Magazine Cinéma

Critique en avant-première : Jonah Hex (par Jango)

Par Jango
Critique en avant-première : Jonah Hex (par Jango)

Synopsis :

L'armée américaine propose au chasseur de primes Jonah Hex de le libérer s'il parvient à arrêter un terroriste prêt à déchaîner les enfers sur la planète...
http://www.jonahhexmovie.com/wp-content/uploads/2010/05/jonah-hex-flamethrower.jpghttp://3.bp.blogspot.com/_uS8DHKMmKgg/S_pNlCaGeYI/AAAAAAAAAH8/1aJDgDml9eg/s1600/Jonah+Hex+Pic+3.jpg
Critique :
Le filon des comics est certainement l’un des plus lucratifs à Hollywood. Et on les comprend les gars chargés des ventes, un marketing bien rôdé, une connaissance par avance du sujet et bien souvent, une bande de fans déjà convaincus à la cause du film avant même d'avoir vu le film. Voilà de quoi limiter les risques au maximum et rassurer les investisseurs qui voient à travers ces projets une bonne manière de faire de l’argent sans trop se tromper. Sauf que l’exercice fonctionne si l’on décide de mettre un minimum de talents autour de la table, notamment du coté du réalisateur et des scénaristes. Car il n’y a pas à dire, Jonah Hex est plus proche d’Elektra ou de Ghost Rider que de The Dark Knight ou de Spider-Man. Un beau gros bousin dans les grandes largeurs qui, s’il n’avait pas creusé lui-même sa tombe dans la dernière demi-heure aurait presque pu être juste sympathique à regarder.
Véritable four aux USA, Jonah Hex fut de mémoire un moment programmé en France juste avant que la raison n’emporte les distributeurs. Mais le crash était somme toute prévisible depuis longtemps. Le réalisateur qui n’avait à son actif que le virtuel Horton s’était retrouvé à la barre de cette production scénarisée par les types de Ultimate Game et d’Hyper Tension. Forcément, le projet partait mal. Mais le meilleur buzz se passa sur Twitter lorsque le réalisateur annonça que des re-shoots étaient organisés visiblement sans son consentement…preuve qu’il commençait à y avoir anguille sous roche pour Jonah Hex.
http://3.bp.blogspot.com/_uS8DHKMmKgg/S_pNjwnzwSI/AAAAAAAAAHs/yRka81i86qc/s1600/Jonah+Hex+Pic+2.jpg
Et le résultat ne déçoit pas, Jonah Hex est un vrai navet malgré sa courte durée (à peine 1h30). Western fantastique mettant en scène son lot de personnages pas travaillés, le film suit le schéma honteusement éculé du mec trahit qui est décidé à se faire vengeance lui-même contre un méchant dont les motivations restent inconnues. Détruire le monde, voilà une belle motivation dites-moi ! Malheureusement, de voir ce bon vieux John Malkovich prêter ses traits pour camper un ridicule Quentin Turnbull, une perruque plus touffue tu meurs, c’est avant tout de la tristesse que nous ressentons. Une tristesse qui ne fera que s’accentuer devant les caractères unilatéraux des autres protagonistes, Jonah Hex en tête, chasseur de primes résolvant à peu près tout à grand coup de sulfateuse. Pour l’accompagner, on pourra également compter sur l'étrangement absente Megan Fox (interprétant une fille de joie émancipée – un rôle semble-t-il taillé sur mesure pour la belle) qui n’apportera que ses charmes, son rôle étant d’une inutilité absolue à l’intrigue.
http://www.iwatchstuff.com/2009/06/03/jonah-hex-first-look.jpghttp://1.bp.blogspot.com/_uS8DHKMmKgg/S_pN28z50CI/AAAAAAAAAIM/L2hIrgSVSXs/s1600/Jonah+Hex+Pic+4.jpg
Traitement sans saveur des personnages, scénario sans épaisseur ne tirant jamais parti de la particularité du pouvoir de Hex lui permettant de parler aux morts, autant de boulets qui tirent cette adaptation du comic vers le fond. Elle se regarde comme un pur produit marketing standard bas de gamme, le sourire en coin devant autant de talents gâchés (Josh Brolin, John Malkovivh, Michael Fassbender, Megan Fox…). Un véritable bateau à la dérive que le scénario dénué de sens et d’intérêt continuera d’enfoncer jusqu’au final digne de celui du splendide Batman & Robin.
Il est clair qu’à la vision de Jonah Hex, on puisse concevoir l’effroi des producteurs devant la version work-in-progress, et leur choix d’écarter le réal’ pour limiter les dégâts. Une méthode un peu sale certes, mais qui a probablement épargné aux spectateurs une horreur pire qu’elle ne l’est déjà.
Vous l’aurez compris, Jonah Hex est idéal pour une soirée pizza bières, une fois que l’ensemble de votre catalogue vidéo aura déjà été épuisé…au moins deux fois.

Sortie officielle française : inconnue
 

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jango 693 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines