Magazine Asie

Catholicisme en Chine: la vallée oubliée

Publié le 28 septembre 2010 par Aurélien

Catholicisme en Chine: la vallée oubliée

A première vue, on ne peut dire ce que c'est. Impression d'étrangeté, d'alliage impensable, comme la "machine à écrire sur la table à repasser".
De profil, derrière un champ de maïs, on reconnaît les formes rectangulaires, la porte face à l'Ouest, une sorte de clocher. Mais les couleur, incongrues, sont celles d'un temple bouddhiste - vert, jaune, rouge, bleu francs.
De face, les habituels toits chinois rebiquent vers le haut; la façade est bariolée de motifs géométriques et naturalistes (plantes, cerfs...). Mais d'où vient cette symétrie entre aile droite et gauche, l'absence de piliers et de passage couvert devant l'entrée, et surtout la croix qui couronne le clocher?
Catholicisme en Chine: la vallée oubliée A l'intérieur, nous sommes en terres plus familières: la nef est divisée en deux moitiés, où s'alignent des rangées de bancs qui font face à l'autel. Deux rangées de piliers ménagent des allées latérales; le plafond s'élève au-dessus de l'autel. Derrière celui-ci, une Vierge à l'Enfant, un crucifix...
Mais à y regarder de plus près, les détails étonnent: la peinture des plafonds, carrelés de motifs végétaux ou animaliers; des portraits du Christ peints comme des icônes.
Catholicisme en Chine: la vallée oubliée Au pied de l'autel, une photographie de Benoît XIV est placée comme des religieux bouddhistes placent la photographie de leurs chefs spirituels.
Catholicisme en Chine: la vallée oubliée Nous sommes à 40 heures de Pékin, non loin de la vallée du fleuve Nu (Nujiang), alias Salween. La Birmanie est à 100 km de là; nous sommes à quelque 2000 mètres d'altitude, au-dessus du hameau de Dimaluo.
Afficher Eglise de Baihanluo (près de Dimaluo) sur une carte plus grande
L'église de Baihanluo (白汉落) face à laquelle nous nous tenons date des années 1900, lorsque la vallée fut convertie au catholicisme. Depuis, aucune manœuvre politique, aucune conquête, aucune mission, aucune route commerciale, rien n'est venu remplacer le catholicisme, au contraire d'autres régions de Chine.
Comment le catholicisme a-t-il atteint cette vallée perdue et s'y est-il implanté avec succès, tandis que, dans le reste de la Chine, les nombreuses tentatives des missionnaires chrétiens se soldaient  finalement par des échecs?
Le catholicisme est entré par la petite porte, vers la fin du XIXè siècle.Tandis que le Tibet était l'objet d'une lutte d'influence entre la Chine par l'Est, l'Angleterre par les Indes et la Russie des Tsars par le Nord-Ouest, la France avait pour objectif premier de stabiliser la frontière de l'Indochine avec la Chine. Sa stratégie d'influence s'appuyait donc d'une part sur un soutien au gouvernement chinois et, d'autre part, sur un prosélytisme très actif de la Mission étrangère de Paris.
C'est ainsi que le Yunnan eut ses premiers évêques et que la vallée du Nujiang devint catholique.
Les Chrétiens qui y habitent aiment leur religion pour "la paix de l'âme qu'elle offre et son rapport aux autres et à la nature". Publié par Aurélien Catholicisme en Chine: la vallée oubliée Catholicisme en Chine: la vallée oubliée Libellés : Eglise de Baihanluo, Randonnée, Vallée du Nujiang, Yunnan

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Aurélien 184 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte