Magazine Culture

Pokett : Three Free Trees, ou le folk façon Elliott Smith

Publié le 27 septembre 2010 par Swann

Pokett : Three Free Trees, ou le folk façon Elliott SmithPas tout à fait du folk.  Pas tout à fait du rock. Pokett se situe à la lisière des deux styles musicaux, emprunte tantôt les chemins électriques et les grandes routes de l’acoustique. Rock acoustique? Folk rock? A la fois complexe et pourtant si simple, subtile et torturé, une chose est certaine, l’album de Pokett est tout simplement irrésistible. A la première écoute de Three Free Trees, j’ai immédiatement pensé à Belle & Sebastian. Le lien? Aux premiers abords aucun, puis en creusant on se dit que la même influence est à la base des deux groupes : Elliott Smith. L’âme du maître plane en effet au dessus de ce nouvel opus. Les quatre compères de Pokett marche en effet sur ses pas, en fournissant la 9 pièces totalement intemporelles, et d’une qualité d’orfèvre. On souligne la plume, le songwriting parfait  et la voix aérienne de Stéphane Garry, les mélodies douces et planantes.

Certes, Pokett ne révolutionne pas la musique folk, mais au contraire il l’enrichit. Three Free Trees s’ouvre sur un titre dynamique, comme pour prévenir l’auditeur d’un « attention on envoie lourd« . Et en effet, l’album envoie lourd. Une rythmique énergique, des breaks ici et là, solo de guitares électriques, « The Way Down » rompt carrément avec le reste de l’album. On ne retrouve ce côté électrique que dans le septième morceau « Livin’ Here » et surtout l’épique « Three More Chords » qui conclut l’album. Le reste de l’album se veut plus calme et mélancolique. Stéphane Garry s’amuse à rendre hommage à Elliott Smith ou encore Jim O’Rourke, on sent l’influence des deux hommes notamment sur « Someone You Know« , « Make it Last » ou encore « Take Me Home » et ses arpèges franchement « elliottsmithien« . Pokett fait naitre un tourbillon de sentiments lorsqu’on écoute ce parfum album. « Life a Knife » frictionne l’échine. On pense immédiatement à Sparkehouse, sa rythmique langoureuse, et sa montée en puissance est saisissante.

Certains regrettent l’absence de sons électro qui avaient coutume de ponctuer les compositions de Pokett. D’autres  regrettent le manque d’audace dans ce troisième album.Toutefois,  pourquoi chercher le compliqué lorsqu’on peut atteindre la perfection avec des formules plus classiques? Avec Three Free Trees, Stéphane Garry offre un album sensible et intimiste. Le grand ciel étoilé de la planète folk peut compter parmi elle, un nouvel album intemporel : retenez bien. Cet opus est unique. Parfait. Irrésistible. Et surtout à découvrir sur la scène du Café de la Danse le 6 octobre prochain, en compagnie de Villeneuve et Thos Henley.

 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Swann 78144 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte