Magazine Voyages

Comment être une bonne touriste berlinoise en 10 jours?

Publié le 29 septembre 2010 par Marielyner

Je ne tiens pas ici à lancer un débat philosophique sur la différence entre " touriste” et “voyageur”: j’ai déjà suscité la controverse sur couchsurfing, je ne vais pas recommencer ! Je suis pas une bonne touriste anyway. C’est clair qu’avoir une amie qui vient te rendre visite, ça aide à ressortir le mode “exploration” ! Mais encore là, c’est weird le sentiment que ça fait parce que j’ai vraiment eu l’impression qu’elle venait me voir chez-moi, dans ma ville, dans ma maison. 10 jours bien remplis!

Jour 1

13h45: Arrivée de Mir à Tegel. Tout plein d’émotions. Parle parle, jase jase. Aéroport bien située. Mais qui va disparaître.

16h: Acheter du vin à 2€  pour accompagner la sauce à spaghetti maison envoyée par ma soeur. Faire une lasagne avec ben du cheese. Se raconter nos vies deux trois fois en buvant de la Grasovka. Essayer de combattre le décalage horaire pour aller boire un verre après. Je peux pas vous dire où. On apprend qu’à Berlin, faut se fermer la gueule quand on veut pas qu’un autobus de touristes avec leur kodak débarque dans nos petites soirées relaxes.

22h: Boire du Jägermeister dans le bar secret. Marcher dans les rues la nuit. Chanter des tounes quétaines. Pis pas s’en faire parce que personne nous comprend. Rire. Presque pleurer.

Jour 2

Essayer de se lever avant midi. Pas facile. Boire du café. Descendre les 86 escaliers de mon appartement typiquement berlinois. Aller jouer dewors. Comme j’habite Friedrichshain, c’est parfait. Et y fait beau aujourd’hui. Presque 25°c. Du soleil plein la face.

13h: Marcher. Aller voir le Badeschiff (désolée, le lien est en allemand, j’ai pas juste ça à faire de ma vie, moi, trouver des liens!). Se promener dans  les petits coins sombres. Explorer.

 

IMG_0069

Aller à l’Arena.

 

IMG_0070
  

IMG_0071

Puis découvrir un parc où on peut faire son workout. Essayer tous les appareils: vélos stationnaires, trampolines, machines à abdos… Reprendre la route dans Kreuzberg. Se perdre dans les rues. Trouver ça fun.

15h30 : Avoir faim. Manger un döner kebab dans une place où on est sûres et certaines que ya pas un chat qui parle anglais. Mmm… S’essuyer la bouche et reprendre le pas, ben relaxe. Direction touristique: Checkpoint Charlie. 

IMG_8047

17h: Se dire qu’ils sont vraiment stupides de payer des comédiens pour que les touristes se fassent prendre en photos dans un “décor” de pseudo guerre. Avoir peur de l’autobus de touristes. Se sentir agressées quand les touristes nous demandent de les prendre en photo avec le trottoir (??? Je sais, les touristes sont mongoles!)  Essayer de comprendre TOUTE l’histoire de la construction du mur de Berlin jusqu’à sa chute en lisant tout. Ne pas être assez intelligentes finalement.

18h30: Décider d’en apprendre plus en allant visiter le musée de Checkpoint Charlie qui fini juste jamais. Trouver ça un peu étrange comme place. Après 2h de lecture, on commence à être un peu tannées. Reprendre la route. Quitter le secteur américain. POUAH!!!

IMG_8048

21h: Trouver un bon resto allemand. Rien comprendre au menu et commander au hasard. Déguster. Se prendre une petite bière pour la route.  Oh yes!

23h45: Aller dans un bar spécialisé en absinthe.

IMG_0347

Minuit:  Freaker parce qu’on a oublier ses papiers importants pour le lendemain pis se dire qu’on est dans la marde.

0h05: Rencontrer des gens gentils qui savent où on peut réimprimer nos papiers à cette heure tardive. Trouver une fois de plus que Berlin est la ville parfaite.  Trop fumer dans le bar parce qu’on a le droit. Prendre une dernière Becks pour la route. Pis aller se coucher.

Jour 3

7h: Se lever tôt.  Laisser mon amie faire la touriste sans moi parce que j’ai rendez-vous pour mon VISA. Donc, pour les touristes qui veulent pas trop avoir l’air touristes, qui sont visuels et qui ont besoin de photos dans un guide, je conseille de  prendre le Lonely Planet encounter. Tout est là. Petit, discret et les lieux suggérés sont pas extrêmement bondés. De très bon conseils. Et c’est parfait.

14h: Obtenir mon VISA pour rester à Berlin 1 an. Joie.

21h: Fêter le tout le soir entre amis.

Jour 4

Marcher. Encore et encore. Je le dirai jamais assez : c’est comme ça qu’on découvre les vraies affaires. Aller au HAU 2 acheter des billets pour le festival Ciudades Paralelas pour découvrir des lieux insolites.

18h: vivre The Shopping Mail Experience. Avec des audio-guides en allemands. Freaker parce qu’on est dans un centre d’achats pis faut qu’on soit des spectateurs actifs, mais on comprend vraiment rien de ce qui se passe. Rire comme ça se peut pas parce qu’on se trouve un peu trop “wannabe non-tourist”. Pis surtout, on a l’ai un peu épaisses… Mais juste pour rire de même, ça valait le coup!

20h : Aller au Gericht assister à une chorale weird. Encore une fois rien comprendre.

21h : Poursuivre l’aventure dans Kreuzberg en assistant à une genre de performance de pseudo-voyeurisme devant des apparts. Trouver le concept bon, mais avoir vraiment frette pis être tannées de rien comprendre. Rire comme des folles de notre journée et se dire qu’on mérite de manger dans un resto français. Juste pas en revenir que ça nous coûte 9€ pour notre succulent repas. Merci Lonely Planet!

Minuit: Se rendre chez-nous. Monter les 86 escaliers. Aller se coucher.

Jour 5

Découvrir un nouveau quartier : Prenzlauer Berg. Se rendre compte que le cimetière qu’on veut voir est fermé (?). Marcher en suivant notre instinct. Aboutir dans un marché extérieur local. Fouiner. Nice.

IMG_0179

13h30: Manger le meilleur falafel du monde.

IMG_0181

  

IMG_0206

15h:  Arpenter les rues. Juste pas en revenir comment c’est beau devant le mélange trash et hypermoderne de l’architecture.

IMG_0182
  

  

IMG_0192

17h: Observer. Errer dans les rues. Aller dans les endroits reculés. Chaque fois qu’on pense qu’il n’y a rien, aller dans cette direction. C’est ça Berlin.

20h : Aller voir le show de Timber Timbre parce que le copain d’une de mes amies joue dans ce band ce soir à Berlin. Quel hasard! Faire une découverte musicale incroyable. Se laisser porter par la musique.  Pendant des heures. Vous suggérer fortement d’acheter les disques de Timber Timbre. S’imprégner de l’ambiance berlinoise. Commander ses consommations en allemand pis être contentes. Juste pas en revenir. Prendre une petite bière à 1€ pour la route. Boire dans le U-bahn, c’est fun! Surtout un samedi soir!

23h: Se rendre au Cassiopeia parce qu’on s’est fait suggérer ça. Trouver ça vraiment platte et vouloir s’en aller. Mais être quand même heureuses d’avoir vu ce lieu particulier. Prendre un taxi pis pas être capable de dire le trajet à 4€ en allemand. J’essayais comme une débile de dire de toutes les manières possibles avec tous les accents qui se peuvent pu “short ride”. Rien à faire. Les chauffeurs de taxi parlent anglais… Ouain, dans tes rêves! Finalement, avec mon sens incommensurable de la débrouillardise et surtout parce que j’ai pas laissé mon orgueil au Québec, je me mets à compter en allemand jusqu’à 4 en faisant un signe de piasse avec mes doigts et avec mon plus beau sourire. Le langage des signes est international. Finalement ça se dit Kurzstreckentarif, pour ceux que ça intéresse.

1h30 : Suivre les recommandations de ses colocs et aller dans LE party d’ouverture de l’automne. Encore une fois, pour respecter les berlinois, je ne peux révéler ce lieu magique, un peu underground… Faire la queue pendant une heure et demie.  Rencontrer des gens vraiment sympathiques. Avoir peur de pas rentrer parce que ce genre de lieu est “random select” des fois et que la gang de gars juste devant nous se font refuser l’entrée. Finalement pénétrer cet antre incroyable. Danser. Danser. Danser. Trouver que c’est la meilleure musique du monde.  Se croire dans un film. Se laisser porter. Se croire dans un rêve. Comprendre le sens du mot symbiose. Danser. Danser. Danser. Avoir mal aux pieds. Enlever nos bottes. Danser. Danser. Danser. Chercher un meilleur mot pour décrire notre état d’esprit. Plénitude. Encore et encore. Jusqu’à 7h du matin.  

Jour 6

11h: Ish. Pas facile. Mais le dimanche berlinois c’est le brunch. Alors on va bruncher. Puis on va dans un marché extérieur. Avec un léger mal de coeur. Mais être heureuses pareil.

16h: Comme je veux tellement faire des activités “non touristiques”, on va au Graffitimuseum dans le cadre -encore une fois- de Ciudades Paralelas. Hum, hum… Encore en allemand. Et contrairement à ce que le titre de l’activité laisse présager, ce n’est pas vraiment un musée extérieur. C’est même pas des graffitis le fun, mais des affaires ben laittes. Pis les guides nous disent que c’est nous qui choisissons les lieux à explorer. Ben oui. J’ai tu l’air de quelqu’un qui sait où sont les graffitis, man? Et comme il semble que le mot d’ordre de ce festival soit “participation” , tout le monde fait un genre de pseudo analyse de graffitis : la couleur, la forme des lettres, la signification, le “peut-être que ça veut dire ça”, “moi je pense que c’est écrit ça”… Bref, c’est une fois de plus très interactif et comment dire…? On veut s’en aller. Contrairement à cette dame très motivée.

IMG_0237

Faire semblant qu’on est intéressées. On se dit que ça se peut pas, qu’on va sûrement voir des “vrais” graffitis. Je sais pas moi, des affaires qui valent la peine que tu payes pour voir. Des trucs avec une histoire derrière. Des artistes importants de la scène underground berlinoise. Des textures, des couleurs, des dessins géants. QUELQUE CHOSE!

Euh… Non.

IMG_0238

Essayer encore et encore de comprendre ce qu’on fait là. Un peu hangover. Et trouver ça ben drôle de voir un graffiti “Montréal Hood”. Alors évidemment, nous sommes les analystes expertes en la matière… Mir : “C’est forcément un francophone qui a écrit ça parce qu’il y a un accent sur le “e”. L’expression bien connue “Montréal Hood”. Et bien sûr le “trife life”, expression couramment utilisé dans le monde urbain qui est comme un mélange entre “true” et “life” Ouain. ” Pfff ! N’importe quoi!

Si jamais quelqu’un veut m’expliquer le sens des graffitis, je recevrai le tout avec plaisir, mais franchement ces guides-là, c’était n’importe quoi, calvaire!

16h45: Anyway. Faire la touriste signifie aussi être libre. Donc on part. Discrètement. Ya tant de choses à voir…

IMG_0240

16h55: Et comme le hasard fait bien les choses, on aboutit dans un lieu étrange, appartements de type HLM, mais avec des murs peints… Haha! Enfin!

Comment être une bonne touriste berlinoise en 10 jours?

17h45: Bon. Prendre l’Oberbaumbrüke, je le fais quasiment chaque jour, donc ce n’est pas vraiment une activité en soi. Mais c’est ben ben beau. Pis tant qu’à faire les touristes… Allons chiller sur le bord de la Spree!

IMG_0266

Mir est tellement plus photogénique que moi!

Comment être une bonne touriste berlinoise en 10 jours?

J’aime vraiment ce graffiti. Je sais pas, ça me parle.

19h: Remonter les 86 marches de mon appart. Mir commence à trouver ça moins pire. Petite soirée relaxe. On est ben fatiguées. On essaie de se coucher tôt. On écoute de la musique. On se raconte des histoires. On se chuchote des mots doux à l’oreille. Et on rêve.

Jour 7

10h: Pour explorer Berlin, il faut aussi sortir de la ville. Sur les recommandations d’un ami berlinois, c’est direction Potsdam aujourd’hui ! Une heure de S-bahn plus tard et nous voilà prêtes à explorer les plus beaux châteaux! Wouah! C’est fou comme le transport en commun est bien développé! Je sens que je ne vais jamais en revenir! Pour 2,80€ on est vraiment loin! 

Midi: Retirer de l’argent. Faire du change. Prendre l’autobus. Partir à la découverte des châteaux.

IMG_8054 new

New Palace. 

Comment être une bonne touriste berlinoise en 10 jours?

Les communes de l’Universität Potsdam. Tsé, rien à envier à McGill…

new

Sanssouci Palace. Longue discussion sur la différence entre “Palais” et “château”… Quelqu’un???

IMG_8080 new

 

IMG_8092 new
 

Quelques statues funny dans le parc Sanssouci…

 

Comment être une bonne touriste berlinoise en 10 jours?
  

Pour mon amie Sonia: même Jésus yé sex…

Comment être une bonne touriste berlinoise en 10 jours?

Se recueillir un instant et chasser toutes les pensées négatives de son esprit…  

Le parc Sanssouci est énorme. On peut vraiment y passer des heures et des heures. Que de plaisir!

IMG_0340

16h30: Après avoir encore marché dans les rues de Potsdam, un petit repos dans un parc tout près de la station de S-bahn. Croire   qu’on est dans un pays exotique à cause des pseudos palmiers. Rire des ouvriers parce qu’ils ont l’air d’avoir un costume de Mario Bros. Trouver un gentil monsieur pour m’aider à acheter une SIM card dans un magasin allemand. Obtenir mon numéro allemand. Wow! Chu comme une vraie de vraie là. Je me sens spéciale.  

18h: Retour dans la plus merveilleuse ville du monde. Prendre une petite bouchée sur le coin d’une rue.

20h30: Aller voir Der Menschenfeind d’Ivo van Hove. Ben oui. Je sais. J’arrête pu d’aller à la Schaubühne. Mais c’est 8€. Et c’est excellent. (© sur le site de la Schaubühne)

ec_60c92062a563b1f58e2537046e478211

Un spectacle magnifique. Même si on comprend pas grand chose. On sait les grandes lignes du Misanthrope de Molière. La mise en scène se peut pas. Très épurée au départ, puis ça devient un beau bordel. Comme je les aime. L’utilisation des écrans en direct est pour une fois vraiment réussie. On a droit à des beaux close-up, des travelling qui ont du bon sens et des fondu enchaînés pas cheesy pour 5 cennes. Des images fortes. Les écrans ne sont pas une béquille, mais servent le propos. Ivo sait ce qu’il fait. Et les acteurs sont tight, tight, tight: pour pouvoir réussir une telle mise en scène, faut que tu sois un pro et que tu saches où regarder, quand regarder et où te placer pour que la caméra vienne te chercher. Mais c’est des allemands, faque… On a droit à une belle scène de chicane dehors aussi. Des vidanges. Des cris. De la bouffe partout. C’est cru. C’est provocateur. C’est sexy. 

23h: Dernier petit verre dans une petite place relaxe.

1h: Remonter les 86 escaliers pis aller se coucher. Pas facile la vie hein?

Jour 8

11h: Toute touriste qui se respecte ne peut faire un voyage sans magasinage. Journée shopping aujourd’hui! Alors alors… Premier arrêt dans une cute boutique près de Ostkreuz. On essaie plein de vêtements. Mir trouve des trucs. Pas moi.

13h: Petite ballade dans Hackescher Markt et Hackesche Höfe. C’est ben beau là, mais c’est pas mal cher. Tentative de m’acheter des jeans. Chu pas sûre. M’a y penser.

16h: On retourne au Alexa, là où on a vécu notre expérience weird, mais pour se transformer en véritables consommatrices cette fois! Mir veut des souliers. Mir trouve des souliers.

18h30: On est ben contentes, mais on a faim. Petite bière pour la route.

20h: Souper typiquement allemand dans un resto une fois de plus suggéré par mon ami berlinois. Décidemment, il a du flair! Toujours dans Friedrichshain, mon beau quartier chéri, on se rend au Spätzle und Knödel. On se lèche les doigts. Porc avec des genre de pâtes fraîches cuites dans du gras. Et avec des petites boulettes de pain frites. Avec du chou mariné pour légume. Je sais pas comment décrire. Mais c’était ben bon!

22h: De l’absinthe. Encore. Parce que c’est bon. Cette fois on réussi à bien faire flamber le sucre. Un délice. Bon on rentre chez-moi. Vous savez le nombre de marches…

Jour 9

10h: Il fait vraiment beau. Et chaud. C’est le dernier jour complet de Mir. Alors on va louer un vélo pour elle, regonfler les pneus de mon vélo. Louer un vélo à Berlin pour 24h = 7€. Profiter du soleil est notre mission principale. Avoir un coup de soleil est un peu trop utopique. Mais bon. Se balader  à vélo à Berlin c’est vraiment agréable. Les pistes cyclables sont géantes, les automobilistes ben relaxes, les cyclistes roulent comme un charme. Bref, niveau organisation des voies terrestres, les allemands sont aussi parfaits à ce niveau là. Coudonc.

13h: S’arrêter un peu. Boire une petite gorgée d’eau. Parce qui fa chaud. Faisait longtemps.

IMG_0350

Nos vélos se reposent. On a une excuse pour prendre en photo le Berliner Dom sans que ça paraisse trop suspect. 

14h30: Prendre une petite pause au soleil dans des chaises de plage. Boire un jus de fruits frais. Mettre son Ipod dans ses oreilles. Essayer de bronzer.

15h30: Reprendre la route. Manger un brin. Se promener près de l’eau. Sur la Museumsinsel. By the Spree. Platz der Republik.

16h15: Aller au Gendarmenmarkt. Une place vraiment jolie suggéré une fois de plus par mon ami berlinois. Le Französischer Dom (cathédrale français) et le Deutscher Dom (cathédrale allemande) se font face. C’est vraiment sympa.

IMG_0360

  

IMG_0378

On peut monter les quelques 200 marches de la cathédrale française. Et avoir le vertige de regarder en bas. Je vous jure, c’est haut!

IMG_0374

16h45: Arriver en haut.  La vue est superbe. Vraiment. Profiter de ces quelques instants. Admirer le paysage comme on dit.

17h30: Reprendre la route. Direction Treptower Park. Un de mes endroits préférés jusqu’ici. Profiter un peu. Voir le soleil se coucher tranquillement. Commencer à avoir un peu froid.

19h:  Aller préparer le repas parce qu’on soupe avec des copains ce soir. Au menu: entrée de potage au brocoli assaisonné de graines de coriandre et saupoudré d’emmenthal et de parmesan. Le plat principal: poulet aux pruneaux et aux olives dans un jus de citron confits arrosé de sirop d’érable sur un lit de riz. Vous avez faim, je le sais!

21h: Du mousseux allemand gracieuseté de nos invités pour faire un “Prost” digne de ce nom! Un petit Rioja, un petit Chianti et quelques verres de jägermeister plus tard, on sort le fromage en crotte!  Se rappeler que la thématique de la soirée est un échange québéco-allemand. Electro minimal et bottine souriante.

1h30: Sortir au Watergate parce qu’il paraît que c’est le fun. Essayer d’y aller à vélo. Palpitante aventure… Entrée remarquée pour Mir.  Sans avoir pris une gorgée, échapper mon verre de gin tonic sur la piste de danse. Trouver que les gens ont en moyenne 19 ans. Essayer de danser. Mais c’est vraiment plus électro-pop pis ça rien à voir avec notre soirée de samedi dernier. On admire la vue sur la Spree. Bon. Pour la plénitude, on repassera.

3h30: Prendre un taxi. Réussir à dire Kurzstrecken ben friendly.

4h: Euh… se faire une wannabe poutine avec des patates grelots, de la sauce St-Hubert et du fromage en crotte. Trouver ça ben cochon, mais vraiment bon! S’endormir toute habillée.

Jour 10

9h45: Se lever. Doucement. Sans mouvement brusque. Prendre 2-3 Advil. Un grand verre d’eau. Une douche chaude.

11h45: Descendre les 86 marches avec les valises. Se rendre à Ostkreuz. Un croissant et un café pour la ride de S-bahn.

12h15: Arriver à Tegel. Se dire que le temps à passé beaucoup trop vite. Se serrer dans les bars. (Ok, je trouve la coquille tellement cute que je la laisse là!) Se donner des becs. Se dire qu’on s’aime.

Voilà. C’est ça Berlin. Ok. je ne deviendrai pas guide touristique demain matin. Mais quand même. Il faut prendre le temps de perdre son temps. D’une belle manière. Spontanément. Ne pas trop réfléchir à ce qu’on veut faire. Suivre son feeling. Ne pas trop se promener près d’Alexanderplatz. Rester discret. Se fondre dans la foule. S’en aller quand on trouve ça platte. Rester comme si y’avait pas de lendemain quand c’est fun. Essayer des affaires. Rouler à vélo. Boire de la bière dans le métro et dans les rues, ben chill. Ne jamais arriver avant 2h du matin dans un Club. Apprendre à rouler  ses cigarettes. Fumer quand on veut où on veut. Lire dans un parc qui n’est pas sur la map. Et apprendre à dire Entschuldigung.

Jusqu’à la prochaine visite. Who’s next???


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Marielyner 7 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine