Magazine Cinéma

Lofofora ( 1996 ) "Amne's History"

Par Charlyh

Avant de vous livrer une bio perso' du groupe Lofofora ( qui est mon groupe français préféré - et de loin  ) et mû par mon récent article [Preview] sur le "AUSCHWITZ" d'Uwe Boll, je vous livre ce soir le clip de Lofo' de leur magnifique titre sur le travail de mémoire :

"Amne's History" de Lofofora

Et vu que j'aurai l'occasion de revenir dessus, je ne ferai que poster les paroles ce soir - que vous appréciez et comprenniez encore un peu plus le talent d'auteur de Reuno.

Comment pourrais-je oublier alors encore enfant/à l'école "Nuit et Brouillard" sur l'écran ?

Dans le noir nos yeux hagards ne comprenaient pas comment nos grands parents avaient laisser faire ça.

Un tyran, un fou, héros d'une nation/oeuvrant ouvertement pour l'extermination d'une population/désignée responsable d'office/accusée, coupable, offerte en sacrifice/à tout un pays affamé de pain et de gloire/Ils semblaient fiers de l'infamie, certains de la victoire
usant de la folie, poussant à l'agonie les victimes choisies.
Peu d'espoir de survie dans les camps de la mort, pire que du bétail/je n'crois pas qu'il s'agisse là d'un simple point de détail/ furent bâtis les plus grands abattoirs de l'histoire. Dans d'étranges laboratoires d'obscurs docteurs/mettaient un point d'honneur à cultiver l'horreur/sourds au cris de douleur d'un peuple qui meurt

Pour la sauvegarde de la race blanche.

Et le cauchemar recommence.

Les somnambules reculent

Alerte à la démence

Comme un hasard de l'histoire, le cauchemar recommence.

Comment pourrais-je oublier quand, 50 ans plus tard/ressortais des placards le même vieux scénar'.

On avait juste changé le nom des protagonistes/pour faire le vide, on ne dit plus génocide

mais purification ethnique, et on nous explique que l'on a rien à craindre et pas de temps à perdre/chacun sa merde !

A trop s'en foutre nous sommes devenus des lâches/complices inactifs d'une nouvelle tâche.

Dans les livres d'histoire quelques pages qu'on arrache/mais quelque part, dans notre mémoire se cachent les images d'un carnage qui reviennent en flash.

Aujourd'hui un foyer d'immigrés incendié en Allemagne/partout en Europe, en Italie comme en Espagne/ici, en France/c'est une évidence le cauchemar recommence

Qui sera demain la cible des racistes irascibles ?

Qui seront les coupables ?

Qui seront les victimes ?

Du même crime perpétué contre l'humanité/qui devra prouver qu'il a le droit d'exister ?

Qui pourra alors s'en foutre, devenir un lâche complice inactif d'une nouvelle tâche ?

Qu'allons nous dire aux enfants quand ils ne comprendrons pas, comment nous aussi avons laissé faire ça, pour la sauvegarde de la race blanche ?

Que le cauchemar recommence !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Charlyh 59 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines