Magazine Conso

(BD) Black Hole

Par Nicolas S.
Vous pensez peut-être, parce que vous avez chopé une bonne gastro, un rhume carabiné, une otite ou que sais-je, vous pensez sans doute, dis-je, que ces satanés virus qui traînent à l'époque de Noël et des fêtes de fin d'année nous pourrissent la vie ?
Eh bien réjouissez-vous au moins de ne pas avoir chopé "la crève", de ne pas voir une queue de lézard apparaître au bas de votre colonne vertébrale, une plaie gigantesque dans votre dos, une seconde bouche à la base de votre cou, une énorme entaille sous le pied. Estimez-vous heureux de n'être pas défigurés, forcés de fuir la société humaine pour vous tapir au fond des bois obscurs, vous nourrissant des déchets de la ville, ne vous lavant plus, portant pour toujours le même survêtement...
... Quoi ? Ça commence à ressembler à vos vacances ?
C'est un petit résumé de Black Hole, BD culte de Charles BURNS. L'auteur est respectable et respecté aux U.S.A. depuis belle lurette, ayant travaillé auprès de Art Spiegelman, ayant collaboré au "Time", au "New Yorker" entre autres. Il a aussi conçu des pochettes d'albums pour Iggy Pop. Joli C.V. !
Le volume est épais et dès la première page, le mot "malsain" prend tout son sens. Les pages sont en noir et blanc, et le graphisme est aussi beau que dans les pages les plus cauchemardesques de Craig Thompson. Au départ, c'est une revue en six tomes, comme en atteste ce lien commercial. Les 300 pages de l'intégrale se lisent plutôt lentement, tant le dessin est riche, les expressions des personnages terriblement troubles, et puis le texte n'est pas en reste.
Au final, Black Hole c'est un roman fantastique, dont le scénario pourrait donner lieu à un film absolument scotchant. C'est aussi une parabole sur l'adolescence américaine dans les années 70, période pendant laquelle beaucoup de jeunes sont entrés en conflit avec la culture hippie et son idéal propre et joli. D'où l'hommage à Bowie, d'où les drogues qui deviennent plus dures, les armes à feu qui prolifèrent.
Un roman graphique qui met franchement mal à l'aise. Fortement conseillé si vous cherchez quelques images fortes pour vous faire vomir joyeusement avant les réjouissances de ce soir...
300 pages, éd. Delcourt - 29 €

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nicolas S. 21 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines