Magazine Culture

Putain non mais

Publié le 16 juin 2008 par Menear
Emmerdes quotidiennes que cette saloperie de réfection de l'appart ? Apparemment. Voilà que l'ouvrier se pointe une demie heure trop tôt ce matin. Du coup, obligé de lui dire sèchement de revenir à l'heure convenue. Et puis la gestionnaire qui passe par là et moi incapable de me retenir de mettre les choses au point avec elle.
Mettre les choses au point : me vider les nerfs un petit peu et la confronter à sa propre parodie de gestion. Ton sec et agressif. Élever la voix de temps à autre. Beaucoup vers la fin. Je n'aurais pas su faire autrement. J'ai toujours eu une saleté de mauvais caractère de toute façon.
Non mais on vous avait prévenu hein ; nous balancer un « on commencera peut-être la semaine prochaine » entre deux heures de cours devant la photocopieuse, c'est pas ce que j'appelle prévenir ; oui non mais ça se passe toujours comme ça ; ah non, je vous assure, ça ne se passe pas comme ça ; oh vous exagérez un peu là ; non, je crois pas qu'un propriétaire sérieux enverrait une entreprise comme ça un matin sans que les locataires ne soient prévenus au préalable ; oui mais nous on n'a pas les moyens de payer une entreprise privée, on fait selon nos moyens ; et puis moi aussi j'ai eu des travaux dans mon appartement, hein, j'ai fait avec, bon c'est vrai que j'étais pas là la journée parce que je travaillais en bas mais quand même ; on a déjà été bien sympa de vous laissez commencer, faudrait pas non plus trop profiter de nous non plus ; ah mais si ça vous embêtait, fallait nous le dire dès le début, fallait pas nous laisser commencer ; et puis il me semble que vous avez vu le principal, non, c'est le principal qui décide, hein, moi j'y suis pour rien ; j'ai vu le principal quarante-cinq secondes dans son bureau pour lui confirmer que non il n'était pas question que l'ouvrier vienne le mardi et le mercredi ; oui donc vous l'avez vu ; non ; bah si ; bah non ; et puis de toute façon ce sera vite fini le couloir, là, on pourra bientôt passer à la chambre ; on passera à la chambre si et seulement si ça ne nous dérange pas et si ça ne nous handicape pas au quotidien ; bien sûr bien sûr ; et vu comment c'est parti ; oui oui ; et vu qu'on va devoir organiser notre déménagement dans les jours à venir et qu'on a en plus nos cours à préparer à côté, ça va être compliqué ; ah oui ah bon ; oui alors peut-être qu'on continuera plutôt avec le débarras, vous savez, là où vous entreposez vos meubles ? ; eh bien je les enlèverai mes meubles s'il le faut ; parfait alors ; parfait ; on verra comment ça se passe de toute façon ; oui mais enfin cette pièce elle est pas à vous hein qu'on soit bien clair, normalement on doit la condamner pour pas payer de loyer supplémentaire mais comme on est gentil, on vous a laissé mettre votre sèche-linge dedans ; comment ça pas à nous ? ; c'est un service qu'on vous rend aussi pour pas que vous payiez plus cher ; c'est vrai que vous avez de la chance d'avoir cet appartement à ce prix là aussi (l'ouvrier) ; avec l'année qu'on vient de passer ici, nous dire qu'on a de la chance d'y être, je trouve ça un peu dur à avaler ; oh tout de suite ; quoiqu'il en soit on est ici chez nous, donc au moindre problème, à l'avenir, on essaiera plus d'être sympa, on dira stop ; ah non vous êtes pas chez vous, vous êtes locataires, c'est le propriétaire qui est chez lui (l'ouvrier) ; putain non mais ; et puis faut pas se mettre dans des états pareils, et si vous voulez tout arrêter, faut le dire au principal ; et ben on le dira au principal ; mais bon c'est dommage, si ça vous embêtait fallait le dire dès le début (bis) ; et bien la prochaine fois on essaiera même pas d'être sympa, puisque quand on essaie d'être sympa, on se fait prendre pour des cons ; personne ne vous prend pour des cons ; donc pour l'avenir, on fera la chambre ou le débarras après le couloir ? ; on verra pour ça ; non parce que nous il faut qu'on sache ; on verra ; non mais ; et puisque ça doit se passer comme ça, au prochain problème, quel qu'il soit, on dira stop, point barre, c'est compris ? ; oui mais ; c'est clair ? ; oui mais ; alors au revoir.
Putain non mais merde : l'impression d'avoir en face de moi certains de « mes » élèves qui essayent perpétuellement de négocier la moindre sanction. Hallucinant.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Menear 147 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine