Magazine Culture

1888

Publié le 18 août 2008 par Menear
Posté le 19 mais daté du 18 pour cause de blackout bis.
J'ai toutes ces clés dans la main qui ne servent à rien, copies d'autres clés qui elles ouvrent quelque chose mais elles, ce rouleau de cinq entre mes lignes de vie et de chance, elles sont là, elles rentrent bien dans les serrures qui correspondent mais ne vont pas plus loin, ne tournent pas, ne servent à rien, résolument à rien, et pourtant je les regarde, je les laisse tomber dans le vide d'un tiroir, certes, mais elles sont là et je les garde, j'ai payé onze euros pour les avoir, je les garde, indépendamment de ces considérations financières d'ailleurs, je les garde, parce qu'elles m'amusent en réalité, ces cinq clés inutiles qui gisent dans mon tiroir, ces clés made in Italy qu'on a fait faire à Y., ça coïncide, mais elles ne servent à rien, ça non, puisque justement elles ne tournent pas dans la serrure, elles n'ouvrent pas, elles n'ouvrent rien.
Le type qui nous les a doublées ne comprend non plus, pourquoi elles ne tournent pas comme ça dans la serrure, alors qu'elles sont strictement identiques à celles de l'autre trousseau, le trousseau qui fonctionne, qui tourne, qui ouvre. Alors il nous demande de venir jusque chez nous, le type en question, qui prend sur sa pause de midi (l'intégralité en réalité) pour venir voir ce qui, au juste, ne tourne pas, justement. Donc on l'emmène jusque chez nous, heureusement c'est à côté, et puis il voit, savoir ce qu'il voit ça c'est au-dessus de mes forces, mais il doit forcément voir quelque chose, autrement il ne serait pas reparti dans l'autre sens, et nous avec, pour nous refaire nos doubles, toujours sur sa pause de midi, et nous sur la nôtre. On reste finalement une heure de plus les bras croisés devant sa devanture à se dire que non c'est pas possible, y a bien qu'à nous que ça arrive, en somme le couplet habituel que tout un chacun se répète sans y croire, et donc en y croyant forcément un peu pourtant, dans ces situations identiques qui nous amènent toujours à disserter comme ça, pour passer le temps, de tout et de rien, les bras croisés sur rien justement. Au moment de repartir, notre homme se rend compte qu'il a peut-être interverti les trousseaux de doubles, l'ancien qui ne fonctionne pas et le nouveau qui potentiellement tournera correctement, alors il repart dans l'autre sens, notre homme, il remonte sur sa boîte rectangulaire qui lui permet d'atteindre correctement le sommet de sa machine à fabriquer les clés, à doubler le cisaillement du métal, à dupliquer-minute les passe-partout de tout le quartier peut-être, il revient parfois, il va et il vient, entre sa machine issue d'un autre temps et la lumière de midi, pour vérifier le bon alignement des dents, le double sur l'original, l'original contre le double, les métaux doublés-plaqués ensemble, identiques et pourtant défaillants.
1888

Finalement seul le double de la boîte aux lettres tourne, les autres non. Je glisse les deux trousseaux manqués dans mon tiroir et me demande ce que je vais pouvoir en faire. Mes doigts sentent le métal d'avoir trop manipulé ces sésames éraillés. Je referme le tiroir. Rouvre le tiroir. Prends la photo qui est là. Referme le tiroir. Rouvre le tiroir. Toujours là. Inutiles.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Menear 147 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine