Magazine Culture

Mécanismes Episode 26 (La sûreté intérieure)

Publié le 01 juin 2008 par Menear
Voilà, ça y est : le dernier épisode de la saison 3 de Mécanismes et, très probablement, le dernier épisode de la série tout court. Pas que je sois allé au bout de toutes mes idées sur le sujet, mais parce qu'écrire dix épisodes par saison c'est très lourd et que le résultat, à l'arrivée, et quand même très médiocre. Donc voilà, rideau comme on dit. En attendant, une conclusion quand même pour cette troisième saison et avant cela un petit...
Résumé des épisodes précédents Léon Bloy, monstre hybride abritant en lui les personnalités d'Arto Pizzetti et de Luca Pacioli, sont parvenus à remonter la piste du faux Arto Pizzetti, un être inconnu qui pouvait être ce voleur de corps qu'ils traquaient depuis leur "incident" au Groënland. Malheureusement, le faux Pizzetti se fait exécuter sous leurs yeux par Clarice Louvet. C'est à ce moment là qu'Erin Bakura et ses hommes choisissent d'intervenir pour arrêter l'hybride. Jusqu'à ce que de mystérieux hommes en noir kidnappe Bloy et disparaissent sans laisser une trace...
Une inextricable aberration mentale et par dessus le marché, le temps n'existait plus. Un jour durait une heure, une heure durait des mois, la nuit se fondait dans le rien, les jours s'étendaient sans limite, ou bien était-ce l'inverse, la notion même de seconde perdait tout son sens : fractionnement grotesque d'une masse si compacte et aliénante qu'elle en devenait monstrueuse ; les jours duraient des heures duraient des mois et des heures à nouveau. Un monstre, voilà ce dont il s'agissait. Et à Léon Bloy, monstre lui-même à l'occasion, de se perdre à jamais dans les errements carcéraux de sa condition actuelle. Il était enfermé depuis des mois, des années peut-être. Il n'avait plus aucune notion du temps, ni même de lui-même d'ailleurs, pas plus qu'il ne comprenait où il était et pourquoi il s'y trouvait. Et depuis combien de temps. C'était bien ce qui l'obsédait, au fond : le temps. En permanence des montres brisées aux mécanismes rouillées s'immobilisaient dans sa tête. Et aucun moyen pour lui d'y remédier.
Lire la suite.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Menear 147 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine