Magazine Culture

D #6 ~ Careysall

Publié le 26 février 2008 par Menear
La série des descriptions se poursuit. Un texte entamé le 3 février dernier, terminé aujourd'hui. Fictif : l'univers que l'on retrouve en filigrane dans plusieurs de mes textes tels que Sablier, peut-être Décompte et Ochracé.
On entre par le canal. On glisse. Lentement la silhouette informe de la ville se dessine. Entre sable et suie. Choisis ton fardeau. Il dépend de la direction du vent. Si c'est un vent d'est, c'est une mer de suie qui déferle. Depuis le sud-ouest, le sable rouge et ocre des mines, des hauts-plateaux. La variance de couleurs dépend de l'orientation des rafales, de la composition des sables, de son intensité, des obstacles sur sa course.
On entre par le canal. On glisse. On pose le pied sur le ciment du port. Épingle étendue aux portes des usines, des manufactures, des chantiers maritimes. Dans l'air, l'arrière-goût de charbon. Les relents à demi-solide, presque. On traîne derrière soit des valises entière. On demande de l'aide, on ne connaît pas les lieux. On demande à un type. L'hôtel Arctique. S'il vous plaît.
L'hôtel Arctique, qu'il nous dit, c'est bien plus loin après l'avenue Hafen-sall, faut longer les docks un moment et puis revenir dans la direction du centre, pendant quelques mètres et puis chercher la petite Maritime-sall, de là on peut voir facilement la devanture de l'hôtel, pas bien grand, hein, mais suffisamment pour qu'on puisse l'apercevoir d'un peu loin. De là, le centre est à vingt minutes à peine, mais ça dépend ce qu'on entend par « centre », et ça dépend aussi ce qu'on entend par « à peine », parce que selon qu'on se traîne à pied jusque là-bas ou qu'on commande un taxi, c'est pas exactement la même chose. Bizarrement, peut-être bien que c'est à pied qu'on va le plus vite parce qu'à cette heure-ci du matin, les rues c'est un peu engorgé alors ça traîne, ça traîne... Pour ce qui est du centre, ça dépend bien d'où qu'on veut aller, et faut bien choisir ses heures parce qu'en début de matin comme ça avec les usines qui tournent à plein régime et le vent d'est à pleine barre, sûr qu'on peut se prendre des déferlantes de suie en plein la tronche et sûr que c'est pas bien agréable, surtout quand on connaît pas par ici. Si ça arrive, le conseil c'est de se cramer dans un bar le temps que ça passe et de surveiller un peu en zyeutant la fenêtre de temps en temps pour vérifier si ça se calme ou bien. En plus c'est tout bon pour la ville, ça fait vivre les bars du quartier, c'est bien, c'est bien. Les transports en commun, faut pas trop y compter, surtout aux heures de pointe, y a presque que dalle et pas deux jours de suite ça marche correct, alors... Si c'est pour zyeuter les grands grattes-ciel des grands quartier, faut prendre direction nord un moment et rebiffer à l'ouest passée Canada-sall, mais là c'est pas trop utile de décrire trop parce que les grandes tiges, on les voit depuis trois plombes à l'avance, alors... Si c'est pour contourner le centre, alors faut penser à tracer plein sud pour gagner les hauts-plateaux puis les pleines d'après avec les mines et tout, pas grand chose à voir là-bas, et puis gare aux jours de sable ou aux jours de souffre parce qu'alors on zyeute que dalle à trois gars et puis surtout ces coups de ventouse, ça te décoiffe la tête et ça rend aveugle parce que ça rentre dans les globes au niveau des yeux, vraiment, faut faire gaffe, c'est pas ce qu'il y a de plus agréable par ici. Si c'est pour aller tracker dans les pleines, aussi, y a des parcours à suivre des fois, parce qu'à l'aveugle comme ça, c'est pas une bonne idée, on peut se paumer facilement, y en a qui se sont déjà fait prendre. Pour la gare en revanche, c'est pas le sud qu'il faut attraper, c'est plutôt le nord en fait, même si en vrai y a la voie de chemin de fer qui traverse la ville de long en large, on peut pas la louper, sur les ponts, même si des fois elle se terre dans les tunnels, enfin, suffit de la remonter et on tombe facilement sur la gare après, je crois qu'elle est à hauteur de la BMM, la Bourse des Marchés Maritimes ça veut dire, la BMM c'est sur Berg-sall, je crois. Après les liaisons pour les autres villes, difficile de dire comme c'est fichu, dans ces quartiers c'est plutôt le bateau qu'on prend, hein. Voilà, qu'il nous dit, c'est bien clair ? C'est pour les concerts de l'autre Jodorov-machin qu'vous êtes là ? il demande aussi.
On trouve que l'odeur du type ressemble à celle des œufs pochés.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Menear 147 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine