, évite à la mère de choisir entre son enfant malade et ses enfants encore bien portants, et lui permet de le soigner elle-même en le nourrissant. Résultat : une réduction spectaculaire des rechutes et abandons chez les enfants très malnutris. C'est « une formule magique », comme le dit l’heureux directeur de l’usine nouvellement inaugurée dans la capitale éthiopienne, Addis Abeba, sous l’impulsion de l’UNICEF. Dans ce pays producteur d’arachides, et avec l‘aide d’un donateur privé (pour 1,3 million de US$), l’UNICEF a en effet soutenu la construction d’Hilina, une usine locale de fabrication de plumpy nut sous franchise de la maison mère normande, Nutriset. Avec aujourd’hui 12 tonnes par an, Hilina est la 1ère usine africaine en capacité et la 4ème usine ouverte. Elle offre des emplois locaux, des débouchés pour les productions locales, et un savoir-faire précieux en fabriquant un produit qui sauve des enfants de la mort…
S’il reste à étendre l’utilisation des RUTF à plus d’enfants de moins de 5 ans pour prévenir les dégradations nutritionnelles en période de crise ou de soudure, s’il faut renforcer le maillage du territoire, s’il faut poursuivre tous les efforts en faveur de la survie de l’enfant, cette politique volontaire contre la malnutrition délivre finalement un message d’espoir avec des centaines de milliers d’enfants sauvés.

Anne Fouchard
A lire également
Les recettes nutritionelles de Flora Mulder, chargée de la nutrition d'urgence à l'Unicef.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Willy 401 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte